Copenhague, City Guide et bonnes adresses FOOD

Voyages
38 commentaires

 

Copenhague

A peine rentrée de l’Ile d’Yeu que je mettais déjà les voiles direction Copenhague !

Cela faisait déjà un moment que cette ville m’intriguait. J’aime tellement le design danois qu’il me semblait normal d’aller admirer tout cela de mes propres yeux sur place. Il me fallait également vérifier le fameux « hygge » ou l’art de vivre à la danoise dont on dit qu’il est exceptionnel. Et sur ce point, croyez-moi, je n’ai pas été déçue !

Que vous dire de Copenhague sans écrire un roman… ? J’ai tellement aimé découvrir cette ville qu’il me faudrait vous raconter tout cela autour d’un verre dans la vraie vie, et pour le coup mon blog me paraît un bien maigre support. C’est terriblement frustrant ! J’aurais beau écrire à quel point cette ville est belle, à quel point elle possède un charme fou et tout particulier, vous ne verrez pas les étoiles qui brillent dans mes yeux. Et c’est tellement dommage.

Bref, je suis tombée amoureuse de Copenhague.

Je l’ai aimée plus que Stockholm, Vienne, Prague et toutes les autres villes du Nord que j’ai eu la chance de visiter. Je l’ai même aimée plus que Londres, bien que les deux ne soient pas comparables. Mais cette décontraction qu’ils affichent tous, les « Köbenhavn boende » aussi bien dans leur look que leur attitude, et cette manière de profiter intensément de chaque moment de la journée avec un plaisir communicatif, m’a vraiment séduite.

A Copenhague, on se déplace presque uniquement à vélo. On mange du porridge et des fruits frais au petit-déj en se posant au café du coin. On passe des heures à refaire le monde, assis sur le bord du canal et au milieu des bateaux. On pique-nique et on bronze n’importe où. De toute façon personne ne va venir vous enquiquiner. C’est la première fois que je vois une ville aussi « safe » avec une criminalité quasi nulle. A Copenhague on peut laisser son vélo sans anti-vol ou sa poussette devant sa porte, on ne viendra pas non plus vous vous voler vos affaires (dans mon immeuble à moi, on m’a déjà piqué une poubelle, c’est vous dire…).  J’avoue que ça a l’air de ressembler un peu au pays des bisounours, mais en vrai j’avais pas un peu l’impression de ne pas être dans la vie réelle. Ce fut assez déroutant comme sensation !

Là bas, les enfants sont rois. Tout est prévu pour eux, mais aussi pour faciliter la vie des parents, qui n’hésitent pas à fonder une famille nombreuse (les femmes sont quasiment toutes enceintes, c’est impressionnant !). Il y a des pataugeoires dans les parcs, de la place partout, et un réel besoin de passer du temps en famille. J’avoue avoir envié leur manière de vivre et m’être imaginée moi aussi emmener mon fils à l’école en vélo, mais bon, je ne peux pas m’empêcher de penser « et l’hiver ? ». Il doit faire super froid non ?

L’autre (gros) hic, c’est que la vie au Danemark est très chère. Mais genre, vraiment chère, au point que même quand tu es parisien tu frôles la crise cardiaque à chaque fois que tu regardes une étiquette… Même à Paris le café pris au comptoir ne coûte pas (encore) 5 euros. Prévoyez donc un gros budget pour vous restaurer si vous envisagez un week-end à Copenhague. Quant au shopping, bah… Vous serez vite refroidis par les prix exhorbitants (fringues, déco) mais à vous de voir, vous avez le droit de vous faire plaisir !

Nous avons séjourné dans le quartier de Nørrebro, sans doute le quartier le plus calme et pourtant le plus en vogue du moment. On aurait dit un petit Brooklyn nordique, avec son lot de petites échoppes bobo et restau healthy, ses petites boutiques de créateurs… Un quartier populaire auparavant occupé en majorité par des immigrés mais qui a bien changé… Si vous deviez passer quelques jours à Copenhague, je vous recommande vraiment cet endroit, c’est le meilleur moyen de découvrir l’art de vivre à la danoise et toutes les tendances qui font vibrer la capitale !

J’ai prévu de consacrer un article entier à l’appartement que nous avons loué et qui était carrément CANON, mais avant cela, place aux bonnes adresses et aux photos qui parleront bien mieux que moi ! Pour les bonnes adresses déco, je ferai un post dédié car celui-ci est déjà bien assez long !

☆ Le Copenhague touristique 

L’usage est de louer des vélos, ce qui s’avère pratique car la ville est très étendue. Personnellement, nous avons préféré la parcourir à pieds. C’est sans doute plus fatiguant mais au moins nous avons pu profiter de tout ce que nous avions sous les yeux et repérer des petits détails sur le chemin que nous n’aurions pas pu voir à vélo. Si vous restez plusieurs jours, n’hésitez pas à louer un vélo pour au moins une journée histoire d’avoir les deux points de vue. Je vous conseille également de faire un tour en bateau sur le canal. Touristique et un peu cliché, mais vraiment charmant !

