Browse Category

Voyages

Un road trip au Portugal, de Lisbonne à Porto

posted by Anne 8 septembre 2016 45 Comments

DSC00056

J’essaie d’écrire ce billet depuis au moins 15 jours mais le marathon de la rentrée ne m’a laissé aucun répit ! Martin vient de rentrer au CP et pour ne rien vous cacher, je me suis pris la violence du passage école maternelle => primaire en pleine figure, entre le cartable à vérifier tous les soirs et les devoirs (=> hier soir à 22h, « les devoirs, meeeeeerde on a oublié les devoirs !!! » ahahah) je sens qu’on ne va pas s’ennuyer cette année ! Sans compter le marathon des inscriptions à la cantoche, au centre de loisirs, à la gym, au foot, la course chez le docteur pour obtenir un certificat médical ou encore, faire des photos d’identité dans un Photomaton absolument pas conçu pour les enfants (dites les fabricants, ça vous dérangerait de prévoir un tabouret réglable à la hauteur d’un enfant ?? sans déconner !).

Bref, je trouve enfin le temps de vous raconter mes vacances du mois d’août au Portugal. Pour commencer, je reconnais que je suis totalement folle : organiser un road-trip en plein mois d’août à 3 mois de grossesse, quand on passe le clair de son temps à se retenir de vomir, ce n’est pas l’idée du siècle. Je ne sais pas ce qui m’a pris, à croire que j’avais soif d’aventures et de toute façon, je ne sais voyager que comme ça. Un voyage, pour moi, ça doit être synonyme de découvertes et cela passe forcément par une certaine itinérance.  Rassurez-vous, finalement ce ne fut pas si compliqué que cela : le Portugal est un petit pays qui se visite facilement, les distances sont très courtes avec de belles autoroutes qui m’ont permis de ne pas dégobiller à chaque virage 😀

☆★ NOTRE ROAD-TRIP // ITINÉRAIRE ★☆ 

J’ai réservé nos billets d’avion une semaine avant le départ, autant dire à la dernière minute. J’ai trouvé des billets à un tarif « raisonnable » étant donné la date très proche et la haute-saison (300 euros / personne sur Easyjet). Nous avions choisir d’atterrir à Lisbonne et de repartir de Porto, afin de pouvoir effectuer une boucle. Sur place, nous avons loué une voiture pour une petite semaine, puisque nous n’en avions pas besoin à Lisbonne ni Porto. Notre itinéraire se découpe comme suit :

3 nuits à Lisbonne

 Je n’ai pas eu le coup de coeur attendu pour Lisbonne… En même temps, je n’avais pas fait attention que notre arrivée correspondait pile au week-end du 15 août. Il y avait donc énormément de monde et surtout il a fait exceptionnellement chaud ces jours là (40° à l’ombre). J’ai donc passé l’essentiel de mes journées à me plaindre que j’avais trop chauuuuuuud, j’ai même découvert que l’on pouvait transpirer des seins (merci le bonnet C offert par la grossesse^^). Plus sérieusement, mon état de femme enceinte m’a empêché, je pense, d’apprécier les charmes de la ville, qui monte (beaucoup !) redescend puis remonte encore de plus belle… Au bout de 48h j’étais complètement HS et ne voulais même plus sortir de l’hôtel^^. J’ai tout de même adoré le bairro alto et bien évidemment l’Alfama, que j’aurais adoré découvrir en soirée car il paraît que c’est le soir ou même la nuit que Lisbonne se dévoile vraiment… Bref, EPIC FAIL, Lisboa je t’apprécierai sûrement mieux une prochaine fois !
Notre hôtel : le LX Boutique Hôtel, extrêmement bien placé dans le Bairro Alto mais que je vous déconseille : bruyant et beaucoup trop cher. OK la déco est jolie mais pour le calme et l’accueil on repassera ! 

