Browse Category

Andalousie, Espagne

Le charme andalou # Grenade, Cadix et les « pueblos blancos »

posted by Anne 15 mars 2011 27 Comments

intro

En ce moment, c’est séquence nostalgie le soir à la maison. Un peu épuisés par les journées bien rythmées par notre baby chou,  on évite d’allumer la télé et on s’amuse à regarder nos photos souvenirs de voyages et des petits bouts de notre vie « d’avant », même si on préfère mille fois notre nouvelle vie à 3 (moins insouciante mais plus riche !).

Je me suis rendue compte en triant mes photos d’Andalousie que je n’avais parlé que de Séville alors que je vous avais promis une suite. Je vous ai littéralement plantés alors que je n’ai eu de cesser de m’émerveiller à chaque nouvelle étape de notre autotour.

Grenade la superbe et son pittoresque quartier arabe, une ville bourrée de charme en effervescence permanente, au rythme de ses habitants, de ses étudiants (beaucoup d’étudiants Erasmus si j’en crois la multitude de langues entendues sur place) de ses marchés à chaque coin de rue, ses terrasses animées même la nuit… Grenade n’a pas ce côté bien propre et lisse favorable au tourisme comme Séville, on s’y sent moins en sécurité, mais elle a l’air tellement plus « vraie ». A Grenade on trouve des tags sur les murs, quelques papiers par terre, mais on sent que cette ville possède un coeur qui bat vraiment. Nous ne nous sommes pas risqués le soir dans son célèbre quartier gitan, un peu freinés dans nos ambitions par nos guides (Routard et compagnie) qui déconseillaient d’y flâner passée une certaine heure, mais si j’avais su !

grenade1

grenade2

grenade bracelet

(Un peu intruse la photo ci-dessus mais c’est juste pour dire qu’à Grenade, on trouve plein de très beaux bijoux en argent et que le bracelet du milieu sur le présentoir du haut est le mien ahaha !)

grenade4

C’est sur les hauteurs de la ville que se trouve l’Alhambra, majestueux témoin de la présence arabe en Espagne. Si j’avoue avoir été quelque peu déçue par les lieux en le visitant, c’est encore sur la colline de l’Albaicin qu’on le voit le mieux, rouge et entier, avec en prime un superbe panorama de la Sierra Nevada en arrière-plan si par chance le ciel est dégagé. Une merveille qui se laisse regarder le soir au soleil couchant. Et certainement un de mes plus grands souvenirs de ce voyage.

alhambra

alhambra nasrides

alhambra jardin

fontaine alhambra

Mais mon vrai coup de coeur, celui qui a fait que ce voyage restera pour moi inoubliable, c’est la ville de Cadix, à l’extrême sud de la région. Je ne connaissais d’elle que la chanson de Luis Mariano, mais sur place ce fut un enchantement. Comme à Séville, je fus une de fois de plus séduite par les milles et un jardin, les fontaines par centaines, et un sentiment de quiétude qui ne nous a jamais quitté. La promenade dans le parc qui longe la totalité de la digue et permet d’admirer la mer tout en marchant sous les bougainvilliers est un vrai bonheur que je n’ai trouvé nulle-part ailleurs.

cadix parc

fontaine cadix

cadix place

Et puis sa plage, en plein centre-ville et paradoxalement très propre (les cadixois sont respectueux de leur patrimoine) aux milliers de parasols multicolores ringards mais furieusement rétro. Avec ses façades d’immeubles en arrière-plan aux couleurs délavées par l’océan, on pourrait presque fermer les yeux et s’imaginer à La Havane.

cadix facades

plage cadix

cadix digue

Nous avons eu la chance de rester plusieurs jours à Cadix, et de pouvoir pousser plus loin pour visiter les alentours. Notamment les « pueblos blancos », beaux villages blancs perchés pittoresques où le temps semble s’être arrêté. A part des chats, nous ne croisions personne mais il faut dire que les températures étaient accablantes !

vejer de la frontera

vejer 2

Voilà, je ne sais pas si ça se fait d’écrire un récit de voyages des mois plus tard, comme ça à froid, mais ça permet d’avoir un meilleur recul et d’apprécier encore plus ses propres souvenirs.

Au retour je n’arrêtais pas de dire que ce voyage avait été complètement gâché par mes nausées de grossesse. Ce fut vraiment difficile, je ne pensais qu’à manger toute la journée, et en plus je n’avais pas le droit au vin ni à la charcuterie ni aux crudités. Ça limitait considérablement mes choix à table !

andalousie gastronomie

La mort dans l’âme, je n’ai pas pu goûter au jambon Serrano ni à la bonne sangria toute fraîche ! A chaque fois je devais me rabattre sur des choses plus simples, malheureusement souvent à base de friture (sous 40 degrés, je défie quiconque d’apprécier…).  C’est officiel, je dois y retourner pour déguster tout ça !

Pour lire ou relire mon article sur Séville, c’est par ici

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Le charme andalou # Séville

posted by Anne 27 juillet 2010 57 Comments

rue seville

Voilà au bas mots trois semaines que je suis rentrée d’Espagne, et chaque jour qui passe je me dis qu’il va bien falloir que je me décide à poster mes photos sur ce blog. Mais parler de ses vacances, ça paraît simple mais lorsqu’il faut coucher tout ça par écrit, c’est beaucoup plus compliqué ! La tête encore pleine de souvenirs, on ne sait jamais vraiment par où commencer, ni quels points aborder, si on doit faire des thèmes, parler de chaque ville-étape qu’on a traversée…

Je crois que je vais simplement me limiter à vous faire part de mes impressions globales sur ce voyage, et surtout, de ce que j’ai aimé.

Parce que oui, je l’ai aimé, cette Andalousie. Pourtant, j’ai hésité à partir, à trois mois de grossesse passés, j’avais toujours des nausées  24h/24 (faut quand même avoir sacrément la poisse) et je me voyais donc mal vadrouiller à travers les montagnes andalouses avec notre voiture de location !
Finalement, j’ai pris mon courage à deux mains et nous avons maintenu notre voyage, et puis ça faisait quand même 6 mois que toutes nos étapes et hôtels étaient réservés donc j’aurais eu bien mal au coeur de devoir tout annuler !

L’amoureux, mes nausées et moi, sommes donc partis pour un périple de 18 jours sur les routes andalouses, avec pour principales étapes : Séville (4 jours), Cordoue (2 jours), Sierra de Cazorla (3 jours – un parc naturel protégé dans les montagnes), Grenade (2 jours), Malaga (2 jours), Ronda (2 jours) et Cadix (3 jours). – Vols sur Transavia (Paris/séville/Paris) + location de voiture –

Quelques mots sur Séville tout de même, qui fut la première et principale étape de notre voyage, et sans doute une des plus belles. Son immense cathédrale est vraiment impressionnante, on peut monter jusqu’à la Giralda (qui est en fait un minaret) avec de là haut, un magnifique panorama sur toute la ville. Bon évidemment je ne suis pas montée hein ! 100 mètres de marches à grimper, avec mon estomac barbouillé de femme enceinte et sous 40 degrés, no way ! (donc merci à Hubert pour la photo souvenir, pendant que de mon côté je tentais vainement de ne pas m’endormir sur un des bancs de l’église tellement il faisait chaud).

seville vue du ciel

Notre hôtel, que j’avais choisi par sa situation centrale – en plein dans le barrio de Santa Cruz, quartier hautement touristique de la ville – était un hôtel d’architecture andalouse traditionnelle, qui nous a rappelé notre riad à Marrackech. Un patio central avec une fontaine, des chambres tout autour sur deux ou trois étages et de la mosaïque en céramique artisanale sur les murs intérieurs, qu’on appelle là bas des « azulejos », le tout surmonté d’une jolie terrasse de laquelle on apercevait la cathédrale.

giralda terrasse

Beaucoup d’hôtels centraux en Andalousie sont construits de cette façon, et la plupart du temps, fort bien tenus. La déco est parfois un peu kitsch mais globalement ces hôtels typiques sont relativement bon marché pour un pays européen, surtout si l’on prend le temps de bien chercher, et de s’aider du fameux Guide du Routard (je ne voyage jamais sans lui).