Nous n’avons pas tout visité mais parmi les endroits que je vous conseille : Nyhavn et son petit port flanqué de maison colorées (un charme fou mais c’est le quartier le plus touristique, il y a vite foule !), Christiana et son concept de ville libre, le merveilleux cimetière de l’Assistance qui ressemble à tout sauf à un cimetière, le quartier de Strøget et ses boutiques à la mode, Tivoli et son merveilleux parc d’attraction, le jardin botanique, et évidemment Nørrebro, le quartier branché par excellence !

copenhague vu d'en haut

copenhaguevelo

copenhaguefacadecouleurs

christiansvahn

facade copenhague christiana

fleurs

copenhague facade velo

pariroen

nyhavn

☆ Tivoli, Le parc d’attraction le plus mignon du monde 

S’il y a un endroit à ne pas rater à Copenhague c’est bien celui-là !! Je n’ai jamais vu un parc d’attractions aussi mignon et qui plus est, en plein centre-ville !!! Ses jardins ont été ouverts en 1843, et les montagnes russes en 1914… Autant vous dire que ce parc possède un charme rétro complètement fou fou ! Il m’a rappelé notre jardin d’acclimatation parisien en mieux ! C’est encore plus joli le soir car tous les lampions sont allumés, il y a vraiment une ambiance incroyable, les locaux pique-niquent même en famille… A ne pas manquer !

TIVOLI1

tivoliballons

tivoli10

tivolitemple

tivoli8

tivoli9TIVOLI4

tivoliglaces

tivolo11

tivoligrandhuit

tivoliterrasse

tivolI12

☆ Où manger à Copenhague 

 Les adresses les plus sympas pour manger se trouvent pour la plupart à Norrebrø, le quartier où nous avons dormi. Je savais que les danois étaient adeptes du « healthy » mais j’ai quand même un peu halluciné en testant toutes les bonnes adresses qui vont suivre… Un vrai régal ! Ahhhh mais pourquoi on ne peut pas manger du muesli au petit-déj dans nos cafés parisiens ??

GRØD - Jægersborggade 50 (Norrebro)

Une bonne petite échoppe pour manger du porridge le matin, mais attention ! Ici le porridge est servi avec des fruits frais, de la compote maison et des produits bio… Miam ! Le soir on trouve des risottos à la carte, mais je vous laisse tester, je n’en ai malheureusement pas eu le temps !

GROD COPENHAGUE

GROD 4

GROD COPENHAGUE 3

 

MANFRED’S - Jægersborggade 40 (Nørrebro)

Situé dans la même rue que GRØD, Manfred’s est sans doute ce qui se fait de mieux en matière de restau décontracté à Copenhague ! Ce n’est pas bien grand à l’intérieur mais il y a plein de tables dehors, et c’est vraiment très convivial ! On peut commander soit le plat du jour (possible de l’emporter) ou s’offrir le menu découverte en 7 étapes qui donne carte blanche au chef !Un excellent moyen de découvrir la cuisine scandinave riche en légumes et en saveurs, à un prix vraiment raisonnable (35 euros le menu par personne, imbattable à Copenhague).

Il y avait foule, j’ai cru comprendre que des gens venaient de loin pour tester cette adresse alors ne manquez pas de bousculer vos papilles… Le concept m’a un peu fait penser à L’Arpège d’Alain Passard (un grand restaurant étoilé à Paris) en beaucoup moins cher, c’est vous dire.

manfred's

manfreds2

manfred's Copenhague

manfreds5

NORDISK BRØDHUS – Rantzausgade 58 (Nørrebro)

Sans doute la meilleure adresse pour prendre son petit-déj à Copenhague ! L’endroit est atypique mais les locaux se bousculent pour y acheter du pain ! Au passage c’est un des meilleurs pains que j’ai mangés dans ma vie et je n’exagère même pas ! On peut même regarder sa cuisson dans le grand four en pierre qui se trouve à l’intérieur…

Côté assiette, on peut commander un déjeuner typique à base de viennoiseries locales (à la cannelle et au gingembre) des oeufs, de la charcuterie et du fromage, ou simplement un bol de muesli parsemé de fruits frais. Miam, j’en salive encore ! Foncez-y, ce n’est même pas cher !

nordiskt brodhus

nordiskt brodhus 2

nordisk brodhus 5

nordisk brodhus 6

nordisk brodhus 7

nordisk brodhus 8


TORVEHALLERNE – Fredericksborggade 21 (Station Nørreport)

Situé pile à la sortie du métro Nørreport, ce sont les halles de Copenhague réparties dans deux grands bâtiments en verre. On y trouve des fruits, des légumes, du poisson, des petites échoppes et des enseignes de cafés ou de pâtisserie. C’est l’endroit parfait pour faire une pause tout en goûtant aux spécialités locales. Nous y sommes passés presque tous les jours pour nous ravitailler, mais surtout parce que l’endroit est très animé et donne envie de s’y attarder. Goûtez le café de Coffee Collective dont on dit qu’il est le meilleur de la ville.

