66 Paris - Le blog d'Annouchka
Chroniques du quotidienParis

Paris

posted by Anne 4 août 2009 29 Comments

concorde

Tous les jours je me dis qu’il faudrait que je vienne écrire sur ce blog. Mais c’est l’été, j’ai envie de procrastiner… Alors je surfe tranquillement, je bouquine, et puis surtout, je voyage. Je ne vais pas bien loin, mais je bouge, je fais tout pour passer le moins de temps possible à Paris.
Je culpabilise, j’ai le cafard aussi. Car cette ville que j’ai tant aimé, cette ville où j’ai appris à devenir adulte, me fatigue aujourd’hui plus qu’elle ne m’émerveille.

J’ai grandi dans le Cotentin, dans une petite bourgade de la Manche, au bord de la mer. Je me souviens à quel point j’étais mi-effrayée, mi-excitée quand il y a 7 ans, j’ai posé mes valises à Paris pour terminer mes études d’Histoire de l’Art. Quand on vit dans un village au fin fond de la province, Paris c’est un peu la ville qu’on veut éviter à tout prix, parce qu’elle fait peur et que les mauvais clichés ont encore la dent dure.

Le souvenir de mon premier cours d’histoire ici, me fait toujours sourire. Le prof n’arrêtait pas de parler de « L’Ile de la Cité », et je me revois encore toute penaude demander à mes camarades de classe (parisiens, eux), ce qu’était cette fameuse ile en plein Paris… (oui, à ce point là… quand je vous dis que je viens de la campagne). Et je n’ai jamais eu à subir aucune moquerie à ce niveau, mes camarades ont toujours pris plaisir à me faire découvrir leur ville et me sortir peu à peu de mon ignorance. En fait je me suis toujours sentie bien accueillie ici, les gens font preuve d’une grande ouverture d’esprit et sont très tolérants contrairement à ce qu’on a tendance à penser partout ailleurs… (les fameux clichés sur les parisiens).

7 années ont passé depuis. 7 années qui ont filé à vitesse grand V,  à force de vivre à cent à l’heure. Et rien que d’y penser, ça me fiche la frousse.
Parce qu’aujourd’hui je sens bien que j’ai envie d’autre chose. J’ai envie de verdure, j’ai envie de calme, j’ai  envie d’une  petite maison, d’un jardin dans lequel j’imagine des enfants jouer à la balançoire et mon chat chasser les souris.

J’ai envie de vivre là où le ciel est toujours bleu.

Mais quand je me promène à pieds, seule dans la capitale, je me rend compte à quel point je lui dois tout. Je réalise que j’ai beau râler à tout va (mais c’est typiquement français ça, non), crier à qui veut l’entendre que le métro m’insupporte, au fond je me sens bien ici.

Parce que c’est chez moi. Parce qu’à Paris, je ne m’ennuie jamais.

quais-de-seine

You may also like

29 Comments

Faustine 4 août 2009 at 2:03

C’est exactement ce que je ressens en ce moment dans cette très chère ville, même si dans mon cas, ça va faire 3 ans que j’y suis et non 7 et qu’à l’inverse de toi, j’ai toujours voulu y vivre.
Petite dès qu’ils le pouvaient, mes parents m’amenaient à Paris (en même temps, je ne demandais pas grand chose). On m’a toujours prise pour une folle de vouloir y vivre !!!
J’ai toujours eu de la famille ici, donc j’en profitais pour les voir et me balader. Limite parfois, je connaissais plus Paris en tant que touriste que certains habitants. Puis, j’ai eu l’occasion de partir d’Aix en Pce pour la capitale et je n’ai rien regrété.
Maintenant, j’ai comme toi, envie de retrouver mes racines, celles du sud, mais pas du même bord. J’ai envie de m’installer en Aquitaine, à Bordeaux plus précidement. Mais je vais être patiente, car je sais qu’une fois partie, Paris me manquera plus que jamais. Alors je profite (et je pestouille aussi :)).

Reply
larcenette 4 août 2009 at 2:05

Râler est typiquement français (tout comme se plaindre un petit peu :))
Mais j’avoue que comme toi, j’aspire à de vertes contrées même si j’ai du mal à me séparer de la ville et de son rythme effréné…
Et puis pour avoir fait un très grand nombre de capitales européennes (et quelques grosses villes de l’autre côté de l’atlantique) Paris, ça reste la plus ville du monde. A force d’y vivre, on a tendance à l’oublier c’est tout 🙂

Reply
La perchée de service 4 août 2009 at 2:21

Tu reussis la prouesse de m’émouvoir à chaque billet 🙂 t’es trop forte.

