ChroniquesChroniques de maman

Ses petits coups si familiers

posted by Anne 6 février 2017 26 Comments

IMG_0022

Parmi les merveilleux cadeaux de la grossesse, il y a bien évidemment le plaisir de voir son ventre s’arrondir joliment au fil des mois. Je trouve cette métamorphose du corps vraiment magique et je ne m’en lasse pas ! Croyez-moi, j’aurais bien profité de ses 9 mois pour admirer mon gros bidon sous toutes ses coutures et je l’aurais caressé, chouchouté et huilé plus que de raison. Et puis, bien sûr, il y a ce plaisir immense de sentir son bébé bouger au creux de soi. Ça, c’est encore plus dingue !

Ce sont des sensations difficiles à décrire à quiconque n’a pas eu la joie de les ressentir un jour. Pour ma part, j’ai eu la chance de sentir bouger mon bébé assez tôt lors de ma première grossesse, à 17 SA (soit 3 mois et demi de grossesse) et j’en garde un très beau souvenir. Nous étions en vacances en Andalousie et je me souviens exactement à quel moment j’ai ressenti les premiers coups de pieds de Martin : nous étions en train de diner en terrasse à Grenade, avec au loin, l’Alhambra en guise de décor… Difficile de faire plus romantique non ?  Les quelques jours précédents, j’avais cru ressentir comme des petites bulles de savon qui éclataient dans mon ventre et mon intuition était la bonne… C’était bien mon tout petit bébé que je sentais bouger ! A part quelques coups de pieds un peu douloureux vers la fin de ma grossesse, rapidement soulagés par un ostéopathe (mon bassin avait probablement bougé un peu, rendant les mouvements du bébé un peu désagréables) je n’avais cessé d’adorer le sentir remuer.

Pour cette grossesse, les choses ont été légèrement différentes, surtout à partir du 6ème mois ! Si j’ai bien senti le bébé bouger encore une fois très tôt (à 2 mois et demi cette fois-ci, il paraît que c’est possible pour une 2ème grossesse) ses petits coups sont devenus parfois désagréables voire franchement douloureux vers la fin du 6ème mois. Je me souviens pourtant avoir posté cette photo sur Instagram où je disais que ce bébé me semblait calme et doux comparé à son grand-frère… Ahahahaha à ce stade là j’étais loin d’imaginer que j’hébergerais un petit boxeur pendant 9 mois ! Car il faut bien le dire, ce petit coquin m’aura pas mal secouée ! Peu avant la fin du 6ème mois, il est descendu très bas dans mon bassin tout en étant assis en siège, rendant douloureux ses moindres petits coups de pieds. J’ai commencé à ressentir comme des décharges électriques dans le pubis de jour comme de nuit, au repos ou non… en fonction des horaires de gymnastique de monsieur. Cette sensation d’avoir le bassin en permanence branché sur des électrodes n’a jamais disparu et à 17 jours du terme je les ressens toujours ! Cela aura donné lieu à des situations un peu comiques où je me suis mise à pousser des grands « ouille aïe ouille » de surprise (et de douleur) au beau milieu d’une réunion, dans le bus ou dans n’importe quel endroit avec plein de gens qui se demandaient si je n’étais pas un peu débile…

Je ne sais pas si ces douleurs sont la conséquence du gabarit de Joli Coeur (apparemment costaud et bien au dessus des courbes), de mon utérus légèrement assoupli par la première grossesse, ou tout simplement parce que je suis plus sensible que la moyenne, mais il m’est arrivé de passer des nuits blanches entières avec la sensation que mon bassin était branché sur du 220 VOLTS ! Ah, et puis qui a dit qu’une fois que le bébé s’était enfin retourné (la tête en bas droit vers la sortie) qu’il bougeait beaucoup moins faute de place ? Parce que mon petit Joli Coeur n’a que faire de cet adage, il continue à se relaxer comme bon lui semble (enfin surtout comme il le peut j’imagine^^). Bien sûr, il n’a plus la place de remettre ses fesses vers le bas mais en revanche, il change encore régulièrement de côté en poussant les murs de sa petite maison, à savoir mes côtes et mes poumons. Et ce que je trouve vraiment magique, malgré qu’il me fasse mal, c’est qu’à chacun de ses mouvements je devine ce qu’il est en train de faire. Quand il commence à remuer ses pieds et ses mains très fort, je sais qu’il va essayer de changer de côté et mettre son dos soit à gauche, soit à droite, soit contre le mien. Quand il met son dos à gauche, c’est confortable et je peux sentir ses petits pieds tous ronds remuer sous mes doigts à droite. Quand il met son dos contre le mien, vers l’arrière, mon ventre me démange et j’ai l’impression que mon nombril va se déchirer. Et enfin, quand il décide de placer son dos à droite, c’est la position la moins confortable pour moi et celle que je redoute le plus. Dès qu’il remue, il appuie sur le nerf sciatique de ma jambe gauche, me la paralysant complètement. Ça n’est pas forcément douloureux, c’est juste étrange et désagréable et ça me fait beaucoup rire car dans ce cas je ne peux plus marcher pendant plusieurs secondes !