Torvehallerne

KBH

torvehallerne 2

torvehallerne 3

On se retrouve très bientôt avec les bonnes adresses déco !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pourquoi la blogroll ne doit pas disparaître

Chroniques / Chroniques du quotidien
129 commentaires
jardin-botanique-lectrice

jardin-botanique-lectrice

Il n’y a pas si longtemps, j’ai eu quelques échanges sur Twitter avec des blogueuses que j’apprécie, au sujet des blogrolls (pour les novices, une blogroll est une liste de liens vers d’autres blogs qu’une blogueuse aime et a envie de partager. Cette liste étant généralement accessible dans le menu du blog). J’avais lancé malgré moi un débat sur l’utilité ou non de la blogroll, en disant que pour moi, l’absence de blogroll sur un blog était un manque d’ouverture sur les autres blogs en général, et l’univers bouillonnant de la blogosphère.

Suite à ces échanges parfois divergents mais intéressants, mon avis sur l’absence de blogroll est maintenant un peu plus nuancé. Certaines m’ont avancé des arguments qui je l’avoue, tiennent la route : les blogrolls sont souvent source de conflits entre les blogueuses (« pourquoi ce blog y est mais pas le mien ? » …) Quelques unes m’ont même avoué avoir reçu des mails de remontrances de certaines blogueuses qui n’avaient pas été choisies. La blogueuse est parfois très susceptible, et l’envers du décor pas toujours joli. 

D’autres blogueuses se sont défendues en arguant qu’elles préféraient rendre hommage aux blogs qu’elles aiment en y consacrant un article entier, par exemple sous forme de coup de coeur, ou d’interview. La démarche est qualitative et intéressante. Mais je trouve cela bien différent quand même d’un lien vers un blog qui est accessible en permanence dans un menu ou une colonne latérale, que les lecteurs sont bien plus susceptibles de voir.

Certains diront que je suis de la vieille école, que les choses ont changé et que je m’accroche à des détails qui ont peu d’importance. Nous sommes passés du blogging assez tranquille où chacun bloguait un peu dans son coin, à une nouvelle époque complètement instantanée. Maintenant les échanges se font en 140 caractères sur Twitter, en partageant des images sur Instagram… Il est devenu facile de découvrir de nouveaux univers et de nouvelles personnalités. Mais si j’aime le côté réactif et convivial de Twitter et Instagram, je ne saurais m’en contenter. J’ai trop besoin des mots. Je ne pourrai jamais me passer de lire des articles de blogs rédigés par des filles qui ont trop de choses intéressantes à dire pour que cela tienne en une image, ou 140 caractères.

Pour moi, rien de tout cela ne remplacera jamais une blogroll. Déjà parce que le contexte n’est pas le même. Quand on se trouve sur un blog, on est avant tout dans un univers. Pour peu que le blog soit vraiment personnalisé, c’est presque comme si on se trouvait chez quelqu’un. Et je ne sais pas vous, mais moi, lorsque j’ai un réel coup de coeur pour un blog, j’aime bien consulter la blogroll (quand il y en a une !). Je trouve qu’au-delà du « copinage » pur et simple que certaines dénoncent, il y a une vraie démarche qualitative et personnelle dans la blogroll. Les liens ne sont pas choisis au hasard, on met dans sa blogroll des blogs que l’on aime parce que la thématique nous plaît, parce qu’on apprécie la personne qui le tient, parce qu’on le trouve inspirant… Dire que c’est du simple « copinage » entre blogueuses, je trouve cela bien réducteur. Dans ma blogroll par exemple, j’y ai glissé des blogs dont je n’ai jamais rencontré les auteurs. Je ne suis même pas sûre que dedans, il y en a la moitié qui me lisent ! J’ajouterai que le fait d’apprécier quelqu’un dans la vraie vie (beaucoup de blogueuses sont devenues amies IRL) n’empêchent en rien l’objectivité. Et puis on fait bien ce qu’on veut, non ?

Certains l’ignorent peut-être encore mais je travaille dans l’univers des blogs. Mon travail consiste donc (entre autre) à lire des blogs, découvrir des pépites, les mettre en avant et tout un tas d’autres choses incroyablement passionnantes que je ne détaillerais pas ici, ce serait bien trop ennuyeux. Mais détrompez-vous, les blogrolls ne me sont pas utiles dans un cadre professionnel. Je ne les considère pas comme un outil de travail. Elles existent pour mon propre plaisir de découvrir régulièrement des blogs très inspirants dont j’ignorais l’existence. Et oui ! J’ai beau passer mon temps sur la toile, il y a encore des blogs de talent que je ne connais pas. Pour tout vous dire, c’est même un peu le drame de ma vie… Je me sens frustrée en permanence de me dire que peut-être, il y a dans un coin de la sphère, tout un tas de blogs merveilleux que je ne découvrirai peut-être jamais.

J’ai hésité à écrire cet article, ne sachant pas comment amener le sujet de manière intéressante. Mais cela fait quelques jours que j’ai des étoiles dans les yeux, parce que j’ai découvert une petite poignées de blogs incroyables grâce à une blogroll. Et cela faisait bien longtemps que ça ne m’était plus arrivé, car les blogrolls se font de plus en plus rares.

