ChroniquesChroniques du quotidienHumeurs

« J’ai choisi un métier qui ne m’empêcherait pas de penser à ce que j’aime ».

posted by Anne 27 mai 2014 35 Comments

atelier audran (1)-1

Sans doute penserez-vous qu’il n’y a aucun rapport entre mon titre et la photo, mais quand je regarde ce joli pot trouvé dimanche dans un atelier de mon quartier, je n’arrête pas de penser à cette phrase qu’a prononcé Alice, sa créatrice : « J’ai choisi un métier qui ne m’empêcherait pas de penser à ce que j’aime ».

Evidemment j’ai trouvé sa citation très jolie, mais elle m’a fait réfléchir à la manière dont moi je voyais mon travail, et cette énergie incroyable qu’il m’apporte au quotidien. Car on me dit souvent que mes yeux brillent quand je parle de mon métier, et que j’ai de la chance. Moi-même j’ai longtemps cru qu’il s’agissait d’une simple histoire de chance. Avec le recul je me rends compte que si effectivement le facteur « chance » est important, rien ne tombe jamais du ciel. Pour la première fois depuis longtemps, je touche du bout des doigts un semblant d’émotion qui ressemble à de la fierté, ce qui est assez nouveau pour moi.

A l’heure où je vous parle je n’envisage pas de faire autre chose. Peut-être qu’un jour les choses changeront et que la passion ne me guidera plus, que je n’aurai plus envie de m’investir toute entière comme c’est le cas aujourd’hui. Mais pour être honnête avec vous, je redoute ce jour et j’espère qu’il n’arrivera jamais. Il y a une dimension tellement affective entre mon travail et ma vie personnelle, une frontière si mince que parfois cela me fait peur. J’ai compris hier en écoutant Alice que toute ma vie j’aurai besoin d’être libre, et de gagner ma vie en faisant ce qui me plait. J’ai ce défaut d’être entière et de ne pas supporter les choses faites à demi.

Je sais que les temps sont difficiles et que souvent on n’a pas d’autre choix que de gagner sa vie en se résignant à des boulots inintéressants (quand on a la chance d’en avoir un) ou qui ne nous plaisent guère. J’ai moi-même connu ce passage à vide il y a 7 ans, à prendre le métro l’âme en peine tous les matins pour un travail que je n’aimais plus, non pas parce qu’il n’était pas intéressant, mais parce qu’il m’empêchait de penser à ce que j’aime.

Je n’ai pas pris de photo de l’atelier de céramique d’Alice hier, elle m’a semblé si libre et sereine, appliquée à sa tâche, que je trouvais indécent de vouloir à tout prix la photographier. J’avais même un peu peur de la déranger dans ses pensées, et c’est là que je me suis permise de lui demander à quoi pouvaient penser les artistes lorsqu’ils sont en train de créer. Ils pensent tout simplement à ce qu’ils aiment.

PS : Alice Lothon crée dans son atelier de son céramique rue Audran, à Montmartre. Elle réalise de très beaux objets, notamment de la vaisselle, des vases, des petits oiseaux et plein de petites choses très poétiques. Voyez mon nouveau pot qui héberge une succulente (la seule variété que je ne fasse pas mourir en quelques jours, et encore) je ne le trouve pas beau en soi mais il provoque chez moi une émotion qui ne pouvait me laisser indifférente. N’hésitez donc pas à passer faire un tour à l’Atelier Audran si un jour vous êtes de passage à Montmartre. 

