66 enceinte - Le blog d'Annouchka
Tag

enceinte

Chat roule !

posted by Anne 8 mars 2011 50 Comments

(Attention, billet 100% chat, bébé, guimauve culcul nianian)

loulouluna

Si vous lisez mon blog depuis longtemps, vous savez sans doute que je suis une blogueuse à chat. Enfin… à chatte plutôt. La mienne s’appelle Luna et va avoir 7 ans bientôt. Je l’aime tellement que j’ai déjà osé lui souhaiter son anniversaire sur ce blog, du temps où je n’avais encore honte de rien.

Ma chatte donc, ou plutôt notre chatte, possède un caractère bien trempé. Elle est indépendante et aime les câlins seulement quand elle l’a décidé. Et à voir la manière dont elle se tient sur SON fauteuil comme une princesse, il ne fait aucun doute qu’elle est un peu snob. Après quelques années à essayer de la rendre plus affectueuse qu’elle ne l’était, nous avons décidé de  la laisser vivre sa vie, et paradoxalement c’est ainsi qu’elle a fini par se rapprocher de nous et s’adoucir, à chercher les caresses et nous solliciter sans cesse pour jouer avec elle comme un petit chien. Elle nous aime et nous le montre, en nous suivant à peu près partout y compris jusqu’aux toilettes, au point qu’il m’est déjà arrivé de laisser la porte ouverte pour que madame puisse aller et venir sans détruire ma porte.

Cette petite chatte, c’est un peu mon premier bébé au point que je n’ai pas pu me résoudre à la confier à d’autres alors que j’y suis très allergique. J’ai fait le choix de tenter une désensibilisation à base de gouttes à prendre quotidiennement, cela fait 4 ans maintenant et le traitement est plutôt efficace même si je dois toute de même vivre avec des symptômes désagréables (éternuements, nez qui coule…). C’est peut-être masochiste mais c’est comme ça, je n’ai pas adopté un chat pour ne pas en assumer les conséquences, et pour ma défense je ne savais pas que j’étais allergique aux chats avant d’en adopter un.

Quand mon entourage a su que j’étais enceinte, et que cette fois j’attendais un VRAI bébé, j’ai été bombardée de questions : « oh mais tu vas vraiment garder ton chat ? », « comment vas-tu faire avec le bébé, tu n’as pas peur que ça se passe mal ? ». Et le fameux « attention, les chats sont méchants avec les enfants et vont se coucher dans leur berceau, ça peut les étouffer » blablablabla.

Je ne vais pas vous mentir, ces questions je me les étais moi-même posées, totalement stressée à l’idée de devoir gérer un chat aux réactions potentiellement imprévisibles, et un bébé dont j’allais devoir apprendre à m’occuper. En plus je savais que mon chat n’aimait pas vraiment les enfants, ma petite nièce étant venue déjà plusieurs fois quelques jours à la maison, le chat avait bien pris soin de l’éviter le plus possible.

Pour couronner le tout, dix jours avant mon accouchement, une amie est venue me rendre visite avec son bébé de 2 mois. Le chat n’a pas tellement aimé, mais bon, le bébé est arrivé en hurlant et ma copine a eu le malheur de poser le cosy par terre, à 30 cm des moustaches de minette qui faisait sa sieste. Forcément, ce fut un poil violent pour elle. Je l’ai entendue grogner sur le bébé, après coup j’ai compris qu’elle avait eu cette réaction parce que je l’avais empêchée d’aller renifler le bébé et faire connaissance, elle a eu tellement peur qu’elle s’est planquée sous le lit jusqu’au départ de mon amie !

Mon instinct me disait de faire confiance à mon chat, que tout se passerait bien à l’arrivée de notre bébé mais je ne pouvais pas m’empêcher d’angoisser. Je suis allée demander conseil à mon vétérinaire qui m’a vendu un diffuseur d’hormones apaisantes pour le chat. Ça s’appelle Feliway « le secret des chats heureux ». C’est vendu avec une recharge qu’on branche sur une prise électrique et pendant un mois le chat respire des phéromones artificielles qui le rassurent et diminuent fortement son stress. Ça marche même sur les chats les plus angoissés, y compris le mien que je n’ai pas reconnu tellement il semblait drogué. Croyez-moi, ce produit ce n’est pas du pipi de chat, ahaha !

Ça plus les pyjamas avec l’odeur du bébé rapportés un par un par Hubert chaque soir de mon séjour à la maternité, notre chatte n’a pas moufté lorsque nous sommes rentrés avec notre progéniture. Bon, elle a eu la trouille de sa vie pendant une dizaine de jours (qu’elle a passé sous le lit ne sortant que pour manger, s’agissait pas de se laisser crever de faim non plus) mais petit à petit notre Luna a repris ses habitudes. Elle a retrouvé son fauteuil, accepte de partager son espace de vie avec une petite chose hurlante qui sent parfois mauvais et capte toute l’attention de ses maîtres adorés. Mieux, elle n’a jamais osé mettre une patte dans le lit du bébé,  ni ne toucher ne serait-ce qu’un seul de ses jouets pourtant bien attirants pour un petit chat !