J’aime Paris aussi mais n’envisage pas du tout d’y passer ma vie. Quand j’aurais des enfants, je partirais, je ne concois pas de les elever dans cette ville. Je trouve qu’on y perd la notion des choses.

Mais Paris est tellement belle …

Reply
Angélita 4 août 2009 at 2:22

J’aimerais beaucoup y revenir

Reply
miss julie 4 août 2009 at 2:48

Ohhhh c’est dingue que tu parles du Cotentin. C’est toute ma vie, enfin celle de mon enfance car j’y passais toutes mes vacances…J’adore cette région qui a su garder son authenticité…La pointe de Saire, Barfleur, st Vaast, Port racine…

Je comprends ta note. Plus le temps passe, et plus on aspire à autre chose qu’au rythme infernal de la capitale.
La verdure et le calme m’ont toujours manqué sur Paname.
J’ai essayé de quitter cette ville 2 fois, pour les îles lointaines ou la Bretagne, mais finalement suis tojours rentrée au bercail…la famille…les ami(e)s, pas facile de tout lacher… ( et pourtant toi, tu l’as fait!!)

Aujourd’hui, alors que je serais prête à repartir…je ne peux plus. J’ai ma petite maman sur laquelle je dois veiller, vu son état de santé…

Bref, comme tu dis, ici, on ne s’ennuie jamais, mais en échange, nous devons supporter des choses parfois bien contraignantes…

Jolie note en tout cas…:-)

Reply
constouille 4 août 2009 at 3:42

je n’ai jamais réussi à me faire à Paris, j’ai l’impression d’être toujours en décalage, en speed, dans l’agressivité. Depuis 5 ans que j’y vis, je suis heureuse dès que j’en pars. Maintenant que j’ai un bébé, je ne rêve que d’en partir. Je profitais plus de cette magnifique ville quand je venais en we, voir des amis parce que je visitais à fond, je me balladais, je sortais… Alors vivement le départ! Mais merci pour cette très belle note.

Reply
christine 4 août 2009 at 3:52

j’ai habité Paris et la banlieue aussi puis travail délocalisé la sarthe jusqu’à présent . Paris je l’ai traversé à pied et en métro de long en large . j’adore ! j’y retourne toute seule dans l’année juste pour le plaisir de déambuler et pour le plaisir du mélange. en province on est vite catalogué mais à Paris on est libre d’être soi même et tous les apprentissages et curiosités sont à porté de main.
j’ai beaucoup aimé ta note

Reply
Marine 4 août 2009 at 4:12

Tu as raison, profite de cet été pour te vider la tête de cette vie parisienne qui même lorsqu’on l’aime nous fatigue aussi. ça te permettra de mieux revenir et de plus en profiter par la suite !
Pour le blog, on aimerait tous/toutes te lire davantage je suppose, mais pareil, une pause, ça fiat du bien de temps en temps !

Reply
MissBrownie 4 août 2009 at 4:52

Tous les étés, c’est pareil, je rêve secrètement d’habiter à la campagne comme dans mon enfance mais finalement, aller passer les week-ends ensoleillés chez mes parents suffit.

Et l’hiver j’aime être en ville, pas trop loin de mon boulot 😉

Reply
annick 4 août 2009 at 5:24

ah ben moi c’est le contraire, j’ai grandi dans la capitale (belge, la capitale, ridicule à côté de paris mais capitale quand même) et c’est depuis que je l’ai quittée que j’éprouve le sentiment d’être chez moi dans la ville où j’habite aujourd’hui.

Reply
Sekhmet 4 août 2009 at 6:16

On s’attache aux lieux qui nous ont beaucoup apportés… y’a rien à faire… je crois. Paris sera toujours une part de toi que tu partes ou pas… (ah c’est bô ce que je dis là)

Reply
Marie/chroniqueblonde 4 août 2009 at 6:41

Je vais te faire peur ou hurler mais je ne me vois pas vivre ailleurs moi. Pour l’instant du moins parce que peut-être que quand je serai plus âgée, à l’âge de la retraite j’imagine, j’aurai envie de m’exiler dans le sud. Mais tout ça n’est que supposition parce que là pour le moment ma vie c’est ici et pas ailleurs, je crois que je ne le supporterai pas.

