3 ans pour se sentir maman

Baby chou ! / Chroniques / Chroniques de maman
40 commentaires

Capture d’écran 2014-04-28 à 16.41.01

Je dis souvent qu’il m’a fallu 3 ans pour me sentir maman. Pour ne plus me sentir comme la primipare complètement naïve qui découvre la maternité. Un chiffre qui peut sembler exagéré quand on pense au sacro-saint instinct maternel, censé nous tomber dessus à la première minute où l’on tient son enfant dans ses bras (histoire de bien faire culpabiliser les jeunes mamans). Certaines le ressentent même dès la grossesse, ce n’était pas du tout mon cas. Je repense souvent à cette très belle période de ma vie avec énormément de nostalgie (4 ans déjà !) mais je me souviens surtout à quel point j’étais terrifiée par ce qui m’attendait. Bien loin de la béatitude parfois ressentie par les futures mamans, donc. Mais devant l’inconnu, on a forcément peur, non ?

3 ans, c’est le temps qu’il m’a fallu pour dire à voix haute « mon fils » sans que cela ne sonne bizarre dans ma propre bouche. Pourquoi je ne me sentais pas légitime ? Je ne sais toujours pas. Sans doute que le chemin vers la maternité est plus long et moins naturel pour certaines femmes que pour d’autres. J’ai aimé mon fils dès la première minute. Mais il m’a fallu un an au moins pour ne plus avoir « peur » de lui. Pour que cette sensation de faire parfois les choses par automatisme s’échappe enfin, et que je puisse me laisser aller totalement à mon amour de maman pour lui. Le voir grandir petit à petit est un énorme soulagement pour moi.

3 ans, c’est le temps qu’il nous a fallu à Martin et moi pour obtenir la fameuse complicité « mère-fils » dont on parle tant. Et cette complicité, sa bienveillance envers moi, sont nées en même temps que son langage. L’entendre parler, le fait qu’il puisse enfin s’exprimer sur ce qu’il ressentait, pour moi ça a tout changé. Son langage a fait voler en éclats mes doutes de maman. Finalement je ne suis pas si nulle. Mon loulou est heureux et c’est le plus gentil garçon de la terre.

3 ans, c’est le temps qu’il m’a fallu pour aimer aller au square.

C’est aussi le temps qu’il m’a fallu pour ne plus avoir peur des enfants des autres. Je commence enfin à me sentir à l’aise avec d’autres petits loulous que le mien. Même que j’adore ça, maintenant. A la maison on fait une garde partagée après l’école avec deux autres petits garçons de sa classe. Et j’aime rentrer chez moi et entendre les rires de ces enfants après une journée de boulot mi-figue mi-raisin. Il n’y a rien de plus pur et joyeux que les rires des enfants. Voilà, ma maison pleine d’enfants qui s’éclatent avec la baby-sitter et qui mettent le bazar partout, c’est ma vie désormais. Et retrouver cette maison vide le soir ces deux dernières semaines de vacances, ça m’a complètement déstabilisée. Je n’aime pas les semaines sans lui. 

3 ans, c’est le temps qu’il m’a fallu pour apprécier l’emmener partout avec moi. Je ne supporte plus de faire les choses sans lui. Pourtant j’ai souvent eu cette culpabilisante impression d’avoir un boulet enchainé au pied, chaque fois que je rêvais d’un moment de liberté, rien que pour moi. Avec un enfant, la liberté se paie cher… Mais au bout de 3 ans, j’ai de moins en moins envie de cette liberté. Quand il n’est pas là je me sens plus vraiment libre, en fait. Je ne suis pas libre car il me manque un petit bout de moi.

3 ans c’est le temps qu’il m’a fallu pour accepter l’idée que les chaussettes et les slips Cars, on ne pourrait pas y couper.

