Tag

bio

Des soins bébé BIO à la fleur d’oranger (TOPICREM)

posted by Anne 10 mai 2011 41 Comments

TOPICREM

Salut les copains !

Ça ne s’est pas beaucoup agité par ici ces derniers jours, et pour cause, je suis partie en vacances au paradis. Une petite semaine passée en famille, en Provence, dans un endroit simple mais fabuleux dont j’ai déjà parlé ici. C’est toujours avec le même plaisir que j’y retourne, un plaisir mille fois décuplé maintenant que nous avons un bébé ! D’ailleurs j’ai bien envie de vous raconter mes galères de jeune maman parisienne, parce que croyez-moi il y en a un paquet…

En attendant je voulais vous parler un peu des produits de la gamme TOPICREM qu’on m’a proposé de tester il y a quelques semaines, et dont je suis ravie ravie ravie !  A vrai dire j’utilisais déjà une marque bio concurrente (Natessance, pour ne pas la citer) et c’est uniquement parce que TOPICREM est une marque bio que j’ai accepté volontier d’essayer. Je suis en train de virer « maman nature bobo » mais je m’en fiche, j’assume ! Tant que je n’utilise pas les couches lavables, on va dire que je suis encore sauve (notez que je n’ai rien contre les mamans qui utilisent les couches lavables, elles sont respectables et je les admire – moi pas le temps, pas envie).

TOPICREM vient donc de lancer sa première gamme de soins pour bébé, à haute tolérance dermatologique, au délicieux parfum de fleur d’oranger. J’insiste un peu sur ce point car il est encore difficile de trouver des soins bio parfumés, et surtout qui sentent bon. Vraiment, au niveau de l’odeur les marques bio ont quand même des progrès à faire.

Mon coeur s’est mis à battre à cent à l’heure lorsque j’ai ouvert le flacon de gel nettoyant, car j’avais enfin retrouvé le produit utilisé dans ma maternité pour les bains des bébés (je l’avais noté dans un coin de ma tête et puis l’émotion, le chamboulement des hormones ont fait que j’ai fini par oublier) Tous les soirs, dans ma chambre, j’adorais mettre mon nez sur le crâne de mon bébé et respirer cette odeur que j’aime tant. Je ne vous explique pas le choc et les souvenirs qui me sont revenus lorsque j’ai à nouveau senti ce doux parfum. Faudrait m’expliquer pourquoi je suis si nostalgique alors que j’ai détesté mon séjour à la maternité. Ah oui, femme est contradictoire, dit-on.

En dehors de son parfum, la gamme de soin TOPICREM est un réel plaisir à utiliser, je suis surtout très fan de l’eau nettoyante qui me sert beaucoup en ce moment avec les fortes chaleurs, à débarbouiller mon fils et lui rafraîchir le visage. L’huile de massage est un peu (voire très) grasse (normal c’est une huile vous me direz) mais rendent les massages dix fois plus faciles. Un vrai bonheur de pouvoir chatouiller les petits petons de Martin Chou !

Jeunes mamans, vous l’aurez compris, je vous recommande chaudement ces produits (et non, je ne suis pas payée pour le faire). D’ailleurs, pour vous permettre à votre tour de tester ces soins bio, je vous propose de participer à un petit jeu en répondant à cette question :  quel label a obtenu la gamme TOPICREM bébé bio ?

La réponse se trouve ici !

Il y a 3 lots « format voyage » similaires à gagner (voire photo plus haut), qui contiennent : 1 eau nettoyante sans rincage 100ml, un lait de toilette sans rinçage 100ml, un gel nettoyant 100ml et une huile de massage 150ml (valeur de chaque lot : environ 25 euros).

Notez que tous ces produits existent aussi en GRAND format à des prix très accessibles (vendus en pharmacie).

Je vous laisse jusque jeudi soir minuit, et vous donnerai les résultats du tirage au sort vendredi ! Et oui, je sais que le délai est très court, mais que voulez-vous, c’est le jeu ma pauvre lucette 🙂

Bonne chance à toutes et pour celles qui ont eu l’occasion de tester, au plaisir de lire vos commentaires 😉

EDIT : Randomizer a parlé, voilà les gagnantes du concours par tirage au sort :

Capture d’écran 2011-05-19 à 22.10.25Les gagnantes sont donc heidi, Gazelle26 et emilie ! Les filles, merci de m’envoyer vos adresses postales via mon formulaire de contact 🙂 Merci encore à toutes pour vos participations !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Occupe-toi de ses fesses !

posted by Anne 7 avril 2011 26 Comments

liniment

J’ai parfois l’impression que le fait d’être devenue maman m’a projetée sur une autre planète. Comme si, d’un coup, je découvrais avec des yeux écarquillés l’existence d’un nouveau monde propre à la maternité et la puériculture… Certes, on a 9 mois pour s’y préparer, choisir le matériel le mieux adapté à sa progéniture, s’intéresser aux soins pour bébés, faire sa valise pour la maternité (ah la fameuse valise, un cauchemar à faire !) ce temps reste relativement court quand on part de zéro comme c’était le cas pour moi. Sans compter qu’il existe tellement de marques présentes sur le marché, tellement de choix possibles qu’on en perd vite son latin, entre les conseils  qui fusent de toute part (pas forcément adaptés à votre style de vie à vous) la peur de se planter et d’acheter n’importe quoi… Déroutant.