A chaque fois, je me dit « bon sang, qu’est ce que ça remue, il y a de la vie là dedans ! » et puis je pense à Renaud et sa chanson « En cloque », je me dis « c’est un jardin, une fleur, un ruisseau », et puis je finis par en oublier que parfois les petits coups si familiers de mon bébé me font mal. Parce qu’ils me rassurent, parce que grâce à eux je me sens plus vivante et utile que je ne l’ai jamais été. Et je mesure la chance que j’ai de pouvoir vivre cette expérience un peu folle que beaucoup d’autres femmes et même des hommes m’envient. Comme pour Martin, je sais que ces sensations vont beaucoup me manquer après l’accouchement et que je ressentirai encore longtemps des petits coups fantômes…. Histoire de ne jamais oublier !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

You may also like

26 Comments

karine_ 6 février 2017 at 7:09

Je me souviens des petits coups de ma mini, plus intenses que la première, des vagues sur le ventre. Je me disais que j’aurai une mini bien dynamique. Et même si c’est une petite fille très enjouée, elle est aussi très posée. Et même si on m’avait dit que ce serait un gros bébé, elle pesait tout juste 3 kilos à terme… Je crois surtout que pour ma deuxième grossesse, j’ai laissé mon bébé grandir dans beaucoup de liquide amniotique et que non seulement elle pouvait y nager tranquillement mais qu’aussi, il a du faire un effet loupe lors des échos 😉

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:31

J’ai l’impression que les erreurs d’estimation sur les gabarits sont fréquentes finalement 🙂 Pour Martin, le poids à terme avait été estimé de manière assez précise et encore une fois on m’a annoncé un gros bébé… On verra bien, j’ai hâte de voir sa frimousse en tout cas !

Mais je sens bien que contrairement à toi, il n’a pas tellement de place, je n’ai pas l’impression qu’il nage dans beaucoup de liquide en tout cas !

Reply
Paquerette 6 février 2017 at 7:43

Bonjour
Allez je me lance pour mon premier commentaire de lectrice en sous-marin
J’ai une grande fille de 8 ans et un petit garçon de 3 mois. Pendant ma deuxième grossesse j’ai ressenti comme toi de grandes décharges électriques !
Et à 6 mois de grossesse, je l’ai senti se retourner. Comme je n’avais pas beaucoup de liquide amniotique, le retournement s’est fait « à sec » comme disent les gynécologues, c’est à dire que tu le sens complètement (et j’ai eu mal et peur). Mais une fois retourné, tout s’est bien passé.
Je suis très nostalgique de ces moments où je sentais mon bébé bouger. C’est vrai que c’est difficile à raconter à quelqu’un qui ne l’a pas expérimenté.
D’ailleurs je me disais : essaie de t’en rappeler pour quand le bébé sera né mais en vrai je ne me rappelle plus exactement de cette sensation. Mais je me rappelle très bien le sentiment de plénitude qui l’accompagnait.
Je te souhaite une belle fin de grossesse et surtout une jolie rencontré avec ton bébé.

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:37

Ton commentaire me fait très plaisir, merci infiniment ! Je ne savais pas que cela faisait davantage souffrir quand il n’y avait pas beaucoup de liquide amniotique… Mais c’est logique, en effet ! Moi aussi j’ai très peur d’oublier ces sensations… Mais peut-être que le cerveau fait le tri pour nous aider à passer à autre chose ?