Alors faites moi plaisir, plutôt que de supprimer votre blogroll parce que vous pensez qu’elle est inutile, mettez la plutôt à jour. Parce qu’il suffit parfois d’une seule blogroll, d’une seule porte pour entrer dans de nouveaux univers méconnus et inspirants.

La photo n’a rien à voir avec le schmilblick, c’est un souvenir de mon week-end à Copenhague dont j’ai hâte de vous parler !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Coup de coeur déco : les love birds de Kay Bojesen

Déco / Inspiration
18 commentaires
love birds kay bojesen

love birds kay bojesen

(photo prise dans le notre appart de location dont je vous parlerai très bientôt !)

Je rentre tout juste d’un week-end vraiment génial à Copenhague ! Je suis en train de vous préparer un city-guide digne de ce nom avec plein de bonnes adresses food et déco, mais en attendant j’avais envie de vous présenter mon gros coup de coeur déco pour les love birds de Kay Bojesen. Kay Bojesen est un designer danois des années 40′ et 50′ archi connu et adoré dans le pays (un peu notre Karl Lagerfeld à nous sauf qu’il est mort et qu’il ne fait que de la déco). Il était unaniment apprécié pour son travail de l’argent mais surtout celui du bois, capable de donner vie aux objets tout en gardant un design épuré. Ses jouets et figurines en bois fascinent encore les danois, enfants comme adultes ! Il faut dire qu’il est difficile de résister au charme des petits singes, lapins et autres mignonneries au design minimaliste. bojesen kay kay bojesen

love birds kay bojesen 2

crédits : kaybojesen-danemark 

J’ai complètement flashé sur ces « love birds » qui font fureur en ce moment à Copenhague. Ces deux oiseaux avaient été dessinés dans les années 50 par Bojesen mais jamais envoyés en production ! Ils ont été fabriqués et commercialisés pour la première fois cette année et on les trouve un peu partout à Copenhague dans les boutiques de déco renommées. Impossible de ne pas craquer devant leur charme romantique ! En tout cas pour ma part c’est un énorme coup de coeur, même si je n’ai pas (encore) craqué car ces deux petits oiseaux coûtent quand même la bagatelle de 100 euros… En France ils sont notamment disponibles chez Fleux ! Pour en savoir plus : http://www.kaybojesen-denmark.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Yeu que c’est beau !

Ile d'Yeu / Voyages
47 commentaires
yeu14

yeu23

 

Coucou les amis !

Me voici de retour après une très belle semaine de vacances passée sur l’Ile d’Yeu. Mon petit doigt me dit que nous avons été chanceux car pas une seule petite goutte de pluie en 7 jours ! Je vais finir par croire qu’il y a un micro-climat en Vendée…

Que vous dire, à part que je suis ravie d’avoir découvert cette petite île qui est un véritable bijou au beau milieu de l’Atlantique… ? J’avais adoré l’Ile de Ré il y a 3 ans mais Yeu n’a rien à voir, elle est beaucoup plus sauvage et surtout, elle se mérite ! Pour la découvrir, il vous faudra affronter l’épreuve d’une traversée un peu houleuse en bateau (estomacs sensibles, n’oubliez pas le Nausicalm !) mais surtout vous délester de votre voiture à Fromentine ou Saint-Gilles Croix de vie. L’ile d’Yeu se découvre principalement à vélo, au travers de ses chemins verdoyants et de la magnifique route qui longe la côte sauvage. Un véritable petit paradis pour la parisienne en mal de nature qui est en moi !

Autant vous dire que j’ai vraiment apprécié cette semaine au calme, loin de toute agitation de la ville. Je me souviens avoir pensé, en pédalant sur mon vélo, ne pas avoir ressenti ce sentiment de plénitude depuis très très longtemps. Y’a pas à dire, pédaler dans un endroit sauvage avec la mer en fond de décor, c’est une chance que l’on rencontre trop peu souvent quand on est une citadine comme moi. Ah, si vous saviez comme mon Cotentin me manque parfois ! Ces vacances « nature » m’ont clairement ramenée là d’où je viens, et ce retour aux sources m’a fait un bien fou.

Sachez que l’Ile d’Yeu peut se faire à la journée en excursion (30km à vélo tout de même !) mais je vous déconseille d’y aller en août, apparemment c’est aussi blindé que sur la côte d’Azur ! A bon entendeur !

Je vous laisse découvrir ce bel endroit en images !

Et bon week-end férié à tous !

yeucloche

yeu21

yeu19

goelandyeu

yeu3

yeu18

yeu16

yeu6

yeu5

yeu12

yeu8

yeu15

yeu4

martinyeu

yeu14

 

 