On dit toujours que les chats sont jaloux et particulièrement idiots et que la cohabitation est difficile avec l’arrivée d’un tout-petit. Je suis bien contente que ma chatte ait su me prouver le contraire 😉

loulou2

Le regard des autres

posted by Anne 10 novembre 2010 78 Comments

noir et blanc

Je me souviendrai toujours du moment où j’ai appris ma grossesse. Ce soir là, on rentrait tout juste de vacances, et nos valises étaient à peine déballées que je m’étais déjà précipitée à la pharmacie du quartier acheter un test Clearblue. Ce n’était pas vraiment de l’impatience (quoique…) mais quelques jours auparavant j’avais senti le vent tourner. Je commençais à ressentir des sensations bizarres et inconnues dans mon ventre et surtout j’avais cet incroyable pressentiment que oui, j’étais vraiment enceinte. A vrai dire, je m’en doutais même avant de voir s’afficher les deux petites barres roses sur le test en plastique, et même si j’étais bien évidemment remplie de joie en voyant le résultat positif, je n’ai pas pu m’empêcher de douter et de me sentir confuse, car je savais dès cet instant que ma vie ne serait plus jamais la même.

D’ailleurs, puisqu’on est dans la confidence, j’étais pleine de préjugés vis à vis des femmes enceintes avant de l’être moi-même. Je trouvais souvent qu’elles en faisaient trop, à exhiber leur gros ventre à la vue de tous, se le caresser d’un air béat à longueur de journée, n’avoir plus pour sujet de conversation que leur propre nombril et leur futur bébé, attendu comme le messie. Et puis celles qui se plaignaient sans arrêt, qu’elles avaient des nausées, qu’elles étaient fatiguées et outrées qu’on ne leur laisse pas de place assise dans le métro… Celles-ci avaient presque le don de m’énerver encore plus, et avec le recul, je  crois que c’est sans doute la jalousie qui me rendait aussi intolérante.

On lit et entend presque toujours que la grossesse est un énorme bouleversement physique et psychologique dans la vie d’une femme, mais j’étais vraiment loin de me douter à quel point le regard sur soi-même et celui que les autres nous porte, peut changer. C’est une expérience particulièrement enrichissante à vivre notamment sur le plan social. Enceinte, les gens ne vous regardent plus comme une femme, mais comme une femme enceinte, c’est à dire qui porte la vie, et sont pour la plupart totalement voués à votre cause. Je n’oublierai jamais tous ces regards bienveillants qui m’ont été portés ces derniers mois, les regards de mes proches mais aussi ceux de parfaits inconnus, dans la rue ou ailleurs. Tant d’attention et de tendresse envers votre personne, c’est tellement inhabituel que pour ma part, ça m’a énormément touchée et rendue certainement beaucoup plus attentive et humaine.

J’ai noté surtout une véritable solidarité féminine autour de la grossesse, chose à laquelle je n’avais jamais prêté attention auparavant. Les femmes enceintes, je ne les remarquais pas toujours, et pourtant moi, quand il m’arrive  par exemple (rarement maintenant) de faire du shopping, de rester debout trop longtemps à la caisse, il y a toujours une vendeuse qui me repère de très loin et finit par s’occuper de moi. De même que dans le métro, il y a toujours une femme pour me céder gentiment sa place assise (par contre les hommes, JAMAIS… c’est désolant, je m’insurge mais pas un seul mec n’aura été assez galant pour se sacrifier dans les transports… hasard, malchance ? J’aime mieux ne pas le savoir !). Parmi tous ces regards positifs, je ressens souvent aussi ceux remplis de tristesse, de nostalgie ou de jalousie involontaire, de celles qui ont perdu un enfant, n’en auront jamais ou plus. J’aimerais ne pas les remarquer, mais parfois ils sont si puissants qu’ils finissent quand même par me transpercer.

Mon terme est prévu dans un mois, mais je sais déjà que pour toutes ces raisons, je serai bientôt nostalgique de ma grossesse, alors que j’ai passé ces 7 derniers mois à me plaindre en permanence. Malgré les aléas, malgré les nausées tenaces et incessantes, les difficultés à marcher, les crises de larmes, la grossesse n’en est pas moins une expérience formidable, que paradoxalement j’aurais détesté mais qui restera sans doute une des périodes les plus heureuses de ma vie.

Je sais que mon blog ne s’anime plus beaucoup ces dernières semaines, mais il me reste mille choses à faire : une chambre de bébé à finir, un mobile à terminer (fait avec mes petites mains, et oui, qui l’aurait cru !), des lessives de pyjamas de bébé à faire tourner, une valise à faire pour la maternité… On a les occupations qu’on peut !