Reply
Karine 6 février 2017 at 8:08

Tu décris tellement bien toutes ces sensations, que je vis également en même temps, mais moins fort que toi. Ces espèces de décharges électriques devaient être vraiment désagréables.
Je t’imagine en train de dire « Aïe » dans le bus 😀
Mais c’est vrai que c’est incroyable de pouvoir suivre son trajet et savoir ce qu’il fait (le mien pivote tous les soirs d’un côté à l’autre, c’est sa petite habitude).
Et quel bonheur de poser sa main et de le sentir s’y lover… mais uniquement quand c’est sa maman ! Dès que c’est la main du papa, ou – pire encore – de son frère ou de sa soeur, plus aucune réaction, comme s’il s’immobilisait.
Oui ces sensations vont nous manquer c’est certain, surtout quand il s’agit – comme pour moi – de la dernière grossesse.
Mais la découverte de ce petit colocataire sportif sera fabuleuse.

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:42

Le mien aussi pivotait tous les soirs jusqu’à il y a une semaine… Comme quoi il n’a vraiment plus de place ! Et j’ai remarqué en effet qu’il n’y a que contre ma main qu’il vient de blottir, il ne réagit pas de la même manière avec les mains du papa ou de mon fils. C’est fou comme les bébés in-utero semblent percevoir les sensations de manière différente… C’est vraiment magique, parfois j’aimerais être un bébé dans le ventre d’une maman en toute conscience pour savoir ce que ça fait ^^ Ça doit être être une expérience passionnante à vivre !
Bon courage à toi aussi pour cette dernière ligne droite ! Avec tes 2 grands à t’occuper, tu dois être bien fatiguée.

Reply
DeboBrico 6 février 2017 at 10:25

tu m’as tiré une petite larme dis.. c’est tellement magique ces moments.
Pour Mona, j’ai beaucoup moins savouré tout ça. J’ai perdu ma grand mère à 6 mois de grossesse et après elle s’est fait discrète, et moi je l’ai presque oubliée… c’est un peu triste. Elle bougeait vraiment peu, parfois ça m’inquietait, alors je passais ma main et elle me donnait un tout petit signe juste pour me rassurer! J’ai un peu regretté tout ça, après quand elle est née et que je l’ai rencontré, j’ai eu l’impression de ne pas avoir su/ pu profiter d’elle en moi. Malheureusement ce sont des moments qu’on ne peut pas revivre. Ca n’empêche pas qu’aujourd’hui on a une relation fantastique elle et moi et qu’elle est pleine de vie (chose dont j’ai beaucoup douté tellement j’ai été mélancolique en l’attendant), mais quand je pense à cette grossesse j’ai un petit goût amer d’inachevé, comme si la vie (ou la mort) m’avait volé quelque chose… Bref tout ça pour dire: Profites, même si ça fait parfois mal, même si tu en as marre!!! et des bises

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:49

Oh, je suis désolée que tu aies du subir ce deuil dans une période qui aurait du être si jolie pour toi… Mais ce qui est important c’est la relation que vous avez su construire après, qui est infiniment plus utile et précieuse. Comme quoi ne pas s’extasier sur son ventre pendant la grossesse n’empêche pas une belle complicité après la naissance. Et puis tu sais, je crois que même quand une grossesse se passe bien, il reste souvent un goût de « trop peu » et cette sensation de ne pas en avoir assez profité.
Moi aussi je t’embrasse !

Reply
DeboBrico 17 février 2017 at 9:49

Du coup suite à ce commentaire, j’ai écrit un article sur cette histoire. Il est aujourd’hui sur mon blog si ça t’interesse
https://debobrico.com/2017/02/17/mona-et-meme/

Reply
Louna 7 février 2017 at 1:27

Décidément, je continue à retrouver beaucoup de similitudes entre cette deuxième grossesse que tu décris et ma deuxième grossesse à moi : ces décharges électriques dans le bassin, que je n’avais absolument pas expérimentées la première fois, c’est tout à fait ça !

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:50

Ça fait mal hein !!! 😀

Reply
Marie Kléber 7 février 2017 at 3:51

J’ai senti l’escargot bouger assez rapidement aussi. Ce qui était agréable au début était parfois douloureux à la fin – le pauvre n’avait plus assez de place pour se mouvoir! Et pourtant il devait être à l’aise pour rester quelques jours de plus.
Une fois l’accouchement passé, j’ai mis du temps à intégrer que je ne sentirais plus de mouvements sous la peau de mon ventre. Le souvenir est intact dans ma mémoire.
D’ailleurs c’est un coup de pied bien placé à un moment difficile qui m’a permis de prendre la délicate décision de partir, quitter mon ex mari et notre histoire chaotique! Comme quoi, la vie est bien faite…
Profite pleinement de ces derniers jours Anne avant l’arrivée du 2e petit homme!