 

yeu9

yeu25

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

DIY Le cadeau pour la maîtresse

Chroniques / Chroniques de maman / Déco / Inspiration
24 commentaires
diy maitresse

diy maitresse   J’ai toujours été nulle quand il s’agit de fabriquer des choses soi-même. Je n’ai jamais vraiment aimé ça de toute façon. Petite, il m’arrivait à mes heures perdues de dessiner (pas trop mal d’ailleurs) mais je préférais cent fois être dehors à faire du vélo ou jouer dans le jardin. Je n’ai jamais appris à coudre (maman déteste ça) ni tricoter et je le regrette très souvent. Je sais qu’il n’est jamais trop tard mais le courage ni l’envie ne sont vraiment là, et puis je doute tellement de moi… Quand je vois le temps qu’il me faut pour passer un fil dans le chat d’une aiguille, je pense qu’il vaut mieux ne pas espérer grand chose (je sais que c’est à la mode mais en gros, ne venez pas sur mon blog pour y chercher du DIY :D) Avec Martin, j’avais quand même envie qu’on fasse un petit cadeau fait-main à sa maîtresse et son ATSEM qu’il aime beaucoup. Je ne me voyais pas leur offrir des chocolats ou un coffret gel douche (j’ai une amie qui bosse dans une crèche, apparemment le coffret gel douche est le cadeau le plus offert…). Je voulais vraiment que le cadeau vienne de Martin, et en surfant sur les blogs j’ai réussi à glaner quelques idées, comme celle de customiser un mug en céramique. Ce qui tombait à pic car mon fils m’a dit que sa maîtresse buvait du thé ! J’ai donc acheté deux mugs en céramique blanche tous simples chez Monoprix et j’ai demandé à Martin de dessiner un bonhomme sur chacune d’elle avec un feutre spécial porcelaine noir, marque Pébéo que j’ai acheté chez Cultura. J’ai laissé séché 24h, puis j’ ai passé les mugs au four à 200° pendant une demi-heure, pour fixer la couleur. J’adore le résultat, c’est trop mignon, non ? Et dire qu’il y a quelques semaines je critiquais les talents d’artistes de mon fils… (après la culpabilité maternelle, je vous présente : les remords). Il ne nous reste plus qu’à emballer ces jolies tasses à thé dans un joli paquet cadeau et les accompagner d’une petite carte de remerciements . Et pour nous, ce sera la jolie carte DIY « Merci Maîtresse » de la talentueuse que j’ai déjà commencé à réaliser. J’ai imprimé le patron, il ne me reste plus qu’à m’occuper du montage. Courez vite la télécharger si ce n’est pas déjà fait ! Et voilà… Une dernière semaine d’école en petite section et une belle page qui se tourne pour laisser place aux vacances ! J’ai hâte ! diymaitresse

Rendez-vous sur Hellocoton !

Curiosity, une boutique de déco scandinave à Paris

Adresses / Déco / Inspiration / Paris
37 commentaires
vase curiosity

 

vase curiosity

Il fallait quand même que vous je parle de mon adresse déco préférée à Paris.

Il y a un an, je m’arrêtais devant la toute petite devanture de Curiosity, une boutique assez hors du commun à deux pas de la rue des Martyrs. Une boutique hors du commun dans la mesure où malgré sa petite taille, on ne trouve que des belles choses : quelques meubles scandinaves aux lignes parfaites et surtout une foule d’objets choisis avec un goût extrême par Jean Dange, designer de métier. Des objets jolis au point qu’on aimerait tous se les acheter mais c’est un autre problème. Difficile de ne pas craquer quand on aime le mobilier au design vintage, la déco scandinave et les bibelots de créateurs, que personnellement, j’aime bien collectionner. D’ailleurs, je me rends compte que je nourris une passion pour les vases, qu’on trouve un peu partout sur mes étagères, ma cheminée, ma table de nuit…

La boutique Curiosity est donc un joyeux mélange de tout ça, et je suis bien contente d’être passée devant par hasard un jour où je me promenais dans ce quartier, à deux pas de chez moi. Depuis, je ne vais jamais dans le 9ème sans faire un détour par la rue Condorcet. Si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à aller y faire un tour ! Jean Dange est un vrai passionné de déco, non seulement il vous accueillera avec le sourire mais surtout, il vous racontera comment il change intégralement (ou presque) la collection de sa boutique tous les 4 mois, en fonction des saisons. Un peu comme le font Zara et Monoprix avec leurs collections de fringues qui changent sans arrêt, mais cette fois ci, version déco !

Même le décor change tout le temps, c’est un vrai régal pour les yeux. D’ailleurs Jean vient de repeindre tous les murs de sa boutique en turquoise pour accueillir la nouvelle collection été aux couleurs fraîches et chatoyantes à base de bleu, gris, blanc et corail. J’en connais peu qui déploieraient autant d’efforts pour une si petite enseigne, et je trouve sa démarche franchement admirable. Avouez qu’on ne rencontre pas ce genre de spécimen tous les jours ! Ah la passion… C’est qu’elle nous en fait faire des choses !

Amis parisiens ou de passage, amoureux des enfilades, mappemonde et canapés suédois, foncez chez Curiosity, la boutique vaut vraiment le détour… D’autant plus que les tarifs sont plus que raisonnables pour des pièces à la pointe de la tendance, surtout dans un quartier aussi branché .