Atelier Audran, 4 rue Audran 75018 PARIS

 

atelieraudran

 

atelieraudranoiseaux

atelier audran

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

You may also like

35 Comments

Paula 27 mai 2014 at 3:11

J’espère qu’un jour je pourrais parler comme toi de mon métier. Pour le moment, je reprends les études 🙂

Reply
Mondomisiladoré 27 mai 2014 at 3:13

Personnellement j’aime mon métier même si parfois j’en ai marre et oui ça arrive …mais dans l’ensemble je suis contente mais cela reste un travail et il y a une grande différence entre mon travail et ma vie perosnnelle et cela me va bien ^^

Reply
Bertille 27 mai 2014 at 3:14

Outre le fait que les créations d’Alice ont l’air merveilleuses, je trouve ton article très juste concernant les choix professionnels 🙂

Reply
Jenychooz 27 mai 2014 at 3:44

Les créations d’Alice sont magnifiques, elles me touchent beaucoup. J’ai adoré ton article, le travail doit être aussi un plaisir sinon il est avilissant, les gens qui font un travail qui aiment ont beaucoup de chance. J’espère un jour trouver la plénitude dans mon boulot ^^
Biz Jeny

Concours pour gagner un bijou Maty sur le blog * http://www.jenychooz.lautre.net/dotclear/index.php?post/2014/05/25/Concours-Maty *

Reply
Mademoiselle Coquelicot 27 mai 2014 at 3:54

« J’ai ce défaut d’être entière et de ne pas supporter les choses faites à demi. » Je ne trouve pas que cela soit un défaut d’être entière, au contraire 🙂

Reply
la Cigale ou la Fourmi 27 mai 2014 at 3:56

Alors moi, ce vase je le trouve beau, par son histoire que tu rapportes ici, mais aussi par sa réalisation.
Tu as raison, dans la vie, il n’y a pas que de la chance.
Il y a du désir, aussi.

Reply
Sonia FIQUET 27 mai 2014 at 4:33

Un article qui me touche sincèrement.
Vous écrivez « Je me suis permise de lui demander à quoi pouvait penser les artistes lorsqu’ils sont en train de créer. Ils pensent tout simplement à ce qu’ils aiment. »
J’ai envie d’ajouter « à ceux qu’ils aiment ». Je crois que c’est à eux que je pense quand je créé. C’est même sans doute de tout leur amour que naissent mes créations.
Merci pour ce joli partage.
Sonia

Reply
Lily 27 mai 2014 at 5:38

Ton article est touchant, je de couvre ton blog, étant en train de couver une petite fille j’ai presque tout lu. Cet article ne me laisse pas indifférente, mon travail ne me permet plus de rêver et qui m’empêche de penser à ce que j’aime, il est devenu alimentaire malheureusement. J’espère un jour pouvoir vivre autre chose. En attendant mes passions et ma famille me permettent de penser aux choses que j’aime et ça ça n’a pas de prix. Merci de ton article

Reply
Nathalie, Lheuredete 27 mai 2014 at 5:57

Elle en fait de jolies choses, Alice ! Son atelier mérite le détour. Je note son adresse et me promets d’aller y jeter un œil quand je le pourrai.
J’aime beaucoup que l’on puisse parler de son métier ainsi. (Évidemment, je suis aussi consciente que bien des personnes n’ont pas le choix et se sentent sur un fil. La vie n’est pas simple.)
Quoi qu’il en soit, cette phrase est belle à reprendre car elle correspond vraiment à de nombreuses professions. J’ai vu un dinandier pendant mes dernières vacances et comme toi, je n’ai pas osé le prendre en photo pendant qu’il créait un beau récipient en cuivre. Lui aussi avait l’air tellement heureux dans son atelier…
Quant à toi, on sent que la flamme t’anime et t’animera longtemps. Je suis convaincue que ton métier n’est pas dû juste à la « chance ». La chance, cela se crée, généralement.
Belle soirée.
Encore un billet joli, joli, joli.

