66 macarons - Le blog d'Annouchka
Tag

macarons

Les macarons ou l’art de la persévérance

posted by Anne 3 février 2010 61 Comments

macarons 3

Encore un post gourmand, héééé oui ! Moi quand je commence, je ne m’arrête plus ! Cuisiner, j’adore ça. Et d’ailleurs, j’ai souvent tendance à oublier que nous ne sommes que deux à la maison, et qu’il faudrait peut-être que j’arrête de m’atteler aux fourneaux comme si j’avais toute une famille à nourrir. C’est plus fort que moi, à chaque fois que je prépare un petit plat, j’en fais toujours pour un régiment. J’ai la cuisine généreuse, comme on dit.

Bon et puis là j’avais un peu envie de craner, c’est vrai.

Car disons le clairement, je suis nulle nulle nulle en pâtisserie. Ceux qui sont venus manger chez moi un jour pourraient en témoigner, je ne suis pas la reine des desserts et je les rate presque à chaque fois (même les choses les plus simples comme les cakes ) et avec moi même une simple crème à la banane prend tout de suite des airs d’apocalypse.

Dernièrement, je m’étais mise en tête de réussir à faire des macarons au moins une fois dans ma vie. C’était un peu mon objectif ultime, à vrai dire. Parce que croyez-moi, réussir à faire de jolis macarons qui ressemblent à des vrais macarons et non pas à des pâtés de meringue, c’est très difficile. S’ils sont ratés, ils seront bons quand même certes, mais l’intérêt du macaron, c’est qu’il soit bien rond, tout en couleurs et beau à regarder !

Je ne suis pas en train d’écrire cet article pour vous poster une énième recette de macarons, je n’ai pas cette prétention et d’autres sont bien plus expertes que moi dans le domaine (du coup je suis en train de me demander le réel intérêt de ce que je suis en train d’écrire, mais trop tard, j’ai commencé alors il faut bien que je termine !) Je n’ai pas non plus suivi de cours pour apprendre à faire les macarons comme la Perchée, en revanche j’ai appris à mes dépends que pour les réussir, il ne faut surtout sauter aucune, je dis bien aucune étape dans le processus de réalisation, respecter les quantités au gramme près, et surveiller la cuisson en rester planté devant son four. Bref, il faut de la PATIENCE ! (et le bon matériel aussi, c’est à dire un bon tamis, une bonne poche à douille voire, encore mieux, une seringue à pâtisserie).

Alors voilà, après une bonne dizaine d’essais, tous infructueux, des fournées gâchées par un manque d’attention, un oubli dans la recette ou une mauvaise action, j’ai la fierté de vous annoncer que j’ai enfin réussi à faire des macarons à la pistache  dignes de ce nom !

Pour la coque, j’ai piqué la recette de Bitambouilles, car les quantités qu’elles mentionnent correspondaient exactement à celles que j’avais sous la main, mais la plupart des recettes sont identiques.

Pour la ganache, j’ai préparé une pâte de pistaches « maison » grâce à l’excellente recette des Lys d’Or, trouvée par hasard en flânant sur hellocoton. J’ai plusieurs pots en stock et je compte m’en servir également pour faire des yaourts à la pistache. Rien ne se perd !

Sur ce je vous laisse, c’est l’heure du goûter !

macarons

Mignonne, allons voir si la rose

posted by Anne 12 octobre 2009 34 Comments

DSC06856

Ce que j’aime, en cuisine, c’est que les possibilités de pouvoir raffiner vos plats avec des petites choses simples sont infinies…  Par exemple, en jouant avec les épices, on peut réveiller même les plats les plus fades, créer des saveurs originales mais à chaque fois différentes. Je stocke quantité d’herbes aromatiques fraîches ou surgelées dans mon congélateur, et tous les jours je les sors à ma guise pour parfumer mes petits plats.

J’aime par dessus tout traîner dans les épiceries orientales (heureusement ça ne manque pas à Paris), toujours à la recherche d’épices ou d’arômes un peu insolites. Parmi mes dernières découvertes, il y a le Tahini, une crème de sésame libanaise qui s’accorde à merveille avec le caviar d’aubergines, et l’eau de rose.

L’eau de rose, ce n’est pas vraiment nouveau ni original, même si c’est encore une denrée rare au supermarché du coin, et puis surtout c’est très à la mode depuis quelques temps (c’est peut-être un phénomène uniquement parisien, difficile de savoir).

Mais depuis que j’ai enfin trouvé un fournisseur près de chez moi, je suis devenue mono-maniaque de la rose. J’en mets partout… Dans mes yaourts maison (que dieu bénisse l’inventeur de la yaourtière), et dans n’importe quel dessert. Il y a deux semaines j’ai fais sensation lors d’un diner entre amis. J’avais préparé une bête Pana Cotta en remplaçant la traditionnelle vanille par de l’eau rose, et décoré le tout avec des petites roses en sucre, trouvées au Monop’ du coin. Un vrai succès !

Ce jour là, je me aussi suis lancée dans la réalisation de macarons, pensant naïvement que je réussirai à faire des macarons à la rose aussi jolis que Ladurée… comme ça, du premier coup. Ben voyons. Après deux essais j’ai fini par capituler, je ne suis déjà pas douée en pâtisserie, mais je crois n’avoir rien connu de plus difficile à réussir que les macarons ! Impossible d’obtenir une belle coque lisse et brillante, et surtout, bien ronde et non pas avec une forme ovale / triangle / carrée approximative…

Si vous avez des suggestions de desserts à la rose, et de petits trucs infaillibles pour réussir les macarons, je suis preneuse !