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:53

Ah toi aussi tu fais des bébés Tanguy ? Martin est né avec deux jours de retard et je crois que cette fois je suis encore bien partie pour aller jusqu’au terme (une forte intuition).
Je me souviens avoir aussi ressenti ce que tu décris, des petits coups fantôme très longtemps après l’accouchement (en fait c’était mes intestins qui me jouaient des tours mais la sensation ressemblait à s’y méprendre aux petits coups de pieds de bébé). Et comme tu dis, je crois que même les bébés in-utero sentent bien des choses, blottis au creux de nous… Je suis persuadée qu’ils ressentent très fortement nos émotions.
Merci infiniment pour ton petit mot en tout cas !

Reply
Val 7 février 2017 at 7:18

Bonsoir,
Décidément à chaque fois que je te lis, j’ai l’impression que tu parles de moi ! Douleurs pelviennes, décharges électriques, symphyse ultra sensible depuis des mois….
1er bébé que je n’ai vraiment senti qu’à partir de 5 mois-5 mois 1/2 et j’étais frustrée. Depuis, je ne cesse de le sentir remuer ! Un vrai boxeur aussi ! Ce qui était rigolo et assez agréable ne l’est désormais plus… Ca m’arrache aussi de réguliers « aïe, ouïlle » qui ont le don d’amuser le futur papa, mais moi nettement moins ! Parfois, cela pourrait même me tirer une petite larme car c’est relativement douloureux. Enfin bon c’est un bébé tonique, qui bouge bien, c’est le principal ! En tout cas, à ceux et celles qui diront effectivement qu’à la fin on ne sent presque plus bébé bouger et ben ce n’est pas vrai pour tout le monde !!
Monito de contrôle aujourd’hui : tout va bien. Terme ce samedi…. un bébé annoncé initialement comme pressé mais qui finalement (et c’est tant mieux) naîtra bien à terme ; en espérant que ce ne sera pas après terme 😉
Bon courage pour ta fin de grossesse et belle rencontre.
En attendant bonne soirée

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:57

C’est ce qu’il faut se dire pour se consoler : un bébé tonique est un bébé en bonne santé et ces petits (enfin… gros) coups ont le mérite d’être rassurants ! Mais c’est vrai que cela peut être très douloureux, il m’est même arrivé par deux fois d’en pleurer, de douleur mais aussi d’épuisement moral (car dans ce cas, impossible de fermer l’oeil ni de se reposer).
Je crois que ton terme est dans deux jours donc je t’envoie plein de bonnes ondes ! A moins que tu ne sois déjà à la maternité ? Les bébés qui arrivent à terme sont magnifiques, ils sont bien dodus avec des joues à bisous !

Reply
Je ne suis pas une Poule 7 février 2017 at 7:58

Comme toi ce deuxième bébé est très actif. Je l’ai aussi senti très tôt remuer comme une petite bulle, puis comme un petit poisson… Maintenant ça n’a plus rien de petit mais je savoure ces instants qui me rassurent et me permettent de me recentrer sur ce petit être en devenir.

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:58

Tu as raison, il faut savourer… Ça passe tellement vite !

Reply
happy and baby 8 février 2017 at 9:55

C’est qui me manque le plus ces petits coups (moi j’ai du bol, il ne m’a jamais vraiment fait mal, même si sur la fin, c’était pas toujours agréable). Je pensais m’en souvenir toute ma vie et je me rends compte que j’ai beau me concentrer, je n’arrive à les « ressentir », comme si ma mémoire les avait effacé pour passer à autre chose…ou pour ne pas trop les regretter ? 😉 Bonne fin de grossesse !

Reply
Anne 9 février 2017 at 9:59

Oh ça me rend triste de lire ça… Ça veut dire que je vais oublier aussi, snif :'( Mais tu as raison, c’est sûrement un complot pour nous aider à passer à autre chose !

Reply
Escarpins et Marmelade 8 février 2017 at 12:12

Je n’ai jamais aimé être enceinte. Pourtant, s’il y a quelque chose que je voudrais revivre toute ma vie, c’est la sensation de sentir mon bébé bouger dans mon ventre.
C’est absolument merveilleux et ton article m’a mis les larmes aux yeux.