Reply
matinbonheur 27 mai 2014 at 6:32

Pas encore trente ans et déjà plusieurs métiers de testés.
Comme toi je suis entière et je ne me vois pas/plus exercer sans passion. La sphère personnelle prend une autre dimension, depuis qu’on a fondé une famille et je suis heureuse d’avoir un métier que j’aime et qui permette un bel équilibre

Reply
KabukiBeauteBlog 27 mai 2014 at 7:33

C’est très précieux ce que tu as réussi à construire, et encore plus que tu en sois consciente ! Bonne soirée

Reply
AnneClaireBCN 27 mai 2014 at 8:00

Malheureusement, je n’ai pas aujourd’hui le job que j’aurais voulu faire à tout prix. J’aime la com, j’aime parler de temps en temps les langues étrangères mais c’est sans doute le monde trop masculin et au manque de glamour certain qui fait que je ne peux aimer à 100% mon job. C’est peut-être pour ça aussi qu’à côté de mon job, je dépense beaucoup d’énergie à faire plein d’autres choses, à m’épanouir encore plus. J’en ai besoin en tout cas, sinon, avec mon job, j’aurais simplement l’impression de ne pas exister pleinement, en tout cas de ne pas vivre tout ce que la vie nous offre. On dit souvent que la roue finit par tourner. Je l’espère en tout cas, j’y crois encore et j’essaie de mettre tout le positif de mon côté.

Reply
Anne Claire 27 mai 2014 at 8:02

Ah la fameuse chance … Je l’ai souvent entendu celle là ! « tu as de la chance de ne pas avoir de patron / d’avoir monté ton agence / d’avoir de beaux clients (…) » Seulement la chance, il faut la provoquer, construire son métier, et qui serait vraiment prêt à s’investir comme on le fait dans notre travail ? Qui serait prêt à sacrifier son temps « libre », à vivre pendant de très longs mois, voir années, sans vacances, à faire un pari comme le notre ?
Je ne crois pas en la chance dans le travail, je sais que certains n’ont pas le choix, que c’est dur, mais on a le métier qu’on se façonne. Notre chance est d’avoir à un moment eu le choix mais le reste, on l’a construit.

Reply
Miss Blemish 27 mai 2014 at 8:15

C’est si joli, ses créations, ses mots comme les tiens. L’autre jour, mardi ou jeudi, j’avais une amie avec qui je n’avais pas parlé depuis longtemps au téléphone. Elle me demandait comment ça allait dans mon travail. Et lorsque j’ai eu fini de lui répondre elle m’a dit : « On s’en la passion dans ta voix, j’ai hâte de te voir pour que tu m’en dises plus ». J’ai été émue. C’est un tel cadeau lorsque l’on a le sentiment d’être à la juste place pour soi, et une telle angoisse lorsque l’on est perclus de doutes. Ton article est très beau, je me suis retrouvée dans tes mots, dans cette nécessaire passion pour ce que l’on fait au quotidien.
Je te souhaite de continuer à aimer à la folie ton métier encore longtemps <3
Bises

Reply
Nathalie 27 mai 2014 at 8:50

C’est vrai qu’elle en fait de jolies choses.. Mais j’ai plus envie de revenir à ce que tu dis concernant ton métier, effectivement c’est un chance car nombreux sont ceux qui vont au travail la mort dans l’âme, je suis toujours heureuse quand je vois quelqu’un qui s’en rend compte et qui le fait partager 🙂
Bises

Reply
Virginie B 27 mai 2014 at 9:36

qu’est ce que je te comprends professionnellement, j’ai simplement envie de te répondre « savoure »… c’est bon d’aimer son job !

Reply
Madamezazaofmars 27 mai 2014 at 9:51

Depuis que je suis entrée dans le monde du travail, 20 ans cette année, je n’ai jamais eu le choix.
Je n’ai d’ailleurs toujours pas, même diplômée, de métier à proprement parler
Des boulots plein mais pas de métier et a l’âge que j’ai j’avoue ne plus trop avoir d’espoir
Mais lire des témoignages comme le tien, ça fait du bien

Reply
Fabionne 28 mai 2014 at 7:47

Très bel article. En même temps, j’ai rarement vu quelqu’un écrire: « J’adore faire les choses à moitié ». Alors cette phrase « J’ai ce défaut d’être entière et de ne pas supporter les choses faites à demi. » m’a bien faite rire!

Reply
Fine 28 mai 2014 at 8:02

Drôle de monde où être entière ou même gentille devient un défaut…
Il est curieux ce pot, c’est comme si c’était des pensées (pas les fleurs !) qui poussaient à l’intérieur.