Le liniment fait partie des découvertes que j’ai pu faire APRÈS mon accouchement. J’ignorais tout bêtement l’existence de cette chose, même pendant ma grossesse, période durant laquelle on est censée s’intéresser un minimum aux soins à apporter à son futur bébé.

Ouuuuh la honte !

Mais j’assume. Ça ne me gène pas de reconnaître que je n’y connaissais rien.

Donc pour les null(es)ipares, le liniment, késaco ? Tout simplement une crème composée de 50% d’huile d’olive et 50% d’eau de chaux uniquement, qui sert à nettoyer les fesses des bébés (un lait de toilette en quelque sorte) Il s’agit donc d’un soin plutôt naturel, qui semble surfer sur la tendance du bio et redevenir à la mode ces derniers temps. Moi je n’ai pas tellement eu le temps de me poser toutes ces questions puisque la maternité où j’ai accouché a fait du liniment son produit de toilette numéro 1, et que c’est durant mon séjour que j’ai pu me familiariser avec cette crème.

Je vais être franche avec vous, au départ je n’ai pas du tout aimé. C’est gras, épais, et ça sent tellement l’huile d’olive qu’on se demande si on ne pourrait pas cuisiner avec. Mais maintenant que j’ai enfin réussi à m’habituer à l’odeur, je reconnais que le liniment à beaucoup d’avantages. Il nettoie et protège tellement bien que je n’ai encore aucun érythème fessier à déclarer (excepté la semaine ou le pauvre chou a été malade, ses fesses ont d’ailleurs fait une cure de Bepanthène). Ça hydrate bien, au départ je m’en servais aussi pour faire des massages à Martin mais la texture vraiment épaisse et trop longue à pénétrer a fini par me lasser. Pour les massages j’utilise maintenant une crème spéciale.

Autre avantage du liniment – et non négligeable – c’est son prix ! Environ 5 euros les 500ml (pour une durée d’un mois en moyenne) ce qui reste bien moins cher qu’un lait de toilette de n’importe quelle autre marque, qui certes, sentira sûrement meilleur mais dans lequel il y aura certainement plus de cochonneries aussi. Attention, je ne blâme aucune marque et j’ai bien conscience que le « tout naturel » est difficilement possible, simplement j’ai fait le choix pour mon fils d’utiliser le moins de produits toxiques possibles. Non, je ne suis pas une tarée du bio, qui veut du 100% nature tout ça, mais puisqu’il est encore temps de choisir ce qu’il y a de mieux pour nos enfants, alors pourquoi devrais-je me priver ?

D’ailleurs, le liniment classique vendu en pharmacie n’est pas bio, mais certaines marques en proposent (j’en parlerai sans doute bientôt) et il y a toujours la possibilité de le fabriquer soi-même avec de l’huile d’olive bio… Mais je laisse ça aux plus expertes et patientes que moi !

Liniment oléo-calcaire Gifrer env 5 euros les 500ml en pharmacie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Nouveau : des déodorants sans aluminium chez Ushuaïa BIO

posted by Anne 25 mai 2009 26 Comments

deo-ushuaia

Comme beaucoup de femmes d’aujourd’hui, j’ai tout entendu sur les risques de cancer du sein liés au sels d’aluminium contenus dans les déodorants, les seuls composants capables de bloquer efficacement la transpiration.

Ultra prudente,  je n’utilise donc plus d’anti-transpirant depuis quelques années, mais j’avoue avoir eu beaucoup de mal à m’habituer au départ… Franchement, qui a envie de transpirer et de sentir mauvais ?! Certaines sont de grandes fans de la pierre d’alun, moi j’étais plutôt une grande consommatrice du déodorant Sanex en stick, sans alcool et surtout un des seuls disponibles en supermarché sans aluminium (une fois je m’étais même amusée à lire toutes les étiquettes de tous les déos chez Carrefour, il me semble que c’était bien le seul).

Un peu lassée d’utiliser toujours la même marque, même si j’en étais plutôt satisfaite (le Sanex ne m’a jamais trahie, même en été …), j’étais bien contente d’apprendre qu’Ushuaïa proposait enfin une gamme  BIO de déodorants sans sels d’aluminium, avec quatres parfums différents s’il vous plaît ! : hibiscus de Burkina Faso (mon préféré), thé vert de Chine, huile d’argan du Maroc, vanille de Madagascar.