Reply
Anne 9 février 2017 at 10:00

Et moi ton commentaire me rend déjà nostalgique <3 J'aimerais ne jamais oublier ces sensations mais je crois qu'inévitablement, on finit par oublier quand même... Snif :/

Reply
lolabelle 8 février 2017 at 7:52

Moi aussi je sors un peu de l’ombre pour dire merci pour tous ces petits récits de la grossesse!
Loin des jolis romans merveilleux d’un quotidien toujours heureux, c’est la grossesse de Mme Tout le Monde (ou presque) que vous décrivez avec son lot d’expériences moins sympas et je suis sûre que ça aide beaucoup de femmes enceintes de lire ces mots 🙂
Sinon, le petit coquin qui bouge comme un ver, j’y ai eu droit avec ma 1ère qui a 12 ans! Et je réalise en vous lisant que, sans doute, elle avait bien compris que sa maman, grande angoissée devant l’éternel, avait besoin de tout ce remue-ménage pour être rassurée! Je ne m’en rends compte qu’aujourd’hui, dommage, ça m’aurait évité de pester contre ces petits pieds boxeurs qui me labouraient continuellement l’intérieur 😉

Belle fin de grossesse et belle « rencontre » avec ce petit bout!

Reply
Anne 9 février 2017 at 10:04

Merci beaucoup pour votre commentaire, il me touche particulièrement car lorsque j’ai créé ce blog il y a 9 ans, mon but était vraiment de partager des petits moments de la vie en toute sincérité, avec ses hauts mais aussi ses bas. Et je suis ravie de lire qu’au fil des années, cela se perçoit toujours du côté des lectrices et qu’elles aient autant envie de partager leurs expériences avec moi ou dans les commentaires. Vraiment, un grand merci !

Reply
Laura 14 février 2017 at 1:04

Ca fait un petit moment que je n’ai pas commenté ici mais allez, je laisse un petit mot parce que ton billet me parle 🙂
Mon fils s’était retourné en position près à sortir à 5 mois et demi et ne s’est plus jamais retourné, la faute à mon bassin. Eh bien crois-moi qu’il a continué à bouger comme un petit fou et à m’envoyer des décharges jours et nuits, comme toi ! Quelle horreur quand j’y repense … bien qu’en fait, je ne me souviens plus du tout de la sensation. La magie du corps humain !

Belles dernières semaines à toi, imprègne-toi de toutes ces sensations magiques ♥

Reply
Mathilde 14 février 2017 at 9:27

Quelle belle énergie de vivre ce petit dégage! Même si j’imagine bien que ce n’est pas toujours facile pour nous les mamans!
Je suis à 26 SG et je sens ma fille de plus en plus fort, quelles étonnantes sensations. Pour l’instant, ses mouvements ne sont pas assez forts pour que cela me dérange.
J’espère que tu auras pu profiter, mais surtout te reposer jusqu’au jour-J, car ensuite il paraît que tout va très vite.
Nous vivons une expérience merveilleuse, c’est tellement d’émotions, de découvertes et un lien si fort qui se créé! Tu as raison nous avons la chance de ressentir cette vie qui grandit en nous et j’aime me rappeler chaque jour que j’ai cette chance inouïe.
Grosses bises à toi

Reply
Aurore 16 février 2017 at 10:39

Je me rends compte en vous lisant, toi et tes lectrices, que je ne m’étais même pas rendue compte que j’avais oublié. Car je n’ai gardé que la magie même si effectivement, mon Billy Eliot n’y allait pas à demie mesure et que j’ai dû faire corps avec n’importe quel siège trouvé sur mon chemin, le temps qu’il arrête les claquettes tant ça pouvait m’iradier parfois. J’ai été hyper nostalgique dès l’accouchement de notre séparation. Il était là et il me manquait déjà. Je suis une grande cérébrale et une grande sensible. Je ne peux m’empêcher d’espérer un deuxième mais pas trop tôt, car j’ai vécu et je vis une première maternité chamboulée, un peu comme toi et commence réellement à trouver mes repères avec lui. Ce que j’aimais carresser mon ventre ! Ce que j’étais nulle pour savoir dans quelle position il était Seuls ses coups de pieds me permettaient de savoir. Je t’embrasse fort

Reply

Leave a Comment