Alors je voulais juste dire à toutes les mamans qui me lisent, blogueuses ou non, avec lesquelles j’échange parfois sur les réseaux sociaux : MERCI

Merci de me parler de vos doutes, de vos failles, de votre incapacité à gérer certaines situations, de votre sentiment d’échec, parfois. Grâce à vous je sais que je suis une maman normale <3

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Anne

Je m'appelle Anne et je suis maman d'un petit garçon de 3 ans. Parisienne depuis dix ans, je vis sur les hauteurs de Montmartre. Dans la vie je suis aussi directrice éditorial du site hellocoton. Vous pouvez me suivre sur Twitter, Pinterest, Hellocoton et Facebook.

40 Commentaires

  1. Je n’ai pas d’enfant donc dur de se rendre compte mais je veux bien imaginer qu’il faille passer par de nombreux stades pour intégrer tous ces bouleversements !
    Un bien joli billet 🙂

  2. Un très joli billet !
    Bah, le fameux (et mensonger) « instinct maternel »: Meilleure invention au monde pour culpabiliser les mères, en effet…
    C’est tellement étonnant, ce passage à l’état de « maman ». On aime son enfant plus que tout et parallèlement, il est difficile de trouver un peu de temps pour soi… De mon côté, l’arrivée de chaque enfant a été très différente. Ma première grossesse m’a quelque peu déroutée… mais je me souviens du grand entrain que j’avais pour prendre ma fille dans les bras. La seconde grossesse en revanche m’a laissée terriblement épuisée. Mon fils ne faisait pas ses nuits mais, en outre, se tordait de douleur toute la journée. Il a mis quelques mois à s’apaiser. J’avais presque peur d’approcher son petit lit, de crainte de le réveiller, les premiers temps. Je tombais de sommeil. Là, il a fallu s’accrocher même si j’aimais mes deux enfants très fort.
    Concernant les grands temps de leur enfance, je dirais pour l’instant que j’ai senti une première marche à 2 ans… et une seconde à 4 ans.
    Comme toi, je goûte comme jamais tous mes jours de Maman. Je commence à comprendre ce temps qui passe, ce temps qui file. Non seulement avec mes enfants, mes aussi avec mes neveux et nièces. Quelque chose me manque quand ils ne sont pas là. En plus, en ce mois d’avril, mon mari et moi venons de prendre conscience que nos deux enfants nous suivent désormais plus facilement qu’avant en vacances. Cela donne des ailes pour préparer d’autres projets… . Tiens, à propos de projets… Tu ne nous avais pas dit, il y a longtemps maintenant, que tu avais des changements en tête ? (Pardon si je me souviens mal… peut-être suis-je en train de raconter des bêtises.)
    Bonne soirée !

  3. J ai encore parfois des doutes quand a ma capacité a être une bonne mère,je craque parfois,j ai besoin de respirer de temps en temps et je culpabilise,mais je suis comme toi,je suis habituée maintenant a l’emmener partout,maintenant qu’elle ne se roule plus par terre en courses,qu’elle apprécie et qu’elle reste sage 10min chez le docteur!ce n’est pas facile tous les jours d’être mère mais je suis aussi plus a l’aise avec un enfant en bas âge qui échange avec moi plutôt qu’avec un bébé enfin n’est ce que je crois comprendre de moi!l’emmener voir Clochette ou passer des journées dans les parcs d’attractions ça m’amuse et ça me plait!des gros bisous a toi!

  4. C’est marrant, pour moi j’ai l’impression que ça va extrême contraire.
    Je n’ai qu’une expérience relativement faible de maman (Bébé n’a que 2,5 semaines), mais je suis étonnée de me sentir si à l’aise dans mon nouveau rôle.
    Moi qui suis gauche avec les enfants ou bébés des autres, j’ai l’impression que tout coule de source avec le mien.
    Cela dit, pour l’instant, tout va bien, pas de souci majeur à part son poids plume à la naissance…
    Maintenant, reste à savoir si j’aurai l’instinct maternel en cas de problème… À suivre !