3 nuits dans les environs d’Obidos


Après Lisbonne, nous avons dormi un peu plus au nord, sur la côte, à Praia Del Rey, minuscule station connue pour son magnifique golf. Cela nous a permis de rayonner et de visiter Obidos, Nazaré et les petits villages aux alentours. C’est l’une des étapes de notre parcours que j’ai préféré. Avant de rejoindre notre hôtel à Praïa Del Rey, nous nous sommes arrêtés à Sintra et ses châteaux de princesse. Une superbe étape mais là encore, trop de monde, des difficultés pour nous garer, mais de belles visites à la clé quand même. J’ai donc particulièrement apprécié le charme et la quiétude d’Obidos la médiévale, l’un de mes coups de coeur de ce voyage ! Nous avons également ADORÉ la station balnéaire de Nazaré et son ambiance très populaire et désuète. A Nazaré, on dirait que le temps s’est arrêté, les grand-mères portugaises sont encore habillées en tenue traditionnelle, le linge sèche aux fenêtre et ça sent le poisson grillé partout. La plage est tout simplement magnifique et connue pour ses énormes vagues en hiver. Apparemment, c’est l’un des plus gros spots de surf au monde mais nous, nous avions eu droit à une jolie mer d’huile 😉 Par contre l’eau est GELÉE, à moins d’être breton n’espérez même pas vous baigner (ahahaha).
Notre hôtel : le Marriott Praia del Rey. J’ai eu la chance de trouver une super promo 3 jours avant le départ… Hôtel magnifique au milieu d’un golf  et donnant sur une très belle plage.

Une nuit à Aguiera sur la route de Coïmbra…

au bord de l’eau dans la jolie Quinta de La Conchada. Une étape reposante, au calme et qui m’a laissé un super souvenir ! J’ai adoré notre chambre avec vue sur la rivière et c’est sans doute la meilleure nuit que j’ai passé (et la moins chère aussi, comme quoi !). Notre prochaine étape de visite était Coïmbra qui ne nous a pas spécialement charmés. L’université est néanmoins à voir, ainsi que sa somptueuse bibliothèque ancienne mais hormis cela, la ville se parcourt rapidement.

3 nuits dans la Vallée du Douro

C’est Cristina qui m’avait conseillé cette région qu’elle connait bien. Elle m’avait dit « tu verras, la lumière y est démente ! » et elle ne s’était pas trompée : j’ai adoré cette région loin DE TOUT. La vallée du Douro est classée au patrimoine mondiale de l’UNESCO. La vallée est constituée principalement de vignobles où l’on fabrique notamment le Porto et autres vins spiritueux (que je n’ai pas pu goûter hélas, vous vous en doutez). A part la visite des vignobles, il n’y a pas grand chose à faire dans cette vallée si ce n’est PROFITER du paysage spectaculaire et se reposer dans une Quinta. Nous avons dormi à la Quinta Do Silval, à quelques kilomètres de Pinhao, qui nous a laissé un très bon souvenir.

3 nuits à Porto


Ahhhh Porto… comment vous la décrire… Porto et moi ce fut tout de suite le coup de foudre et je n’arrive toujours pas à l’expliquer. Elle n’a pas forcément tout pour plaire, la circulation est un bordel sans nom, ses vieux immeubles sont noircis par le temps mais elle a « ce je ne sais quoi » qui m’a tant plu et fait oublier la déception que j’avais eu à Lisbonne. J’ai vraiment adoré cette ville, l’ambiance dans le quartier de la Ribeira le soir (c’est de la folie !), son côté festif… On dirait que Porto est une ville heureuse, qu’elle sourit, en tout cas elle m’a rendue heureuse pendant  3 jours et ce n’était pas gagné étant donné mon état (de plus en plus pitoyable au fur et à mesure du séjour, la fatigue s’accumulant). Je ne m’attendais vraiment pas à une telle claque, je pensais que Lisbonne me taperait dans l’oeil mais finalement, c’est de Porto dont je suis tombée amoureuse 🙂 Je vous conseille vraiment cette ville pour un petit week-end en amoureux ! Et malgré son côté très populaire et vieillot, Porto regorge de bonnes adresses, de bons restaurants et de petits bars à la déco hyper branchée. C’est fou, hein ?

J’ai vraiment adoré ce voyage malgré les conditions parfois difficiles (la chaleur, le monde – surtout à Lisbonne, les nausées…). Le Portugal est un pays extrêmement attachant et dont la gentillesse de ses habitants m’a beaucoup émue. Côté cuisine, j’ai particulièrement apprécié la simplicité des plats locaux : beaucoup de légumes, poissons, fruits de mer… je m’attendais à une cuisine aussi grasse qu’en Espagne (mon pire cauchemar côté bouffe !) mais il n’en est rien. La cuisine portugaise est sans chichi mais savoureuse, vous pouvez facilement déjeuner partout pour 5/7 euros par personne (un peu plus le soir) les plats du jour sont toujours excellents et cuisinés maison. Je me suis rendue compte à quel point en France, nous avions une approche de la cuisine totalement mondaine et pompeuse. J’aimerais, par exemple, qu’à Paris on puisse trouver « la sopa do dia » (soupe du jour) dans n’importe quelle brasserie pour…  2 euros !!! Mais je rêve, je le sais !