Reply
Catherine 28 mai 2014 at 8:38

Je fais aussi partie de la clique « j’aime mon job » ! Je ne crois pas à la chance mais aux choix, aux opportunités saisies, à l’optimisme, tout est lié et c’est marrant de refaire le parcours à l’envers dans sa tête et de se dire que les décisions prises n’étaient pas si mal. Aimer son job c’est aussi être fière de soi.

Reply
Lulu From Montmartre 28 mai 2014 at 8:41

C’est complètement fou, je ne connais pas cet atelier ! Je vais aller voir ça très très vite 😉

Reply
Princesse Vivi 28 mai 2014 at 10:12

C’est génialissime, j’adore, cette femme est très talentueuse. Je vais aller voir tout ça dès que possible !
C’est difficile aujourd’hui d’avoir un métier passion, d’autant plus qu’on a tous plus ou moins, à un moment, des passages à vide et des remises en question. Le tout est de savoir s’adapter 🙂
En tous cas c’est clair que j’ai choisi mon métier pour avoir du temps à côté et faire d’autres choses qui me plaisent (et m’occuper de ma future famille). Tout est une question de choix et d’aspirations, je suis sûre que certaines personnes s’en fichent de rester derrière leur bureau toute la journée à faire des choses qui ne les intéressent pas, tant qu’elles ont des horaires de bureau justement ^^ (mais se plaindre c’est à la mode!) ;p

Reply
Madame 29 mai 2014 at 7:59

Un très bel article qui permet en plus une jolie découverte, tu me donnes envie de me rendre dans son atelier.
ici aussi un boulot en adéquation avec mon caractère, mes passions et ma vie de famille, ce sont mes essentiels

Reply
keju 30 mai 2014 at 5:52

Quel beau billet ! C’est merveilleux de pouvoir s’ épanouir dans son travail c’est vrai, et je te souhaite que cela ne s’ arrête jamais ;).
Je me reconvertie professionnellement et je retourne à l’école ( à 32 ans), pour apprendre le métier qui m’a toujours attirée (dans le milieu médical), je ferai donc ma rentrée en septembre en même temps que mes deux enfants. C’est flippant, j’ai du lâcher mon boulot actuel mais je me dis qu’au moins j’aurai tenté et je serai allée jusqu’au bout de mes envies 😉

Reply
De moi à toi 30 mai 2014 at 3:42

Très bel article… Voir que, durant toute une période, tu as été, comme beaucoup d’entre nous aujourd’hui, dans le doute en ce qui concerne ton travail et qu’aujourd’hui tu es épanouie, c’est agréable, motivant et ça nous montre à toutes et à tous qu’il ne faut jamais perdre espoir et toujours continuer à donner le meilleur de nous même… un article dont j’avais besoin en ce moment 🙂 Merci

Reply
Nat et nature 30 mai 2014 at 9:32

Et bien je l’aime beaucoup ce pot. Il me fait un peu penser aux illustrations de Fornasetti. Et alors, cette jolie phrase d’Alice, elle me convient tout à fait !
Merci pour cette belle découverte
Nat

Reply
Revue du web #16 | Mnêmosunê 1 juin 2014 at 2:20

[…] premier coup de coeur de la semaine va à cet article d’Annouchka qui nous parle de son travail. Il résonne particulièrement en moi à un moment où je m’interroge beaucoup sur mon avenir […]

Reply
andara violette 2 juin 2014 at 9:16

Je ne connaissais pas ! Un bel univers je trouve.
Bises

Reply
Almonds and nuts 3 juin 2014 at 4:15

Très jolie phrase (et très joli pot!!!). Bon. Mon travail m’empêche définitivement de penser à ce que j’aime… mais j’ai quand même les yeux qui brillent quand j’en parle, des fois. Voyons le verre à demi plein, c’est déjà mieux que de le détester 🙂

Reply
Anne 3 juin 2014 at 9:34

@ Paula : c’est déjà super de reprendre des études, beaucoup n’ont pas le courage de se lancer !