Curiosity
55 rue Condorcet
75009 PARIS
http://curiosityparis.blogspot.fr
Curiosity sur Facebook 

curiosity mug graphiques

curiosity1

curiosity4

vase rose curiosity

tabouret curiosity

curiosity3

etagere string

DSC04434

papeterie

fauteuil suedois

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le charme des étés parisiens

Chroniques / Chroniques du quotidien
70 commentaires
toits

 

toits

Je dis toujours que je déteste Paris en été, quand il commence à faire chaud et que l’ambiance devient lourde et pesante. A croire qu’ici, il n’est pas possible de passer un seul été sans suffoquer dès que le Mercure atteint 25 degrés (j’ai un seuil de tolérance assez bas à la chaleur, 25 degrés c’est beaucoup pour moi^^). Autant vous dire que lorsque l’on habite au dernier étage, cela peut vite devenir insupportable et pourtant… Il y a ce je-ne-sais-quoi qui me fait mentir à chaque fois.

En fait je crois que j’adore Paris en été.

J’aime les façades des immeubles qui semblent reprendre vie, le linge qui sèche au fenêtre même si c’est interdit. Regarder ma voisine se faire bronzer depuis son salon. Parfois elle met un drap devant sa fenêtre, à mon avis elle est adepte du topless.

J’aime regarder ce type un peu fou de l’immeuble d’en face, s’installer sur le toit avec ses amis pour prendre l’apéro. Je suis trop loin pour les entendre parler mais je me plais à les imager refaire le monde, un verre de vin à la main. Il n’y aucune barrière pour les retenir en cas de chute, alors je prie toujours pour que cela n’arrive pas au moment où je suis en train de les regarder. Je trouve cet endroit dangereux et en même temps, c’est tellement dingue de pouvoir picoler sur son toit dans une ville aussi belle que Paris… Ça ne vous laisse pas rêveur vous ?

Il y a ces amis que j’ai « spotés » dans la rue d’en face l’autre jour, en train de pique-niquer en bas de leur immeuble. Le parisien n’a peut-être pas de jardin, mais il s’en accommode très bien. Il sort la chaise de camping et hop, c’est parti pour une soirée « diner au grand air ». Pendant ce temps là, les enfants jouent à la marelle ou au badminton. Qui a dit qu’on ne pouvait pas avoir une vraie vie de village à Paris ? Mais j’y reviendrai…

Il y a mon balcon qui est enfin joli après avoir passé des mois en jachère. Minuscule petit bout de verdure au milieu du béton. Un luxe à Paris.

Paris en été, ce sont aussi les gamins qui courent à pieds nus dans les squares et envahissent les bacs à sable. Et des sorties au parc qui se terminent toujours par une bataille d’eau géante.

Ce sont des terrasses de café vivantes avec des gens qui sourient. Le coca est vendu 5 euros mais on est tellement content de respirer de l’air frais qu’on s’en fiche. Même les serveurs ont l’air d’avoir avalé une pilule de gentillesse.

Et enfin, cette année, il y a la Coupe du Monde. Moi qui ai toujours eu horreur du foot, je me surprends à rentrer dans le jeu et sourire lorsque je vois un drapeau français suspendu à une fenêtre, ou lorsque j’entends depuis ma chambre, les cris de joie depuis le bar d’en bas à chaque nouveau but. Pour certains, le bonheur tient parfois à peu de choses. Et ce bonheur tout simple, il est communicatif.

Bonne semaine à tous !

toitsoleil

marelle

toit

ballons

immeuble

terrasse

martin2

drapeau

immeuble2

Rendez-vous sur Hellocoton !

Notre chambre scandinave sous les toits

Déco / Notre appartement
89 commentaires
vue d'ensemble 3

cadrehabitat

Certains d’entre vous auront peut-être déjà vu des photos de notre chambre grâce au très joli reportage déco de l’appartement sur le blog Hello Blogzine, mais je tenais quand même à vous la montrer également sur Annouchka. Je me suis dit que cela plairait à quelques uns d’entre vous de voir des images de cette grande pièce avant travaux, car il faut dire que cet espace nous a donné du fil à retordre ! (les photos sont tout en bas, attention ça fait un choc :d)

Au commencement, il y avait deux minuscules pièces mal agencées (impossible d’y mettre un lit 2 places par exemple) séparées par une cloison. L’ancien propriétaire y avait installé ses deux enfants qui dormaient en haut sur la mezzanine, l’espace du bas leur servant de rangement pour leurs vêtements, jouets et bureaux. Nous avons donc décidé d’abattre cette cloison pour en faire une seule et même grande chambre, en y intégrant une petite salle de bain. Nous avons conservé la mezzanine pour l’effet déco mais je la trouve trop étroite pour y mettre quoi que ce soit (c’est mon côté claustro). Elle nous sert donc d’espace rangement où l’on met des choses qui ne nous servent quasiment jamais. Cela nous a permit d’enlever les échelles qui prenaient trop de place dans la pièce.

La salle de bain est assez simple et minimaliste pour ne pas casser l’harmonie de la pièce étant donné que tout l’espace est ouvert. Nous avons posé quelques carreaux de ciment noirs et blancs pour rompre la monotonie du blanc et donner un petit côté rétro à l’ensemble. Le résultat me plaît énormément, je ne regrette pas du tout !