  5. Moi je te dis merci parce qu’en ce moment je suis en plein doute sur mon potentiel de devenir maman un jour. Un jour j’ai confiance, un autre, je me dis que ce n’est pas pour moi, que je n’ arriverai pas à tout gérer, que c’est trop compliqué et peut être qu’il vaut mieux que j’abandonne l’idée ! Bref, je vois que c’est peut être normal finalement. Bises

  6. @lili : merci Lili ! Ton commentaire de « nullipare » (quel vilain mot !) est d’autant plus précieux pour moi 😉

    @Nathalie : j’aime tellement tes commentaires, ils me réconfortent toujours. Je me dis souvent que si on se retrouvait autour d’un thé toutes les deux, on aurait bien des choses à se dire… Sinon, des projets j’en ai toujours, le changement passait surtout par notre déménagement, les travaux qui allaient avec etc… C’était déjà beaucoup d’un coup, même si j’ai encore plein de nouvelles choses en tête 😉

    @Lexou : moi aussi j’adore prévoir des sorties, aller au parc, lui faire découvrir des choses… Ça nous fait tellement de bien à nous aussi ! J’ai tendance à penser que si nos enfants n’étaient pas là, on ferait beaucoup moins de choses et on resterait plus souvent enfermés !

    @ Kimie : bizarrement j’étais assez à l’aise, je n’avais pas peur de m’en occuper… En revanche je me sentais un peu déroutée, j’avais du mal à trouver ma place, je n’arrivais plus à me reconnaître… Je n’étais plus celle que j’étais « avant », et pas tout à fait maman non plus. C’est cette période un peu étrange et délicate qu’il m’a fallu surmonter mais j’ai adoré cette période ! Profite bien des tous premiers mois, ils sont merveilleux… Ah, comme j’aimerais sentir la petite bouille de mon fils encore nourrisson lovée dans mon cou <3

    @Zelda : hé bien tu vois, tu y arriveras ! Je n'ai aucun doute là dessus 🙂 Se poser ces questions, c'est déjà être une bonne mère !

  7. hellau a écrit

    bonsoir Anne, J’espère toujours… un jour, vivre ce que tu vis avec « ton » fils Martin ;-)… j’imagine la chambre de ce bébé tant attendu, les sorties au zoo ou la forêt d’à côté, et tant de jolies choses à découvrir…

  8. Quel article magnifique ! 🙂
    Je suis allée un peu plus vite que toi (et pour cause, elle n’a pas encore 3 ans, mais je me sens maman quand même), mais j’ai mis un peu de temps aussi avant de vraiment me sentir bien à et l’aise dans cette nouvelle peau.
    Et j’ai aussi l’impression qu’on coupera pas aux Hello Kitty, Barbapapa et autres machins dans le genre 🙂

  9. Joli joli!
    L’arrivée de Jolie douceur 15 mois et demie après Petit bonheur m’a beaucoup aidée à prendre mes marques de maman, même avec mon premier.
    Avec un deuxième enfant on est + sereine et j’ai pu prendre du recul par rapport aux difficultés rencontrées (prématurité, coliques, RGO) avec Petit bonheur et à la culpabilité qui va de paire.

  10. Joli article ! J’ai toujours senti en moi, d’aussi l’on que je me souvienne, qu’etre maman est le rôle de ma vie. Mais face au quotidien, que de doutes, que de questionnements, la peur de mal faire, la peur u regard des autres … Encore une fois, c’est le rôle de ma vie, mais je te jure que ça n’est pas évident tous les jours non plus !