Je vous laisse avec ces quelques photos de notre périple, dans ce pays qui m’a beaucoup touchée <3 Vive le Portugal !

lisbonne

DSC00032

DSC00014

DSC09954

DSC00023

DSC00063

DSC00006

DSC00039

dsc09936

dsc09944

DSC00047-2

obidos

DSC00088

DSC00115

DSC00086

DSC00108-2

DSC00125

DSC00119

DSC00133

nazare

DSC00181

DSC00210

DSC00183

DSC00164

DSC00212

douro

DSC00214

DSC00237

DSC00243

porto

DSC00276

DSC00289

DSC00290

DSC00311

DSC00302

DSC00280

DSC00312

DSC00331

DSC00327

DSC00369

DSC00356

DSC00294

DSC00268

DSC00244

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Une journée à Takayama, dans les Alpes japonaises

posted by Anne 8 juin 2016 20 Comments

DSC08243

Après 5 jours à Tokyo et deux jours à Kanazawa, nous sommes allés passés une nuit à Takayama, dans les Alpes Japonaises. Pour y aller, il faut prendre un autocar. Le trajet dure environ 2 heures mais nous avions choisi de nous arrêter d’abord dans le joli village de Shirakawa-go, classé au patrimoine mondial de l’ UNESCO (que je vous montrerai une autre fois car je n’ai pas encore trié toutes mes photos, c’est siiiiiii long !).

J’ai adoré Takayama, j’ai trouvé la ville très authentique et hyper bien conservée, même si elle était malheureusement envahie de touristes (surtout des touristes chinois qui débarquent par groupes de 100 personnes et passent leur vie à se prendre en photo tous les 2 mètres…. Grrrrr). Ça ne se voit pas sur mes photos car nous avions rapidement quitté les allées ultra commerçantes pour d’autres rues plus calmes et hyper charmantes. D’ailleurs, nous sommes tombés par hasard sur une rue où plusieurs brocantes étaient alignées. J’ai pu m’acheter un joli kimono vintage pour à peine 10 euros, que j’espère pouvoir porter dans les prochains jours, si le soleil veut bien revenir !

Takayama est traversée par une rivière, elle-même bordée de maisons traditionnelles en bois. C’est vraiment charmant, surtout le soir quand le soleil se couche sur la rivière et que la lumière orangée fait ressortir la jolie couleur du bois des maisons… Cette promenade en fin de journée est l’un de mes meilleurs souvenirs de ce voyage !

PS : nous avons dormi au Ryokan Hijanoya Kachoan. Ce fut la nuit la plus chère de notre séjour mais aussi la plus luxueuse. Les Ryokan sont des hébergements traditionnels (on dort sur un futon) au service irréprochable (d’où le prix élevé). Le diner est inclus dans le tarif et la cuisine que l’on vous sert est une cuisine raffinée et haut de gamme. C’est le meilleur moyen de découvrir toutes les merveilles de la cuisine japonaise ! Si vous envisagez un voyage au Japon, prévoyez absolument une nuit dans un ryokan, vous n’oublierez jamais cette expérience…  (*soupir*)

DSC08205-2

DSC08231

1

DSC08263-3

DSC08233

Untitled design (1)

DSC08261-3

DSC08227

DSC08273-2

DSC08213

DSC08201

DSC08221

DSC08190-2

DSC08292

DSC08312

DSC08305

DSC08176-2

DSC08195

DSC08193

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Kanazawa ou la rencontre avec les geishas

posted by Anne 22 mai 2016 8 Comments

DSC07726 (2)

Après 6 jours à Tokyo, nous avons pris le Shinkansen pour nous rendre à Kanazawa, une ville magnifique qui se situe au bord de la mer, dans les alpes japonaises. Je n’avais jamais entendu parler de Kanazawa avant de tomber complètement par hasard sur ce chouette article dans l’Express. Kanazawa commence à s’ouvrir doucement au tourisme depuis que le TGV la relie à Tokyo en 3 heures (la ligne rapide existe depuis 2015, c’est donc tout récent !). Le fait que son patrimoine soit encore très préservé m’a vraiment donné envie de la découvrir et bien m’en a pris, ce fut l’une de mes étapes préférée au Japon avec Takayama.

