66 chemisier - Le blog d'Annouchka
Tag

chemisier

Quand les vêtements rendent nostalgique…

posted by Anne 14 juin 2009 32 Comments

fringues-nostalgie

A chaque changement de saison, je me décide à faire un grand rangement de ma garde-robe, une bonne occasion aussi de faire le tri. Et à chaque fois ça ne loupe pas, j’ai le cafard.

Il y a des vêtements dont je n’ai aucun mal à me séparer… Ils ne représentent rien pour moi, je les ai aimés quelques temps puis m’en suis lassée… alors je les glisse dans un sac que je donne à ma mère, qui fait ensuite le tri, les donne à la famille ou les garde pour elle. D’ailleurs, c’est non sans une certaine émotion que je la vois parfois porter mes anciennes affaires, lorsque je vais passer le week-end chez mes parents. J’aime cette idée que les vêtements retrouvent une seconde jeunesse grâce à une autre personne, plutôt que de moisir dans un placard ou finir à la poubelle.

Mais il y a ceux dont l’idée même de devoir me séparer un jour me mettrait presque la larme à l’oeil. Ces vêtements qu’on possède depuis des années et qu’on retrouve égarés et bien cachés sous des piles de vêtements soigneusement amassées. On ne veut plus les porter car ils son affreusement démodés, un peu abimés, trop petits… On aimerait bien faire de la place dans son armoire mais on ne peut se résoudre à les donner, parce qu’ils sont emplis de souvenirs du passé et représentent des moments forts de notre vie.

Il y a par exemple cette robe rose et fleurie d’une matière synthétique un peu douteuse, achetée il y a 13 ans avec mon argent de poche et que j’ai portée des étés durant sans jamais la ménager. Une fois, j’avais même cru l’avoir ruinée le jour où ma bouteille de monoï s’était renversée dessus, mais il s’avère qu’elle n’a aujourd’hui pas une seule tâche ni aucun accroc… Cette robe, c’est un peu le souvenir de tous ces étés passés quand j’avais encore l’âge de l’insouciance et des premiers amours.

Il y a aussi cette robe noire, pas non plus taillée dans une matière noble (je vais finir par croire que le synthétique est plus résistant, moi qui ne jure que par les matières naturelles), dont je me souviens avoir fait un caprice chez Pimkie peu avant mes 16 ans pour que mes parents l’achètent. Là encore, elle m’a suivi de longues années et m’a souvent dépannée  en toute occasion  : nouvel an, gala de fin d’études…

Et puis ce vieux jean, dans lequel je flotte aujourd’hui et qui est importable tant il est usé jusqu’à la corde. Je crois que c’est le seul et dernier jean que j’ai acheté si cher, je ne jurais à l’époque que par lui, et c’est surtout celui que je portais lorsque j’ai rencontré l’homme qui partage ma vie aujourd’hui. Il a beau prendre une place monstrueuse dans mon armoire,  jamais je ne pourrai le jeter.

Et pour finir, il y a ce vieux chemisier noir en dentelle, un modèle vintage des années 80 que m’avait donné la maman de mon ancien copain peu avant qu’on se sépare. Je ne le porte jamais parce qu’il est assez excentrique, mais il n’en est pas moins magnifique, et c’est je crois, le seul souvenir qu’il me reste de cette époque et de ces gens que j’avais tant aimés.

Je me demande si la pile des vêtements « à garder toute sa vie » grandit avec les années et à mesure qu’on vieillit…  Je me vois bien garder les tous premiers vêtements qu’aura porté mon bébé, ou tout un tas d’autres choses qui auront marqué une époque ou un moment clé de ma vie. C’est un brin matérialiste quand même, quelque part je me demande si ce n’est pas un peu puéril et inutile.