  11. Je n’ai pas d’enfants et n’en aurai probablement pas avant un moment. Un jour, peut-être, quand j’aurai suffisamment voyagé, été libre…
    Mais depuis quelques mois, je lis des blogs famille sur hellocoton, et ça m’a ouvert des océans de nouvelles perspectives, des questionnements, des découvertes. Sur la maternité, la grossesse et plein d’autres sujets.
    Ton post fait écho à une réflexion récente chez moi sur la difficulté de la relation parents-enfant avant que ce dernier ne puisse parler, exprimer son amour (entre autres ^^). En tant que parent, tu donnes tout… et restes dans le doute… ça doit être assez terrible à la longue!

  12. On a toutes des doutes, mais je suis certaine que tu es une super maman ! Il m’a fallu du temps aussi pour m’y faire. Et à peine je m’y suis fait, j’ai remis le couvert, et maintenant je ne réalise toujours pas que je suis maman de 2 ! 😉

  13. Très joli billet et Ô combien de mamans s’y retrouverons..
    Je disais il y a peu dans un billet «9 mois pour donner la vie, 9 mois (minimum) pour devenir mère». Et ce n’est qu’un minimum pour avoir le minimum de légitimité en tant que mère dans mon cas (et on est encore loin du compte little L. et moi).

    L’instinct maternel est une vaste blague ultra culpabilisante pour beaucoup de mamans qui n’osent pas parler de leur souffrance et de leur difficulté à se réaliser en tant que mère de peur d’être catalogué de mauvaise mère ou d’ingrate face au cadeau que la vie leur a fait.

    Merci pour ton témoignage qui atteste du fait que même si on passe par des débuts difficiles, rien n’est gravé dans la roche et que les relations qui nous lient à nos enfants sont en constante évolution..
    Ca remonte mon moral de maman qui a souvent du mal à gérer elle aussi, vraiment, merci…

  14. suepr joli article comme toujours! ah cette liberté perdue, qu’est ce que je peux la regretter ou l’évoquer!!!! mais le bonheur d’être avec mon fils est bien plus fort!!!!! de gros bisous et une pensée pour ton garçon!!!

  15. Un article très touchant dans lequel je me reconnais parfaitement. Mon fils a 18 mois et je ne me sens pas maman. Je suis systématiquement surprise quand il prononce ce mot à mon attention. Alors je le regarde et je réponds : « Oui ? » Alors qu’au fond de moi je pense : « Je suis donc sa maman… C’est fou, il est mon enfant »…

  16. On se pose simplement trop de questions, trop de « j’aurais du faire comme cela », trop de « est-ce que mes enfants sont heureux », trop de doutes. On en a parlé plusieurs fois, le fait de se poser des questions et de se remettre en question prouve indéniablement que nous sommes finalement de bonnes mamans. Et, à moins de mamans cruelles, sans cœur, je crois que toute maman est une bonne maman depuis les yeux de nos enfants. On a toujours peur de mal faire mais eux prennent les choses simplement, naturellement et ressentent si bien tout ce qu’on accomplirait pour eux. Vivons les choses simplement et naturellement et posons-nous moins de questions pour vivre ces choses plus entièrement. Ton billet confirme que tu es sur la bonne voie et je pense l’avoir compris aussi et profiter davantage du moment présent. Des bises.

  17. Je ne peux que bénir les mamans honnêtes comme toi !!!! Non rien n’évident et oui ça peut prendre du temps…Ce type de post permettra surement à plaine de jeunes femmes de décomplexer leur appréhension! Merci & bravo !

  18. Je me pose des questions sans arrêt, même avec trois enfants, je ne suis jamais sûre de rien, a part de les aimer bien sûr.
    Et ces mamans, blogueuses ou pas comme tu dis, et dont tu fais partie enrichissent mon vécu de mère.
    Un bien bel article !