Kanazawa est vraiment une petite perle du Japon, j’ai eu un coup de coeur immense pour cette ville un peu plus à l’échelle humaine que Tokyo (450 000 habitants quand même^^). Le contraste était vraiment saisissant et après 6 jours de pure folie à Tokyo, j’étais contente de découvrir un autre visage du japon, plus « nature » et reposant. Pour vous donner une idée, ça fait un peu le même effet que de passer de Paris à Bordeaux ahahah^^.

Nous avons passé deux jours à Kanazawa, ce qui suffit largement car les principaux sites touristiques sont tous réunis dans un petit périmètre. On y trouve l’un des 3 plus beaux jardins du Japon (le jardin Kenrokuen) le quartier des geishas (Higashi), et un ancien quartier de samouraïs (Nagamachi) superbement conservé (et aussi un magnifique château, tant qu’on y est). D’ordinaire, je ne visite jamais les musées (sauf quand il pleut !) mais j’ai adoré le musée d’art contemporain de Kanazawa. Son architecture est renversante et le maître d’oeuvre n’est autre que l’agence qui a réalisé le musée du Louvre-Lens… c’est fou non ?

Mais le clou de notre séjour à Kanazawa, c’est le spectacle des geishas auquel nous avons assisté le soir de notre arrivée. Il existe tout un mythe autour des geishas, beaucoup d’entre-nous se demandent qui elles sont vraiment. Les pauvres ont malheureusement la réputation d’être des prostituées (moi-même j’ai longtemps eu cette image) mais il n’en est rien. Les geishas sont des femmes de compagnie qui consacrent leur vie à l’apprentissage des arts et de la musique, dans le seul et unique but de divertir les clients auxquels elles sont présentées. Elles sont très cultivées et dotées d’une élégance rare qui m’a littéralement scotchée. Nous avons eu la chance de les voir à l’oeuvre car chaque année, les maisons de thé dans lesquelles elles officient ouvrent exceptionnellement leurs portes quelques soirs, pendant 2 semaines. Ces quelques représentations, spécialement dédiées aux touristes étrangers, sont la seule et unique occasion de les voir pratiquer leur art. Sinon, vous pouvez espérer les croiser à la nuit tombée dans le vieux quartier de Kyoto mais leurs apparitions sont toujours très brèves et furtives (souvent, elles ont rendez-vous avec un client et sont donc assez pressées). Nous avons croisé 3 geishas à Kyoto et à chaque fois, je me suis demandée si elles étaient bien réelles… C’est difficile à expliquer mais leur tenue (maquillage et coiffure hallucinants) leur manière de bouger et notamment la finesse de leurs gestes, donnent l’impression qu’elles ne font pas partie de ce monde !! Je comprends maintenant toute la magie qu’il y a derrière la simple évocation du mot « geisha » et pourquoi elles sont aussi respectées et recherchées. Ces femmes sont tout simplement exceptionnelles. Il n’en resterait que 200 au Japon, dont la grande majorité à Kyoto. A Kanazawa, il reste une quinzaine de geishas. Elles ont le droit de se marier pourvu qu’elles entretiennent le mystère aux clients et taisent leur situation familiale. En revanche, à Kyoto la tradition est respectée à la lettre et une geisha ne peut pas se marier. Si elle le souhaite, elle doit malheureusement abandonner l’institution…

Je suis encore très émue de cette rencontre avec ces 2 geishas de Kanazawa car je n’avais jamais imaginé que cela arriverait un jour. Ça m’a d’ailleurs donné envie de lire des livres sur le sujet et de m’intéresser davantage à cette tradition qui perdure toujours aujourd’hui. On nous a dit au Japon qu’il y avait un regain d’intérêt auprès des jeunes filles et que les apprenties geishas (qu’on appelle les « maikos ») étaient de plus en plus nombreuses.

Voilà, j’espère ne pas avoir trop ennuyés avec ces histoires de geishas et vous souhaite une belle semaine !