Reply
Xelou le loup 4 août 2009 at 8:24

je suis pareille que toi !

tu mets des mots sur le sentiment que je suis exactement en train de ressentir en ce moment, je rêve de mer, de bretagne, de maison au toit en ardoise, mais quand je me promène dans paris je me dis que je ne pourrais jamais quitter la plus belle ville du monde..

Reply
Anne-Claire 4 août 2009 at 8:56

Comment c’est bien écrit…! En fait, je pense que bon nombre d’entre nous aspire toujours à autre chose ou se remet en question continuellement et qu’il n’est jamais totalement satisfait de où il vit. Pour ma part, je suis certes toujours en train de rabacher les oreilles de mon zhom avec l’Espagne mais en même temps, être très loin de la famille et qui plus est avec un enfant, Serait-ce vraiment mieux que maintenant? Vraiment pas sûre. C’est juste qu’on est humain et que forcément on réagit sur tout et qu’on a des hauts, des bas. Le principal est qu’il faut en fin de compte dénombrer plus de moments heureux que malheureux, non? Pense bien à toi du bout de ma Presqu’île…à très bientôt

Reply
Fleur de cerise 4 août 2009 at 9:02

Rassure toi je ne sais pas non plus ce qu’est L’île de la cité ^^ . J’ai souvent entendu dire qu’il y avait des bons côtés à Paris et en province, je comprend que ce soit parfois difficile de faire un choix 🙂 !

Reply
sheily 4 août 2009 at 9:27

Parisienne de souche, le seul autre endroit que je connaisse, c’est Londres (j’y ai vécu 3 ans).
Et même dans les pires moments, quand Paris me rend folle, ça ne dure que quelques instants. Elle s’empresse de me montrer un nouveau et beau visage… Je suis dingue de cette ville, je l’aime à la folie et je crois qu’entre elle et moi, c’est pour la vie…
Mais je comprend que tout le monde ne l’aime pas : tant mieux, ça en fait plus pour moi!

Reply
MiniMin 4 août 2009 at 11:12

Ce serait mon rêve d’habiter Paris. Je reviens de près de 3 semaines de vacances dans la ville lumière et je m’y sentais très à l’aise. Je me verrais bien y vivre, car c’est vrai qu’on ne s’y ennuie jamais. Lorsque je suis revenue chez moi (Montréal), j’ai vécu un down – je trouve que c’est une ville ennuyeuse (avis bien perso). Comme quoi on n’est jamais vraiment content de sa ville 😉

Reply
Marinette 5 août 2009 at 7:22

moi je rentre me mettre au vert chez mes parents le weekend, profiter du jardin, de l’espace et du calme.
j’ai tous les avantages en fait !

et comme je déteste conduire le métro c’est bien pratique quand même !

Reply
MissOChoco 5 août 2009 at 7:49

« Je réalise que j’ai beau râler à tout va, crier à qui veut l’entendre que le métro m’insupporte, au fond je me sens bien ici. »
Je me reconnais bien la-dedans, même si je ne vis pas à Paris! J’ai envie de soleil, de nature, de palmiers, mais je me dit qu’il y aurait un sacré vide, quand à Paris, il y a toujours une balade, un musée à faire!

Reply
Mlle Gima 5 août 2009 at 7:51

Alors moi j’aimerais bien comprendre comment t’as dévié d’histoire de l’art à ton poste actuel!

Parce que je sort de la même formation et qu’a part me reconvertir dans le vente et la culture c’est super dur de se vendre :p

Et sinon tu peux aussi envisager d’emménager à Paris en bordure de bois… Je t’avoue que depuis que j’ai déménagé j’ai vraiment l’impression d’avoir gagner sur tout les plans: la foret à 5 minutes et Paris centre à 10 minutes. Un vrai bonheur

Reply
Toute Petite 5 août 2009 at 10:01

Même sentiment envers Paris…
Mais pas plus tard qu’hier, je suis sortie tot du boulot et j’ai profité des Tuileries avec un roman, tranquillement installée au soleil, en admirant la ville et en me rappelant la chance que j’ai de vivre ici qd meme…

Reply
libertedallaiter 5 août 2009 at 11:11

sûr que vivre à Paris c’est spécial mais bien l’ambiance de la ville.