  19. Pour moi ça a commencé pendant la grossesse, peut être parce que j’ai eu peur de la perdre et que je savais que c’était probablement la seule chance d’avoir un enfant que j’avais… mais ce n’est pas une histoire d’instinct maternel car je sais que j’avais cet instinct bien avant mon enfant et qu’il « fonctionnait » ou pas selon les enfants à qui j’étais confrontée et aujourd’hui c’est pareil, certains enfants me mettent mal à l’aise et d’autres non… c’est aussi lié à mon enfance et mon vécu, ce qu’il m’a manqué je l’ai pour d’autres très facilement…
    de toute façon, nous sommes toutes différentes que ce soit dans la façon d’être et d’appréhender la maternité mais aussi tout simplement dans notre façon d’être femme. Il n’y a pas de meilleure façon que d’autre, il faut qu’on se sente bien dans ce qu’on est (je sais c’est d’une banalité 🙂 ce que je dis) et si on se sent sereine c’est qu’on a réussi…

  20. Virginie a écrit

    J’aurais pu écrire ce post là…Maman depuis bientôt deux ans, je vois avec soulagement mon petit commencer à s’exprimer. Enfin je vais savoir! Tant de doutes et parfois de culpabilité. Ton écrit m’a beaucoup touchée, merci à toi pour le partage.

  21. Quand je lis ton article, je m’en veux un peu de ne jamais être revenue sur la naissance de mon fils sur le blog. Je l’ai ouvert à la naissance de ma fille, sans doute pour passer à autre chose. Ca a été tellement difficile d’apprivoiser ce petit bébé qui pleurait tout le temps. Et c’est sans doute ce qui fait aussi la belle complicité qu’on a maintenant.

  22. Mam'zelle Jules a écrit

    Merci!
    Mon petit astre célest…ine aura 3 ans en juin. Pour la petite histoire de ce petit bout, je l’ai attendue, rêvée pendant de nombreuses années, pas pour une question médicale, mais j’attendais d’avoir trouvé « mon amour », et le futur papa. Ma grossesse a été idyllique; j’ai passé 9 mois à coudre, peindre, tricoter, l’attendre et la sentir bouger avec émerveillement. Elle a été incroyable, pas de nausées, pas d’envies bizarres ou humeurs étranges non plus…et puis elle est arrivée! Tout ce que j’avais pu imaginer à volé en éclats. Oui, je l’aimais déjà mais rien à voir avec l’amour que j’ai pour elle aujourd’hui, et pourtant…. Dieu que cela fait du bien d’entendre d’autres mamans parler de culpabilité, de doutes…
    Durant les premiers mois de Célestine, je disais souvent à son papa qu’il me semblait très étrange de dire « ma fille », comme si je jouais un rôle. Petit à petit, ce sentiment s’amoindrit, mais cela n’empêche pas de se sentir perdue de temps à autre…comme la nuit dernière où mon « petit monstre » s’est réveillé en hurlant et en tapant des pieds (2 fois à une heure d’intervalle). Impossible d’échanger avec elle et les nerfs qui prennent le dessus pour elle comme pour moi. Et ce matin, la nourrice me propose de la garder pour la nuit car le petit copain de Célestine dort chez elle. Mon petit bout est ravi et moi aussi. Je pense « super, une soirée au calme! ». Et quelques minutes plus tard, je m’en veux d’avoir pensé ça, et l’instant d’après elle me manque comme si je ne l’avais pas serrée dans mes bras depuis une éternité…. Vivement demain! Alors, même si je ne me sens pas encore complètement légitime dans mon rôle de maman, rien n’est plus important que l’amour que j’ai pour ma Célestine.
    Merci d’avoir partagé ce très bel article.

  23. Un joli billet, plein d’humilité, je crois que tu es trop exigeante même dans la maternité, la perfection n’existe pas, tu es sa maman et je pense que vous vous aimez dès la première seconde après ce sont des ajustements et l’éducation concerne les deux, enfants et parents 🙂

  24. Quel superbe billet ! C est exactement ce que j ai ressenti la 1ere annee de mon petit garçon de 2 ans et demi. Ce manque de liberté, cette quete d identité. Et depuis, il me manque dès qu il n est pas là. Je ne sais plus quoi faire de ma liberté quand parfois je la retrouve. L aquisition du langage est merveilleux et un grand soulagement.