PS : nous avons dormi au Ryokan Yamamuro (disponible sur booking). D’extérieur il ne paie pas de mine et c’est un tout petit hôtel traditionnel très charmant situé en plein centre des sites touristiques. Le ryokan Yamamuro est tenu par une mère et son fils très gentils tous les deux et prêts à vous aider dans l’organisation de vos visites sur place. Une très chouette expérience que je vous recommande si vos pas vous mènent à Kanazawa 😉

DSC07719

DSC07701

DSC07693

kenrokuen

DSC07707

DSC07729

DSC07813

DSC08006

DSC08009

DSC08012

DSC08000

DSC07797

kanazawa 4

DSC07818

DSC07759

DSC07753

DSC07770

DSC08048

DSC07783

DSC07808

DSC07760

DSC07876

DSC07896

DSC07774
DSC07757

DSC07780

DSC07945

DSC07974

kanazawa musée

DSC07994

DSC08053

DSC07811

DSC07738

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Un petit coup de Bordeaux ?

posted by Anne 20 mai 2016 58 Comments

bordeaux

Je ne sais pas ce qui m’arrive, mais ces derniers mois j’ai envie de voyager tout le temps. Vous me direz sûrement que passer sa vie en vadrouille est un peu le rêve de tout le monde, mais détrompez-vous : je fais partie de ceux qui adorent passer du temps enfermés à double tour chez eux. Je suis devenue très casanière avec les années, très solitaire aussi. Ça ne me dérange absolument pas de passer deux jours chez moi sans mettre le nez dehors, à ranger, faire du tri, bouquiner… Quant à mon besoin de solitude, je n’arrive pas vraiment à l’expliquer mais je crois qu’il a toujours fait partie de moi. Mon côté introverti est parfois mal perçu, je sais que parfois je donne l’impression aux gens de les fuir ou de ne pas les trouver intéressants. C’est difficile de faire comprendre aux autres que vous avez besoin d’être seuls la plupart du temps, surtout quand vos amis fonctionnent différemment et sont plutôt extravertis. Bref, je pourrais écrire un roman sur la question de l’introversion et de cette nécessaire solitude qui pour moi est tout simplement synonyme de liberté, mais je garde cela pour une prochaine fois (et si le sujet vous intéresse n’hésitez pas à en débattre avec moi).

D’ailleurs, les voyages m’angoissent toujours un peu. La peur de ce que je ne connais pas, sans doute. Et puis sortir de sa zone de confort n’est jamais très agréable au départ, j’imagine que comme moi, il vous faut toujours un peu de temps pour vous adapter à un nouvel environnement, non ?

Le week-end dernier, nous sommes allés découvrir Bordeaux en famille avec Martin. Croyez le ou non mais je n’avais jamais mis les pieds dans cette jolie ville, c’est fou hein ?! J’avais toujours entendu du bien de Bordeaux et de sa région, je ne connais personne qui n’aime pas cette ville et maintenant je comprends pourquoi. Non seulement Bordeaux est une ville magnifique (et propre^^) mais en plus il y fait vraiment bon vivre, surtout avec des enfants. On avait emporté la trottinette de Martin et c’était vraiment pratique, quasiment tout le centre-ville est piéton ou alors les trottoirs sont hyper larges, c’est vraiment agréable de s’y promener avec des kids. Evidemment, j’ai adoré Darwin, quartier branché par excellence construit dans une ancienne caserne militaire en friche, sans compter que l’endroit est largement respirable y compris le samedi. Prenez la même chose à Paris (allez, au hasard la Recyclerie) ce genre d’endroit sympa et un peu alternatif est TOUJOURS bondé, il est impossible de s’Y assoir pour manger ou boire un verre. Ou alors il faut attendre des plombes qu’une place se libère… Ah, la douceur de vivre de la province, ça me fait tellement rêver ! (je ne pensais pas dire ça un jour mais que voulez-vous, les gens changent…).

Je vous laisse avec ces quelques photos shootées pendant mon week-end. Elles sont malheureusement floues mais j’ai décidé de les publier quand même, parce que j’ai adoré notre week-end et que je les trouve assez représentatives de la douceur de vivre de Bordeaux (et puis vous avez vu la jolie maison de nos amis… ? pffffiou).

Bon week-end les copains !

PS : nous avons passé 4 nuits au Mama Shelter, je recommande cet hôtel parfait pour les familles. Son emplacement est parfait, dans le quartier Saint-Pierre, bordé d’une tonne de boutiques et de restaus sympas.  Le petit-déjeuner est super copieux et la terrasse du rooftop est canon (un peu envahie le week-end par les jeunes bordelais mais on leur pardonne de vouloir squatter un bar aussi sympa). 

DSC09214 (1)

DSC09323

DSC09190

DSC09239

DSC09242

DSC09220

DSC09263

DSC09268

DSC09270

DSC09294

DSC09284

DSC09300

DSC09295

DSC09352 (1)

DSC09343

DSC09376

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+