@ Mondomisiladoré : je trouve ça très sain de séparer les deux quand on peut, moi-même je suis très fusionnelle avec mon travail mais je m’interdis de travailler le soir et les week-end !

@ Bertille : merci Bertille !

@ Jenychooz : oui, il faut avoir conscience de sa chance quand on aime son travail, car malheureusement cela concerne bien trop peu de gens… Mais je trouve que notre génération est moins encline à supporter un métier qu’elle n’aime pas et qu’elle se donne les moyens de changer sa situation, tandis que nos parents étaient davantage attachés à une autre valeur, celle de la sécurité de l’emploi !

@ Mademoiselle Coquelicot : héhé, en me relisant je trouve ma phrase complètement stupide, mais n’empêche qu’être entière c’est pas toujours une qualité (enfin je trouve !). Ça peut rendre perfectionniste à l’excès et rendre certaines concessions difficiles avec le monde qui nous entoure 😉

@ La Cigale ou la fourmi : oui, le désir c’est important, et puis oser se lancer, surtout. Repousser ses peurs et ses appréhensions pour tenter autre chose, prendre des risques… Parfois il suffit juste d’un déclic ou d’attendre le bon moment !

@ Sonia Fiquet : oui, tu as raison de le préciser, ça paraît tellement évident finalement 😉 Merci pour ton très joli commentaire !

@ Lily : ta petite fille te fera voir le monde autrement et te donnera une nouvelle énergie pour la suite ! Je pense que son arrivée va beaucoup t’aider à prendre du recul sur ta situation et ce que tu désires vraiment… Félicitations en tout cas, et bonne fin de grossesse 😉

@ Nathalie l’heure d’été : figure-toi que je rencontre de moins en moins de gens qui n’aiment pas leur métiers, du moins des gens de mon âge. Contrairement à nos parents, nous n’avons plus envie de supporter certaines choses, et sommes prêts à prendre des risques s’il le faut pour s’épanouir. Aujourd’hui on hésite beaucoup moins à se lancer, à quitter un job qu’on aime pas pour l’inconnu et le vide (mais pour prendre du recul), monter sa start-up… Même si les chiffres du chômage n’ont jamais été si élevés, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’on avance vers un état d’esprit bien plus positif…

@ Matinbonheur : c’est très important oui ! Merci pour ton commentaire !

@ AnneClaireBCN : je suis persuadée que la roue tourne, oui 🙂 Et finalement tout ce temps que tu arrives à dégager à côté pour profiter des tiens, c’est très positif ! Je vois tellement de parents se plaindre de ne pas beaucoup voir leurs enfants (des papas et même des mamans qui rentrent à 21H, j’en connais plein) et ça me rend toujours triste…

@ Anne-Claire : tu as tout dit ! C’est vrai qu’il y a un fossé entre la réalité et ce que peuvent imaginer les gens, c’est bien de remettre les choses à leur place parfois !

@ Miss Blemish : les métiers comme les tiens, ce n’est même plus une passion mais une réelle vocation ! Et j’en suis très admirative ! Je crois que j’aurais aimé moi aussi avoir un métier tourné vers les autres. Ma maman est infirmière, je trouve que c’est un très joli métier, elle est un modèle de dévotion professionnelle ! Je suis heureuse de lire tes mots en tout cas, ça me fait plaisir de voir qu’il y a encore des gens passionnés malgré le climat économique plus que morose…

@ Nathalie : merci beaucoup 😉

@ Virginie B : exactement, j’en profite chaque jour ! Tout comme toi 😉

@ Madamezazaofmars : il y a toujours de l’espoir, même si parfois se remettre dans le circuit prend un peu de temps… Tu commences à réfléchir à un retour au travail ?

@ Fabionne : hihi, oui moi aussi maintenant que tu le dis 😀 (je suis bête^^)

@ Fine : ben en fait, pour moi le fait d’être entière c’est pas toujours une qualité, mais je me trompe peut-être ? Je trouve qu’être entier te fait parfois faire les mauvais choix, t’empêche de trouver des compromis avec les gens, de mettre de l’eau dans son vin… Tu ne crois pas ?