Reply
Elisa 5 août 2009 at 12:05

Salut!
Paris toujours belle, adorable. Flaner, se prommener. J´adore.
A plus et à nous lires sur nos blogs
Elisa, Argentine

Reply
Pimousse 5 août 2009 at 2:10

J’y suis née et j’y ai presque toujours habité, hormis 3 ans en expat.
J’adore cette ville, mais comme toi parfois, elle m’étouffe.
J’ai souvent envie d’espace, de nature. Mais tu vois, habiter dans une maison à la campagne, j’aurai peur. Peur parce que je n’ai pas l’habitude de vivre isolée. C’est bête, je sais, mais c’est comme ça.

Ce n’est pas étonnant d’avoir envie d’y échapper, cette ville est tout sauf reposante, c’est ce qui fait qu’on l’aime d’ailleurs. C’est vrai que pour des vacances, il y a mieux.
Les deux photos que tu as mise sont magnifiques. Et on remarque à quel point Paris est une belle ville.

Reply
Anne 5 août 2009 at 5:31

@ Faustine : c’est marrant parce que justement, Aix en Provence est la ville où j’aimerai vivre d’ici 2/3 ans …. Mais la côté Atlantique est très jolie aussi, c’est vrai. En tout cas tu as raison, en attendant le départ il faut en profiter.

@ Larcenette : ton commentaire résume tout. C’est vrai, Paris reste la plus belle, il faudrait juste réussir à la regarder plus souvent avec de yeux de vacanciers.

@ La Perchée : ah oui, et tu veux aller où ? (on en reparlera la semaine prochaine ;))

@ Angelita : reviens, mais amène nous le soleil please 😉 (même si depuis quelques jours il fait un temps superbe ici).

@ Miss Julie : c’est bien rare les gens qui connaissent le Cotentin. En général les gens ne s’y bousculent pas, mais c’est aussi ce qui contribue à garder le charme authentique et sauvage de cette belle région 😉

@ constouille : et oui, je crois que le bébé, ou l’envie d’en avoir, ça accentue encore plus ce désir de fuir la capitale… J’avoue, c’est un peu ce qui me fait peur, je ne me vois pas élever mes enfants dans une ville aussi agressive (pour reprendre ton terme).

@ christine : tu as raison, ici pas de jugement, mais juste le plaisir d’être soi-même et faire comme bon nous semble. Je crains un peu le retour en province pour ça justement, dans les petites villes on se jauge et on commère davantage 😉

@ Marine : oui, on marche un peu toutes au ralentin, mais qu’est ce que ça fait du bien !

@ MissBrownie : ah mais carrément. Moi non plus je ne me vois pas l’hiver à la campagne (je l’ai subis pendant 20 ans, non merci plus jamais). Si je pars, ce sera pour vivre près d’une grande ville… pas folle la guêpe.

@ annick : tout est bien qui finit bien alors. Tu es chanceuse en tout cas, peu de gens sont heureux de là où ils vivent.

@ sekhmet : oui c’est beau, et surtout très vrai.

@ chroniqueblonde : oh non rassure-toi, je ne vais pas te jeter des tomates 😀 Après je pense que c’est aussi une question d’origine, si on a de la famille dans le coin, grandi ici, qui fait qu’on y reste ou pas. C’est plus facile pour une francilien pure souche d’envisager de rester ici jusqu’à la retraite… Tu as grandi ici toi non ? (me souviens plus).

@ Xelou le loup : c’est effectivement très pénible ce sentiment de contradiction…

@ Anne-Claire : c’est vrai, on devrait apprendre à davantage se satisfaire de ce que l’on a, au lieu de penser (souvent à tort) que le meilleur est ailleurs. En tout cas j’ai l’impression que l’Espagne sera toujours une petite partie de toi… Qui sait, dans quelques années pourquoi ne pas aller t’installer là bas 😉 (l’avenir est rempli de surprises).

@ Fleur de Cerise : il y a des avantages et inconvénients partout, il suffit de trouver le juste milieu et faire en fonction de ses besoins 😉

@ sheily ; ah mais j’aime Paris 🙂 Seulement je la vois différemment maintenant que j’ai « vieilli », l’avenir que je m’imagine ne colle pas avec le rythme effréné qu’on peut avoir ici. Mais quand je partirai, j’aurai le coeur brisé, c’est sûr 🙁 (Et t’as drôlement de la chance d’avoir vécu à Londres, j’en reviens, j’ai adoré).