Le parquet a été repeint en blanc comme dans les autres pièces et nous avons opté pour des touches de couleurs très vives un peu partout afin de relever l’ensemble (encore une fois, si cela vous intéresse, le mode d’emploi se trouve ici) Car le blanc c’est joli à condition de mettre le paquet sur les tons flashy ! Ici c’est donc le tapis boucharouette trouvé sur Westwing qui habille presque toute la chambre à lui tout seul ! J’ai acheté pas mal de trucs sur ce site, certaines ventes privées  ne valent pas le coup qu’on s’y attarde (beaucoup de babioles un peu cheap) mais parfois on peut dénicher des trésors !

Dans le fond de la pièce, il y avait un petit bout de couloir qui mène à la chambre de mon fils. La porte a été condamnée et nous avons choisi d’optimiser l’espace en y plaçant un joli bureau vintage déniché sur Retour de chine. J’ai mis du temps à trouver un meuble qui puisse s’intégrer dans un espace aussi étroit, je suis tellement contente de l’avoir trouvé ! J’adore la couleur dans laquelle il a été repeinte (Cinder Rose de Farrow & Ball) je trouve qu’il adoucit vraiment l’ensemble ! Inutile de vous dire à quel point j’aime m’y installer de temps en temps pour travailler, d’autant plus que la vue sur les toits des voisins est drôlement mignonne. Il va quand même falloir que l’on change les fenêtres sur la gauche pour y mettre une grande baie vitrée, ce sera plus joli et plus simple d’utilisation !

Chez nous, on adore les lampes, alors encore une fois l’éclairage est un point clé de cette chambre. Nous avons mis des mois à trouver une jolie applique pour la salle de bain (je me suis démaquillée dans le noir pendant 3 mois, youpi !) on a même failli perdre espoir. Et puis un jour nous avons trouvé cette jolie lampe atelier Mazda sur le site Autrefois la lumière patinée juste comme il faut. Depuis on la regarde tous les jours avec admiration… (passion lampes). La marque n’est plus commercialisée depuis 2007, on ne trouve que des modèles anciens désormais. Vive internet et les sites comme Le Bon Coin qui permettent de mettre la main sur des très beaux objets rares quand on n’a pas le temps d’écumer tous les vide-grenier de la région.

La guirlande au dessus du lit et une guirlande guinguette à LED de la marque Seletti. Jolie mais pas forcément pratique à installer étant donnée ses 14m de longueur (pétage de câble assuré à l’installation !). Les 3 petits cadres à droite viennent de l’Illustre Boutique, passage du Grand Cerf. Pour en savoir plus je vous invite à lire l’article de Deedee grâce à qui j’ai pu découvrir cette merveilleuse boutique !

Le petit chevet en bois à côté du lit est vintage, également trouvé sur le site Retour de Chine. Je n’ai pas d’action sur ce blog-boutique en ligne, mais y trouve que des jolis meubles ou objets choisis avec goût à des prix vraiment très raisonnables ! (à condition d’aimer les vieilleries, ça va de soit !)

Pour finir, j’ai une pensée pour ma belle-maman tous les jours (ça va, je le vis bien merci !) puisque c’est elle qui a ramassé dans la rue la petite chaise Baumann lors d’un week-end à la maison ! Elle voulait repartir avec mais finalement elle s’est dit que dans le TGV, ce serait peut-être un poil compliqué, alors elle me l’a donnée, et je l’en remercie.

J’ai mis les liens vers les boutiques pour un maximum d’objets mais n’hésitez pas si vous avez des questions !


vue d'ensemble 2

 Tapis boucharouette Westwing, chevet vintage Retour de Chine, guirlande Seletti, miroir blanc Stave IKEA

miroir maison du monde

Miroir Céleste or Maisons du Monde 

vuedensemble

 meuble vasque RÄTTVIKEN IKEA, boutons de tiroirs Zara Home, cadre photo Slim Aarons Yellow Corner

la belle toilette serviette

 Chaise Baumann chinée, Vases (dame Jeanne) chinés, serviette de bain La Belle Toilette

bureau peinture farrow and ball

 Bureau et chaise chinés sur Retour de Chine, affiche Josh Brill pour HABITAT (édition limitée) 

fleurs

working place paris

lampe Mazda

 Suspension boules japonaises HABITAT, lampe Mazda chinée sur Autrefois la Lumière 

maisonbloomingville

Vase blanc avec succulente Atelier Audran, petite maison en céramique Bloomingville trouvée sur Happy Home

tapis boucharouette

patère antrhopologie

 Chevet vintage Retour de Chine, patères Anthropologie, réveil chiné en brocante, vide-poche CASA

cadres l'illustre boutique

 Cadres trouvés chez L’illustre Boutique : La racaille de Shanghai (en noir et blanc), Poisson par Hélène Paris, Linogravure Renard Steffie Brocoli

Et pour finir, quelques images de la chambre telle qu’elle était AVANT. Je n’ai pas pris beaucoup de photos pendant les travaux et je le regrette, j’aurais aimé conservé un souvenir des gravas qui ont envahi la pièce pendant de longs mois, et qui ont transformé mes nerfs en pelote… Je trouve que ces photos sont presque trop propres, on a du mal à imaginer l’ampleur du boulot que nous avons eu… Mais ceux qui ont déjà fait des gros travaux savent bien de quoi je parle !