@ Catherine : oui, tu as raison, c’est un joli mélange de tout ça ! Parfois on manque un peu de recul pour s’en rendre compte, mais le temps fait bien son travail et on finit par être fier du chemin parcouru ! Et puis échanger avec des passionnés de tourisme comme toi, c’est toujours un plaisir !

@ Lulu From Montmartre : c’est vraiment à voir oui !

@ Princesse vivi : oui, on a tous des visions différentes de la vie et heureusement ! Ma vision à moi c’est que quitte à passer 8 heures par jour dans un bureau pendant 35 ans, autant que ça nous plaise 😉 Merci pour ton commentaire en tout cas !

@ Madame : on a la même vision des choses je crois 😉 Comme je le dis plus haut, si on doit passer 30 ans de notre courte de vie à travailler, autant que ce travail nous plaise…

@ Keju : C’est super, je suis admirative ! J’avais pensé reprendre des études il y a quelques années, mais je n’avais pas eu le cran de me lancer… comme quoi ! C’est bien de tenter de nouvelles choses comme tu le fais, et à 32 ans on a encore la vie devant soi, non ? (d’autant plus qu’on va devoir travailler jusqu’à 60 ans au moins, alors autant choisir une filière dans laquelle on va pouvoir s’épanouir !).

@ De moi à toi : j’ai un peu tâtonné avant d’en arriver là, j’ai longtemps cherché ma place sans parvenir à la trouver… Trouver le bon équilibre peut parfois prendre du temps, mais je pense que c’est un mal nécessaire pour se mieux se connaître soi-même et savoir ce à quoi on aspire vraiment 😉 Je te souhaite de suivre le même chemin, et surtout, il ne faut jamais douter de soi et savoir saisir les opportunités quand elles se présentent, et ne jamais oublier qu’on est avant tout des personnes libres de nos choix.

@ Nat et Nature : Je ne connaissais pas Fornasetti, merci beaucoup !

@ Andara violette ; merci 😉

@ Almonds and buts : si tu as les yeux qui brillent, alors c’est tout bon ! Il y a tellement de gens qui aimeraient pouvoir en dire autant que c’est déjà un vrai trésor 😉 Merci beaucoup pour ton passage ici !

Reply
Pauline 16 juin 2014 at 10:41

Merci Anne pour ce bel article, à la fois rassurant et très stimulant! Je suis justement en pleine période de questionnement sur mon avenir, sur mon métier qui ne m’épanouis pas vraiment (du coup, j’ai créé un blog!) et ton histoire confirme ce que je pense: il faut croire en soi et aller au bout des choses… Quel a été le déclic pour que tu changes de boulot lorsque ça n’allait plus? Mille mercis et bonne journée!

Reply
Grace et rose 18 juin 2014 at 8:56

J’ai adoré ton article, si justement écrit!
Et les créations d’Alice sont magnifiques, merci pour ce partage 🙂

Reply
Johnd129 20 juillet 2014 at 6:07

Nice blog! Is your theme custom made or did you download it from somewhere? A theme like yours with a few simple tweeks would really make my blog stand out. Please let me know where you got your design. Bless you fddeeeadfebd

Reply
Croire en ses rêves | Le blog d'Annouchka 22 janvier 2016 at 8:25

[…] surtout quand on s’est donné les moyens d’y parvenir. Je l’ai déjà dit dans cet article, je ne crois pas beaucoup au facteur « chance » mais surtout au talent et au […]

Reply
Le complexe du travail en entreprise - Le blog d'Annouchka 13 septembre 2016 at 4:14

[…] les siens sur le plan financier. Pour moi, par exemple, c’est un métier « qui ne m’empêche pas de penser à ce que j’aime », peu m’ importe l’environnement et le cadre. Le jour où mon job ne m’inspirera […]

Reply

Leave a Comment