  25. Plein d’émotions ton billet!
    Les choses changent d’un enfant à l’autre… Pour Mouflette, tout m’a semblé « naturel », elle était évidente dans ma vie, j’ai ressenti puissamment cet « instinct maternel » dont on parle…
    Mais pour MC, les choses ont été différentes, et il m’a fallu beaucoup de temps pour me sentir maman de cette petite fille là… Comme s’il m’ avait fallu un très long moment pour que je l’apprivoise enfin.
    Et des doutes, j’en ai à la pelle! Plus Mouflette grandi et moins je me sens à la hauteur, plus être maman me semble difficile voire certains jours impossible…

    Alors merci à toi pour ce billet, parce que j’ai moi aussi besoin de savoir que je ne suis pas la seule! 🙂

  26. J’ai tendance à penser qu’il y a autant de façon de vivre une « parentalité » au quotidien qu’il y a de parents, ou de mamans en l’occurrence 🙂 Et surtout, les choses évoluent, les sentiments deviennent plus forts, les liens se resserrent. Moi, j’ai tout de suite aimé être avec ma fille tout le temps, je ne conçois pas les découvertes et émotions du quotidien sans elle. C’est mon petit bonheur à moi 🙂

  27. Encore un bel article dans lequel je me reconnais pas mal…Le plaisir d’aller au parc, il n’est toujours pas là pour moi 😉 et j’ai mis longtemps à vraiment m’attacher à mon petit bonhomme…le ciel ne m’est pas tombé sur la tête le jour de l’accouchement…je me demande si j’aurais ressenti les choses différemment avec un accouchement par voie basse…la je me disais qu’il n’avait pas choisi ce jour la pour arriver, qu’on le forçait et j’avais une peur immense de le rencontrer, je voulais le garder au chaud plus longtemps 😉 la complicité évolue de jour en jour surtout en ce moment ou il commence a parler de plus en plus, a faire des blagues, a vouloir se cacher et nous faire peur…bref on s’éclate et on se demande ce qu’on faisait avant lui. Toujours pas passé le cap de le laisser plus de quelques heures mais bon c’est ça aussi d’être à l’étranger, je ne me vois pas partir en week-end en le laissant à sa nounou. Bref mon commentaire part un peu dans tous les sens mais en tout cas j’aime vraiment tes articles sur ce thème.

  28. clarillon a écrit

    Bel article dans lequel de très nombreuses mères se retrouveront.
    Former un couple, fonder une famille, … se bâtir un avenir… tout cela prend du temps, rien n’est une évidence. Ensuite, quelle joie de se retourner et voir le chemin parcouru!

  29. Eve a écrit

    Il faut parfois du temps pour accepter ce rôle de mère, c’est pas facile. On ne nous a rien apprit et il a fallut improviser parfois.
    Il est chouette ton article, merci à toi aussi de te confier. des bisous

  30. Anne a écrit

    @ A tous : encore une fois, merci infiniment pour tous vos commentaires ! Pour moi c’est toujours un plaisir d’échanger avec vous sur nos expériences ou non point de vue de maman (ou non !). Je me demande toujours si je fais bien d’écrire ce genre d’articles… Parler de ses faiblesses et de ses doutes, c’est aussi s’exposer au jugement d’autrui… Et pourtant quand je lis vos commentaires, je vois qu’on est nombreux à s’interroger sur les choses de la vie, que l’on soit parents ou non d’ailleurs. Alors merci car grâce à vous je n’ai jamais regretté un seul des billets publiés sur ce blog ! (et merci aussi pour votre fidélité, je ne le dirai jamais assez) (ça fait beaucoup de merci :D)

  31. Ton article est plein d’émotion et tellement vrai. J’ai eu la même sensation, je ne suis pas née maman, je le suis devenue, et même après 8 ans 1/2 j’apprends encore … tous les jours (et après les slips cars j’accepte presque les t-shirt fluo, mais là j’ai encore du mal).