Bonne journée à tous !

baignoire travaux

travaux

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

La petite section

Chroniques / Chroniques de maman
65 commentaires
mosaiqueecole

mosaiqueecole

Ta première année d’école n’est pas encore terminée qu’elle me laisse déjà un petit goût de nostalgie.

Ton père et moi étions si pressés que tu ailles à l’école et que tu découvres enfin le monde de tes propres yeux. On avait un peu peur aussi, parce que tu n’avais pas connu la crèche et la vie en communauté avec d’autres enfants. Tout le monde nous disait que ce serait compliqué et que tu aurais peut-être du mal à t’habituer (ndlr : notez comme le discours des gens est souvent rassurant…). On était triste de te séparer de ta nounou, un peu stressés aussi à l’idée de changer ton rythme de vie même s’il n’était plus vraiment adapté au petit garçon que tu étais. Tu avais besoin de partager des choses avec des enfants de ton âge et de te faire des vrais copains. Les rencontres du square ne te suffisaient plus.

Je nous revois encore ton père et moi, ce jour de la rentrée, à essayer de ne pas nous mettre à pleurer comme deux grands cons devant les autres parents, qui d’ailleurs n’en menaient pas large non plus.

Je nous revois mettre cette étiquette avec ton prénom autour de ton cou, et te dire que tout irait bien, que tu allais apprendre plein de choses et t’amuser avec tes nouveaux petits copains. Je gardais la face et le sourire, mais j’avais une boule au ventre. J’avais l’impression désagréable de te lâcher dans le vide.

Pour nous, cette première année d’école fut une nouvelle étape dans notre vie de parents. Elle nous a fait grandir en même temps que toi.

A moi, ta maman, il m’a fallu de longues semaines pour m’habituer au rythme dans lequel l’école nous avait tous plongés. Te réveiller à 7h30 le matin, ce fut un crève-coeur tous les jours. Je crois que je ne m’y habituerai jamais.

J’ai mis du temps à accepter de ne pas connaître les détails de tes journées. Ta nounou n’était plus là pour nous raconter tes pleurs, tes éclats de rire, tes jeux et tes progrès. Qui allait te consoler quand tu aurais un gros chagrin ? Mais j’ai vite compris que dans cette école formidable, il y aurait toujours quelqu’un pour s’occuper de toi. Une maitresse, une ATSEM ou une animatrice qui essuierait tes larmes avec tendresse. Je les remercie pour ça. Et pour tout le reste aussi.

Tu as tellement grandi, que désormais tu me racontes même tes journées. Bon, pas tout évidemment. Il ne faudrait pas que maman sache que tu as été puni, parce que tu t’es battu dans la cour avec Théo. Je le sais parce que Paloma me l’a dit. J’ai d’ailleurs remarqué que ça ne sert à rien de te poser des questions. J’en apprends toujours plus quand je ne te demande rien. Toujours au moment du coucher d’ailleurs, histoire de grapiller quelques minutes de plus avec moi ou avec ton papa.

Cette année, j’ai réalisé à quel point ton doudou était précieux à tes yeux. Tu ne quittes jamais la maison sans lui parce que tu ne veux pas qu’il s’ennuie tout seul et qu’il soit triste.

Cette année, tu m’as offert plus de dessins que tu ne m’en offriras sans doute jamais. Même si ce sont des gribouillis et que j’en ai jeté beaucoup (oh la mère ingrate !).

Tu as troué 9 pantalons et deux gilets, usé 4 paires de chaussures.

Tu ne reviens jamais de l’école sans au moins un caillou dans la poche. Parfois il n’est pas plus gros qu’un grain de sable, mais tu tiens à me l’offrir quand même.

Cette année, j’ai pleuré le jour de la fête des mères, parce que ton cache-pot à paillettes était magnifique. J’ai surtout pleuré parce que j’ai vu dans tes yeux à quel point tu étais fier de me l’offrir.

Tu as été invité à 4 anniversaires. Une maman avait même organisé un spectacle de guignol. Voilà qui ne nous met pas du tout la pression à nous autres parents. Pour ton anniversaire en décembre, on fera venir le Père Noël. Et toc !

Tu as été malade 14 fois. Oui, je les ai comptées. 7 otites, une angine, une pharyngite, une gastro et 3 rhumes.

Tes amis t’adorent et tu le leur rend bien. Ils s’appellent Noa, Louis, Paloma, Igor, Sélim, Gary, Gabriel… Il se murmure qu’Irina est ton amoureuse et que vous étiez assis ensemble dans le bus pour aller à la ferme. J’avais bien remarqué que vous étiez inséparables au parc.

Cette première année d’école, elle s’est clôturée en beauté vendredi soir par une grande fête dans la cour. Il y avait un bal et des gâteaux, des jus de fruits et plein de bonbons. Le concert était nul mais j’ai adoré te voir évoluer dans ton élément.

J’avais l’impression que dans cette petite cour d’école, tu étais chez toi.

Rendez-vous sur Hellocoton !