Au bout d’un mois d’utilisation quotidienne, je ne peux que vanter les mérites de cette gamme de déodorants : ils sèchent très vite, ne laissent pas de vilaines traces blanches sur les vêtements, et sont assez efficaces. Le seul inconvénient, c’est cette impression qu’ils me « lâchent » plus vite que le Sanex, dans la mesure où j’ai presque besoin d’en remettre dans la journée. Mais le Sanex est plus pâteux au niveau de l’application et sèche plus lentement (il laisse des traces mouillées sur les fringues, c’est moyen) donc je dirais qu’ils se valent tous les deux…

A voir si ces déos Ushuaïa vont tenir le choc cet été pendant les grosses chaleurs, mais j’ai bon espoir que oui, de toute façon il est hors de question que je craque pour un anti-transpirant ! (c’est dur, mais on y arrive)

D’ailleurs, je ne suis pas la seule à avoir été conquise puisque Trendy Mood, Amélie et les demoiselles de Caractérielles y sont allées de leurs commentaires.

4,85 euros en grande surface

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

j’ai réussi !

posted by Anne 26 février 2009 42 Comments

à quoi ?

Et bien à ne plus me laver les cheveux TOUS les jours, pardi !

C’est une mauvaise habitude que j’avais prise à l’adolescence, période ingrate où le moindre petit défaut se transforme en gros complexe. Avec mon brushing du jour même et ma tignasse aérienne, je me sentais plus belle, et si je ne faisais pas mon shampoing quotidien j’avais l’impression désagréable de ne pas être tout à fait propre. Comme j’ai déjà les cheveux à tendance grasse, cette manie n’a fait qu’empirer les choses avec les années, et surtout j’ai fini par abîmer et fragiliser mes cheveux au possible (encore plus depuis que je fais des mèches blondes, mais c’est encore un autre problème !)

J’ai eu le déclic il y a deux ou trois mois, lorsqu’en revenant du centre de perfectionnement Franck Provost (qui s’avère un très bon plan coiffeur, merci Zara)  fraîchement coiffée, méchée et brushinguée, je m’étais dit « ça suffit » ! Plus de corvée de shampoing tous les matins, tant pis pour les cheveux un peu sales le deuxième jour, je n’aurais qu’à les attacher… Marre d’avoir les cheveux comme du crin et indomptables, aussi.

C’était dur au début, évidemment. J’avais vraiment l’impression d’avoir une friteuse sur la tête, alors que pas du tout, tout ça c’est vraiment psychologique, en fait. bref, j’ai fini par m’habituer, contente de gagner un bon quart d’heure le matin aussi, délestée des étapes shampooinage, rinçage, séchage.

J’ai commencé par utiliser des produits adaptés à mes cheveux. Exit les masques trop riches qui alourdissent et étouffent les racines. Le souci quand on a les cheveux gras mais qu’on vit en ville avec une eau très calcaire, c’est qu’on ne peut pas zapper l’après-shampoing sinon le démélage est un vrai calvaire. Le seul truc que j’ai trouvé c’est donc de laisser poser l’après-shampooing une minute, pas plus, ça suffit à faciliter le démélage et rendre les cheveux soyeux.

Parmi les divers produits que j’ai pu tester ces derniers temps je retiens notamment la gamme de soin René Furterer,  notamment le shampooing pour cheveux méchés / balayés qui effectivement agresse beaucoup moins que les shampooings de base à la camomille.

image-9.png

environ 9,50 euros les 150 ml

Tiens d’ailleurs, en parlant de shampoings à la camomille, les coiffeurs en chef de chez Franck Provost m’ont tous certifié qu’utilisés quotidiennement, ceux-ci ont tendance à décaper les cheveux (à cause des vertus éclaircissantes trop astringeantes), donc à éviter où alors alterner avec un autre shampoing.

Dernière découverte et j’arrête de vous embêter avec mes histoires de cheveux : les shampoings naturels de la gamme LUSH.

image-10.png

Trichomania  environ 8,15 euros les 100 g

J’étais assez dubitative sur le concept « no packaging » (le bio c’est pas franchement mon truc) mais je reconnais que leurs shampoings solides à la découpe sont géniaux.  Ils sentent bons, parfument la salle de bain, et le fait que les composants chimiques y soient moins nombreux est sûrement la raison pour laquelle j’ai trouvé que mes cheveux restaient plus légers et propres plus longtemps après quelques essais seulement !

Et vous, vous cherchez encore les produits miracles adaptés à vos cheveux ?

Si vous connaissez d’autres trucs, même de grand-mère, pour avoir des cheveux moins gras et brillants, je suis preneuse …

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+