@ MiniMin : je ne connais pas Montréal, mais il paraît que c’est beaucoup plus calme oui ! Par contre j’ai entendu dire qu’à Montréal on se sentait davantage en sécurité, c’est à mon sens, un sacré avantage.

Marinette : j’aime pas conduire non plus, ça fait des années que je n’ai pas touché un volant 😮

@ MissOchoco : la solution c’est peut-être de vivre à la campagne mais pas trop loin d’une grande ville ?…

@ Mlle Gima : dans mon cas c’est un peu différent, j’ai d’abord suivi des études de tourisme, c’est seulement après que j’ai poursuivi en histoire de l’art (j’ai une carte de guide mais jamais fais de guidage). J’ai bossé en tour-opérateur quelques années puis rencontré un geek qui m’a converti au web, j’ai tout appris sur le tas. Et avec mon culot j’avais réussi à obtenir un poste de responsable web chez un TO… mais c’est pas évident de bifurquer, il faut soit beaucoup de chance, soit refaire des formations… (mais tu t’en sors pas trop mal toi on dirait ;))

@ Toute Petite : c’est le genre de petit moment de plaisir qui peut d’un coup faire basculer notre vision des choses.

@ libertedallaiter : faut aimer c’est sûr !

@ Elisa : à plus 😉

@ Pimousse : tu résumes tout à fait ce que je pense. Mais je pense qui si je pars un jour, ce sera pour m’installer pas loin d’une grande ville. Je suis citadine, définitivement 😉

Reply
Delphine 6 août 2009 at 9:41

Je ne suis restée que 4 ans à Paris, pour les études.
A l’issue de ces quelques années, peut être parce que ça ne s’était pas aussi bien passé que ce que j’avais espéré, je fus contente de partir. J’ai même boudé Paris pendant 2 ans.
Aujourd’hui, je déplore de ne plus pouvoir y aller autant que j’en rêve.
Je crois qu’on ne profite jamais plus d’une ville que lorsqu’on y a vécu et qu’on y retourne rien que pour le plaisir.
Le sentiment que tu éprouves aujourd’hui pour cette ville, je ressens le même à l’égard de Nice où j’habite depuis un bon moment, déjà.
Moi aussi je viens de la campagne, et je crois qu’au fond de moi, j’inspire à plus de calme…

Reply
The Célinette 7 août 2009 at 2:24

Je suis contente de vivre en province, mais Paris c’est un peu comme un vieil amour, on arrive jamais vraiment à la quitter 😉

Reply
Lili 11 août 2009 at 8:20

Comme nous devons être nombreuses à te comprendre !
Je peste aussi contre le métro, le métro et les pannes de métro lol
J’imagine une maison en province pour le jour où j’aurai une famille, si j’en ai bien une 😉
Il faut dire que ta région d’origine est réputée pour sa beauté 🙂

Reply
mariO 22 mars 2010 at 10:03

Pour moi c’est le contraire. Je suis toulousaine et « monter à Paris » comme on dit c’est encore (presque) synonyme de partir au bout du monde. Pourtant j’adore cette ville, ses ponts, ses lumières, ses batiments. A chaque fois que j’arrive à trouver un pretexte ou à convaincre qqun d’y aller avec moi c’est un plaisir. On y passe quelques jours à 100 à l’heure car on veut en profiter au maximum pour voir un max de chose. Mais je n’y vivrait pas. J’aime trop le calme de ma campagne. Les conditions idéales pour moi, pour vivre à Paris c’est d’avoir assez d’argent pour avoir un appart bien placé et pas trop petit, assez de temps pour profiter de tout ce que cette ville merveilleuse propose et pas d’enfant car je serais toujours sur les nerfs à les surveiller dans le métro, dans la foule… Comme j’ai exactement le contraire aujourd’hui, Paris est une très belle ville que j’adore découvrir ou redecourvrir à la télé et pendant mes vacances. J’y suis allé avec un couple d’amis en février et nous pensons déjà à y retourner l’an prochain eux beaux jours.Je réfléchis aussi à y emmener mes filles d’ici 2-3 ans en faisant une visite adaptée.

Reply

Leave a Comment