  32. Je crois que toutes les mères se retrouvent dans ce que tu dis… Nos enfants nous manquent lorsqu’ils ne sont pas là et pourtant lorsqu’ils sont avec nous on a parfois besoin d’air… Ce sont là toutes les ambivalences des parents ! 🙂
    Ca me fait sourire les chaussettes et le slip Cars… Nous devons tous subir ça (et puis Dora, Oui Oui…). Je crois qu’il faut déjà se féliciter lorsqu’ils ne les veulent pas sur leurs tee-shirts ! 😉

  33. Je me retrouve vraiment dans ce que tu dis, même si je n’ai pas de mal à dire « mon fils » 😉 Cet apprentissage est loin d’être facile, tout comme le fait de renoncer à une partie de soi (celle qui sortait, allait voir des expos et avait un salon vierge de toutes traces de Fisher Price)… et oui, il m’arrive souvent de regretter mon budget shoes (parti chez la nounou) ou les grasses mat (mini-Panda réglé sur 6h30, ouch), tout en n’imaginant pas la vie sans lui. Complexe hein !

  34. J’aime beaucoup lire tes posts, et encore plus depuis que je sais que je vais être maman.
    Je commençais une grossesse sereine sans vraiment penser à la réalité des choses.
    Mais apres quelques incidents de santé, je me rend compte que je dois commencer à me ménager pour lui, que je ne suis plus toute seule. De là sont nés beaucoup de questions et de doutes..
    Te lire m’est rassurant, et en tout cas je crois qu’il faut bcp de courage et de recul pour en parler ainsi !

  35. Lo a écrit

    Quel touchant billet. Je découvre ton blog et le mets direct dans mes favoris car je me retrouve déjà dans les 1ers posts parcourus! Mon aîné a bientôt 8 ans et je n ai pas oublié ce que j ai ressenti la première fois que j ai prononcé ces petits mots fous « mon fils » il était tout petit et c est la que j’ai pris la mesure de ce que ça représentait . Au fil des années nous avons tous 2 construit un merveilleux lien qui bouge constamment, et ce lien est très différent mais tout aussi intense avec son père. Je n aurais jamais imaginé ça avant d être une maman. J ai également une fille de 6 ans, ce lien est tout aussi intense mais très différent également.
    Bonne fête des mamans ^.^

  36. Fefal a écrit

    Quelle beau billet!

    Je n’ai pas d’enfants mais je me pose la question: qu’est ce que l’instinct maternel? ça me parle pas du tout…

    Qu’est ce qui ta poussé de ton côté à avoir un enfant et passer le cap? car moi j’ai encore des doutes et adore ma liberté actuelle…trop peur de la perdre…mais les années passent et je n’ai peu de réponses.

    De plus, j’entend des parents me dirent, tu verras « c’est génial un enfant » alors qu’ils se plaignent à longueur de journée sur leur vie avec leurs enfants…

    Peut-être que tu as quelques réponses à ses différentes questions.

    Au plaisir de te lire.
    Fefal

  37. laurie a écrit

    Et moi je dirais MERCI à toi de dire tout haut ce que je pense tout bas, étant maman depuis 7 semaines seulement.

    J’ai moi aussi pas eu ce « coup de foudre » dont tout le monde me parlait, j’ai du mal à dire mon fils également et ce petit être -que j’aime profondément- me semble parfois si étranger !

    La seule certitude dominant tout ces doutes reste l’amour profond que je ressens et le sentiment de protection qu’il m’inspire !

    C’est en effet rassurant de lire ces mots dont la plupart du temps les mamans ont honte !

  38. Pingback: Pourquoi il faut oser parler de la déprime de grossesse - Le blog d'Annouchka

  39. Pingback: Deux ans. – lasucrery

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *