« Faut pas que le métro s’arrête, tu comprends »

Chroniques / Chroniques du quotidien / Humeurs
32 commentaires
Capture d’écran 2014-02-06 à 13.35.29

Capture d’écran 2014-02-06 à 13.35.29

crédit : Ouest-France 

 Cette phrase, c’est une réplique de Richard Bohringer dans mon film fétiche : le Grand Chemin.

Je vais parler au nom des mamans, parce que je sais qu’elles sont nombreuses à se plaindre d’une extrême fatigue qui peut très vite tourner en souffrance psychologique. Le burn-out n’est pas vraiment une légende, surtout quand on voit le pourcentage de mamans actives qui essaient tant bien que mal de jongler entre toutes leurs responsabilités.

Moi je déteste m’arrêter. J’aime la routine, j’aime quand les choses tournent rond, me lever le matin et que le temps s’enchaine de manière limpide, avec quelques habitudes rassurantes et bien sûr d’autres imprévus qui viendront ponctuer la journée (et qui les rendent aussi intéressantes).

Je veux tout faire moi-même, je ne veux rien déléguer. Je suis une perfectionniste qui veut être sur tous les fronts, au travail et la maison. J’ai du mal à accepter qu’on fasse les choses à ma place. Je rêvais d’embaucher une femme de ménage pour me décharger un peu et prendre plus de temps pour moi le week-end, mais même ça, je n’y arrive pas. Je déteste m’en remettre aux autres. Ça me donne l’impression de ne pas être capable de m’assumer.

Pourquoi c’est si difficile de dire STOP ? L’impression qu’on va rater un train en marche et que les autres vont avancer sans nous ? On vit dans une société d’extrême concurrence, on passe notre vie à se jauger les uns les autres (ne soyez pas hypocrites, on est tous pareils). On se plaint souvent que vraiment, on vit dans un monde hyper individualiste et égoïste. Mais nous ? Est-ce que nous on prend le temps de vraiment s’intéresser et s’occuper des autres ? Je n’en suis pas si sûre…

Je m’étonne de notre capacité à résister et à faire front à tout ce que cela implique, d’avoir un boulot (peu importe le niveau du poste d’ailleurs) et des enfants à gérer le soir en rentrant à la maison. Je ne me trouve pas spécialement plus forte que les autres, au contraire je passe mon temps à penser aux mamans solo, qui elles se trouvent dans une situation bien moins évidente. Elles sont admirables ces mamans solos. A mon avis elles pensent à des choses bien plus concrètes que moi. Leur principal souci n’est probablement pas de rendre en temps et en heure le dernier dossier en cours à son patron.

Je déteste me plaindre. De toute façon ce serait malvenu de me plaindre. J’ai un super boulot passionnant, un bambin adorable, un amoureux merveilleux et hyper présent. Alors non, je n’ai pas le droit de dire que je suis fatiguée. Ma fatigue, je peux l’envoyer bouler bien loin parce que vous comprenez, j’ai tout ce qu’il faut pour être heureuse.

Et puis cette semaine, c’est mon corps qui m’a dit STOP. Ça fait deux jours que je suis clouée au lit avec une fièvre de cheval. Peut-être le contrecoup de 6 mois de travaux intenses à la maison, peut-être les successions de virus qui n’ont pas épargné mon fils cet hiver (c’est fou comme ils ont la capacité à faire le tour de la famille ces vilains microbes). La faute aux nouveaux rythmes scolaires qui épuisent tant les enfants que les parents ?  Et devoir m’arrêter, ça me met dans une colère pas possible. J’ai l’impression de perdre mon temps, alors que ce temps je rêvais de l’arrêter il y a quelques jours. C’est contradictoire, non ?

Ben oui, mais faut pas que le métro s’arrête vous comprenez.

Dans quelques jours, je pars avec mari et enfant très loin sur une île où il y a du soleil. Je crois qu’elles arrivent à point nommé, ces vacances.

Promis, je vous enverrai une carte postale !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Anne

Je m'appelle Anne et je suis maman d'un petit garçon de 3 ans. Parisienne depuis dix ans, je vis sur les hauteurs de Montmartre. Dans la vie je suis aussi directrice éditorial du site hellocoton. Vous pouvez me suivre sur Twitter, Pinterest, Hellocoton et Facebook.

32 Commentaires

  1. marie a écrit

    Apprendre à lâcher prise… Toute une histoire. Lâcher prise sur soi c’est sûrement prendre aussi plus de temps pour les autres car on est moins dans l’urgence et donc l’angoisse de louper cette urgence. Moi j’ai tellement lâcher prise que j’ai pris des décisions très radicales dans mon quotidien (sur le boulot, la famille) mais qui me font avancer ailleurs. A chacun ses envies, ses possibilités, ses capacités de changement. Mais ne pas se plaindre et prendre les choses qui arrivent dans un sens positif c’est une belle perspective. Ce que je te souhaites.

  2. Mon dieu….j’aurais pu écrire ce billet, je suis pareille!!!je déteste déléguer, je rêve d’une aide à domicile, j’en fais trop, je me mets trop la pression,j ‘enchaine les soirées clients, les week-end à bosser, et la j’ai eu envie de dire stop, je suis en arrêt cette semaine, grosse fatigue, je me pose un peu mais vivement l’été hein 😉 courage, je pense bien à toi, je sais que tu es courageuse et pas du genre à t’arrêter facilement, comme moi, tiens bon, mais ou partez vous??????????????????????????????????????????????

  3. C’est vrai que le lâcher-prise, c’est à dire s’abandonner à l’idée que l’on ne peut pas tout contrôler, diriger, maîtriser, que le monde continue d’avancer sans nous, que nous devons aussi prendre du temps pour souffler, du temps pour nous, tout cela s’apprend petit à petit. Quand on prend conscience de cela, finalement je pense qu’on est plus cool avec soi même et on se fatigue moins.
    Cela ne veut pas dire qu’on ne fera pas les choses, mais on pourra plus facilement déléguer, apprendre à compter sur l’autre, s’arrêter quand c’est nécessaire. Notre corps n’est pas sans failles et par ma propre expérience, j’ai appris par la force des choses à lâcher du lest.
    J’ai compris que quand la santé nous échappe, on a beau vouloir, on ne peut plus rien contrôler du tout ! Et que finalement cette idée même est absurde. Ce n’est bien souvent pas ce qui nous apporte le bonheur. En tout cas passe de bonnes vacances bien méritées. Le yoga ou la relaxation peuvent énormément aider à apprendre à lâcher prise. Bises

  4. J’ essaie également de ne pas trop me plaindre, d’assumer, de tout gérer. Pourtant tout n’est pas toujours facile, mais j’ai appris a beaucoup garder pour moi au fil du temps parce qu’il ya toujours plus malheureux que soi et que si je me plains, il y aura toujours des gens bien pensant pour sortir des trucs du genre  » tu travaille pas et t’es fatigué?  » et bien souvent venant d’autres mamans, mais qui elles ont un boulot alors tu comprends c’est pas pareil…
    Reposez vous bien, et rechargez bien les batteries.
    Et en attendant bon rétablissement

  5. Je crois que c’est un gros problème de notre société… On doit tout assumer, tout assurer, sans jamais se plaindre… Et quand on est une femme, la pression est encore plus grande…
    Et on reçoit tant de messages contradictoires… On ne doit jamais se plaindre et on doit être heureux, zen, savoir s’écouter, rester positif…
    Ca épuise, je crois…

    Repose toi bien, et vive les vacances qui arrivent! Faites le plein de soleil et d’iode!

  6. C’est vrai que cest compliqué de dire stop. Surtout quand on est une femme et qu’on n’a pas envie d’être cataloguée comme « femme à enfant » aka celle à qui on ne donnera pas de responsabilités car elle a des gosses… Rien qu’en étant enceinte, je me sens coupable d’aller à l’hôpital pendant mes heures de boulot. Quand à refuser un déplacement professionnel, même pas en rêve…
    Bref, je comprends ce que tu ressens, l’idée que tu peux y arriver, à tout gérer de front. Mais le corps sait malheureusement (ou pas !) nous dire quand il n’en peut plus…

  7. C’est marrant, j’ai emprunté « toujours mieux » de Frédéric Fanget sur la psychologie du perfectionnisme à la bibliothèque hier.
    On se met pas mal de pression pour réussir à tous les niveaux, nous les mamans.
    Quand le corps parle, pas le choix que d’écouter, hein?
    Bon repos et bonnes vacances!

  8. pareil, je déteste me plaindre, et je déteste déléguer! (comme toi, l’iidée de prendre une femme de ménage me trotte dans la tête depuis quelques temps…et puis….). En plus je suis prof, donc j’ai encore moins de raison de me plaindre 😉

  9. Bon repos! J’espère que vos vacances te permettront de recharger les batteries et de souffler, pour de vrai … la perfection c’est bien mais la santé c’est mieux, ton fils se fiche d’avoir une maman parfaite il veut une maman en forme :) Il faut prendre soin de toi, bonne soirée

  10. Evanhae a écrit

    Surement la 1ère fois que je commente, il faut un début à tout !

    Bon rétablissement et surtout bonnes vacances au soleil… 😉

  11. Savoir s’arreter, dire stop, détecter les signaux d’alertes … C’est important 😉
    Bon rétablissement … Vivement les vacances 😉
    Bises

  12. Courage. Ça va passer, profite bien de tes vacances, et reviens avec le sourire apaisé.
    Des pensées de l’ouest où la vie coule aussi vite, mais avec plus de sérénité.

  13. Il ne faut pas culpabiliser de prendre quelques jours uniquement pour soi, sans penser à son enfant, son mari ou son travail. Je suis HS également, surtout psychologiquement et sans état d’âme, je pense que prochainement, je me prendrais quelques jours off, à buller au fond de mon lit. Tant pis pour les dossiers en cours et la vaisselle pas faite.

  14. keju a écrit

    Repose toi bien, je sais à quel point une grippe c’est fatiguant et éprouvant pour l’organisme. Ces futurs vacances tombent à pique alors c’est super.

  15. Moi c’est l’inverse, j’aimerai bien déléguer mais je n’ai pas les moyens du coup je fais tout moi même mais pas à fond parce que chez moi je préfère me reposer et faire des trucs avec ma fille plutôt que le ménage par exemple ! Je tiens le coup malgré mes horaires, mon transport et là j’ai une crève qui dure, qui dure… mais si un jour mon corps dit stop, crois moi je l’écouterai et j’en profiterai comme il se doit parce que ce n’est pas du temps volé à qui que ce soit. Alors dis toi que c’est pour que tu sois en forme pour profiter des vacances parce que ce serait ballot que tu sois mal pendant :)

  16. Mouhhh… Mais si, tu as bien le droit de dire que parfois, tu n’en peux plus. D’ailleurs, c’est plutôt ton corps qui parle pour toi.
    Prends soin de toi… et surtout, passe de merveilleuses vacances avec ta famille. Profite, déguste… et surtout respire (dit la Maman éreintée avec des valises sous les yeux… ).
    PS.(Oui, oui, une carte postale ! N’oublie pas 😉 )

  17. Si tu savais ma Anne. Tu vois, moi non plus, je ne me plains pas souvent je pense, moi non plus je n’aime pas me plaindre et pourtant j’ai beaucoup de gens qui se plaignent bien trop autour de moi. Et puis cette semaine, j’en ai eu un peu ras la casquette. Pour une fois je l’ai dit, si je le dis, c’est que VRAIMENT, je n’en peux plus. Sauf que là, on m’a répondu, « t’en as déjà marre alors que tu reviens du soleil ? ». J’ai pas encore digéré. Pas encore digéré parce que je crois que cette semaine, pour la première fois depuis longtemps je voulais être entendue, je voulais qu’on m’écoute, je voulais qu’on en parle. Personne ne m’a entendu. Ces dans ces moments là que je regrette de ne pas avoir une vraie amie tout près de moi pour parler. Miss you. Et bonnes vacances, et repose-toi. On ne prend pas assez soin de nous, définitivement.

  18. Il est tellement juste ton article, et ce que tu dis me ressemble un peu. Je déteste me plaindre…mais par contre je supporte pas les gens qui se plaignent du coup. Ahahah ça m’agace, j’ai envie de dire : bouge toi le cul !
    Pardons je m’égare :)
    Mais les filles comme toi, avec ton rythme et ta vision de vie ça peut bien se plaindre 5 min. Et une semaine de vacances au soleil ça va te faire le plus grand bien.
    Merci de penser aux autres..mais merci de penser à toi aussi! Bisous

  19. Moi j’aime me plaindre :)) Allez, il faut vraiment que tu délègues, c’est la clé qui permet au moins d’entre ouvrir la porte…

  20. Ce n’est pas facile d’apprendre à lâcher prise et d’accepter qu’on ne peut pas être sur tous les fronts… Mais je crois que c’est effectivement le lot des personnes perfectionnistes, et des « bonnes mamans » (enfin y a-t-il des mauvaises mamans? c’est une autre question) qui font passer leurs enfants avant tout le reste <3 Repose-toi, prends soin de toi, et écoute ton corps! C'est vrai que tu as beaucoup donné ces derniers temps, et tu t'en tires plutôt très bien, je t'admire! Je passe énormément de temps à travailler, faire des préparations pour l'école, et chaque jour je me dis qu'actuellement, il me serait impossible de concilier travail/famille…

  21. Bon courage, et bon rétablissement! Moi j’avoue que je ne suis pas du touuuut comme toi: si je pouvais déléguer la moindre tâche à la terre entière, je le ferais! Peut-être que cela changera si j’ai un enfant, mais j’aime bien, pour le moment, me laisser porter par la vie. Je ne suis pas à 100% d’accord avec toi quand tu dis que l’on passe tous notre temps à nous jauger. Franchement, moi, je suis une de ces personnes qui vivent un peu dans leur bulle, et que tant que mon cercle familial et amical est heureux malgré les aléas de la vie, ça me va, je me fiche bien de savoir si je suis assez performante aux yeux de la société..
    Des bises et bon futur voyage, j’espère que tu pourras lâcher prise à 300%!!

  22. clarillon a écrit

    Je partage ton angoisse. Arriver à assurer sur tous les fronts est presque un leitmotiv dans ma vie. Et pourtant je suis très loin d’être aussi perfectionniste que toi! J’ai l’impression d’être un hamster dans ma roue.
    J’envie ces personnes pour qui c’est CARPE DIEM… même si ma vie est très heureuse, je trouve le rythme trop soutenu et la barre trop haute. Je n’ai pas eu le temps de finir un roman depuis 18 mois ni de reprendre la course à pieds.
    J’ai arrêté les TO DO list tant j’étais effondrée le dimanche soir à l’heure du bilan.
    J’espère que tu es rétablie de ta terrible grippe…
    ++

  23. Ohlalalala comme je te comprends ! Je pense qu’on te comprend toutes. Moi je me suis mise à mon compte suite à mon licenciement. A son compte, ca veut ne pas se payer pendant un bon moment. Alors oui je fais ce que j’aime en m’organisant au mieux pour profiter de tout. Ma vie de femme, de maman, d’entrepreneuse. Mais parfois je culpabilise de ne pas avoir un « vrai boulot ». En même temps non… Je ne culpabilise pas vraiment…

    Profite bien de tes vacances sur ton ile. Je reviens moi aussi d’une ile c’était top !

  24. Je suis exactement comme toi, je n’arrive pas à déléguer et même quand mon homme fait pour m’aider, je le prends mal, comme si je faillais à ma tâche … C’est agaçant d’être comme ça :-/

  25. Moi je délègue et du coup, je culpabilise encore plus de ne pas en faire assez malgré tout alors… Les voyages parfois, souvent aident à se retrouver avec soi. Je suis revenue de l’ile Maurice pleine de la gentillesse des Mauriciens, avec la certitude que ce sont eux qui ont raison. Il n’empêche que deux mois après, je suis sur les rotules et je perds le beau sourire que je m’étais promis de garder. Vies de fous.

  26. je comprends tellement…. 2 enfants, ça complique encore plus les choses…. mais avant d’en arriver à l’arrêt maladie, je me suis pris 3 jours de vacances sans les filles, rien que pour moi, à faire ce que j’ai à faire (en évitant que ce soit trop des tâches ménagères…), à suivre ! 😉 Bon courage à toi et bonnes vacances, profitez-en bien !

  27. Tu es peut-être déjà rentrée à l’heure où je lis ce billet, alors si c’est le cas, j’espère que tu en auras bien profité pour te requinquer. (:
    Le corps ne triche pas, il ne se « plaint pas » sans raison. Tu avais besoin d’une pause. (:

  28. Superbe article ! J’adore en lire des comme ça de temps en temps : l’humeur, la vie. Sans laisser d’avis parce que je ne suis pas assez philosophe et que je n’ai pas d’enfants pour pouvoir dire quelque chose d’intelligent alors je me contente de blablater pour blablater !

    Des bisous,
    fille-au-foyer.blogspot.com

    PS : j’organise un concours sur mon blog, tu as toutes tes chances et ça me ferait très plaisir que tu y participe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>