Ce que j’ai surtout aimé à Séville, et qu’on retrouve dans presque toutes les villes andalouses, c’est cette omniprésence de verdure et de jardins absolument splendides ! Chaque quartier possède son parc, et c’est vraiment agréable de s’y balader et y faire des pauses à l’ombre sous les arbres. Les habitants passent eux-même énormément de temps dans ces jardins, il y passent en vélo, s’embrassent sur les bancs, y promènent leur chiens ou prennent leur déjeuner. C’est vraiment ce que je regrette le plus à Paris, qu’on ne puisse pas profiter de davantage de verdure, et surtout, de ce style de vie méditerranéen que j’adore.

jardin1

chaises jardins

J’ai particulièrement aimé les jardins de l’Alcazar (palais fortifié construit par les Omeyyades d’Espagne à partir de 884 et inscrit au patrimoine mondial de l’humanité) vraiment magnifiques, d’ailleurs sans vouloir en faire des tonnes je ne crois pas avoir déjà vu des jardins aussi beaux que ceux-là dans une autre ville. Bon, il est vrai que je n’ai pas fait le tour du monde non plus mais c’est un fait, ces jardins sont majestueux : une végétation exotique, des fontaines cachées un peu partout, de jolis bancs en mosaïques…

alcazar

alcazar fontaine

J’ai eu un gros coup de coeur aussi pour l’architecture arabo-andalouse de la ville, d’un blanc étincelant mais très colorée à la fois, avec ses fleurs partout aux fenêtres et des bougainvilliers à rendre jaloux celui qui se trouve sur mon appui de fenêtre parisien (si si, c’est possible de faire pousser un bougainvilliers à Paris !)

rouge seville

bougainvilliers

maisons seville

Ma seule vraie déception, ce fut la place d’Espagne que j’avais très envie de voir mais qui était en travaux. Heureusement elle n’était pas complètement fermée au public donc nous avons quand même pu nous y promener et faire quelques photos, mais c’est vraiment dommage qu’on n’ait pu l’admirer dans toute sa splendeur car elle reste vraiment un des joyaux de Séville.

place d'espagne

Parmi les autres balade à faire à Séville, il y a celle qui longe le fleuve Guadalquivir et de ses ponts qui mènent tout droit au quartier de Triana, quartier ouvrier populaire de la ville où paraît-il, on peut écouter du flamenco toute la nuit. Selon le Routard c’est un truc à faire absolument mais pour cela il faut être couche-tard, ce qui est loin d’être mon cas ! D’ailleurs à ce propos, j’ai eu beaucoup de mal à me faire au rythme de vie andalou, il m’a fallu au moins une semaine pour réguler mon estomac de crève-la-dalle française sur leurs horaires de repas, à savoir 14h voire 15h pour le déjeuner et 22h pour le dîner, si bien qu’au départ nous étions souvent les seuls ploucs à commander à manger. Mais comment font-ils ?!  Le fait d’être enceinte et nauséeuse ne m’a clairement pas aidée, c’est sûr mais tout de même, qu’est ce qu’ils mangent tard ces espagnols !

fleuve

Bon et pour finir ce billet un peu longuet, c’est vrai que je n’ai pas abordé la question cruciale du shopping, mais sachez que Séville reste quand même une grande ville avec  son lot de Zara, Mango et cie, et plein d’autres marques branchées avec des prix un poil plus bas qu’en France, surtout en ce qui concerne les chaussures. Pour les fringues, j’ai presque envie de dire que c’est kif-kif , j’avais pourtant ouï dire que Zara en Espagne était moins cher qu’en France mais honnêtement, je n’ai pas remarqué de réelle différence (peut-être faut-il attendre les soldes ?).

Mais ce que je retiens surtout de la ville, c’est une vraie douceur de vivre, et très peu de circulation (essentiellement des vélos, scooters et les traditionnelles calèches touristiques !), d’innombrables jardins, et pour moi Séville reste vraiment une ville idéale pour un week-end à deux si on veut profiter tranquillement du soleil et de tous les charmes de la vie andalouse !

Notre hôtel à Séville : Casas de Santa Cruz // 210 euros les 3 nuits avec petit-déj (pas donné donné mais correct pour la prestation et situation géographique impeccable – quartier historique)

Suite au prochain épisode… (dans lequel on parlera de Cordoue, de Grenade, de tapas et de flamenco !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+