66 restaurant - Le blog d'Annouchka
Tag

restaurant

Déjeuner dans le ciel

posted by Anne 30 septembre 2009 27 Comments

3785532906_c8b33feeed

Crédit photo n°1 : Yves Le Comptable

A Paris tout est possible.

Même manger dans le ciel.

Après le « Jules Verne », restaurant aérien de la Tour Eiffel, ou encore « le Ciel de Paris » au dernier étage de la Tour Montparnasse, voici le « Nomiya », sur le toit du magnifique Palais de Tokyo !!

A l’origine de ce restaurant, le projet « Art Home » (prononcer « arôme »), résultat d’une fabuleuse association entre la marque Electrolux et le Palais de Tokyo, centre d’art contemporain. Le but est de proposer un concept original en mélangeant art et cuisine.

J’ai eu la chance de déjeuner au Nomiya lundi, pour préparer l’opération « Nuit Blanche » avec la marque Monop’ qui se déroulera samedi et sur laquelle je reviendrai très vite plus en détails (avant samedi ça va de soi !).

Inutile de vous dire que j’ai pris une claque une fois là haut, les photos parlent d’elles-mêmes… Une sorte de cube de verre et de métal qui donne l’impression d’être posé sur un nuage. Déroutant !

Nomiya1

Je ne vous dis pas non plus à quel point j’ai été charmée par la déco blanche très épurée, puisque j’ai moi-même une cuisine en blanc laqué dans mon petit appartement (Ikea certes mais quand même).

Alors vous allez me dire, le Nomiya c’est sûrement à la mode, over branché tout ça, mais est-ce que c’est bon au moins ??

DSC06697

Non seulement c’est très bon, mais en plus ça se laisse regarder. Et comme tout bon restaurant, les quantités sont dosées au poil, donc on se régale sans se sentir gavé dès l’entrée.

DSC06699

Et puis comme l’expliquait le chef, Gilles Stassart, il faut savoir suprendre, marier les saveurs et les sensations sans pour autant tomber dans l’excès et prendre le risque de déplaire. Trouver le juste milieu.

DSC06706

C’est ainsi qu’il ose associer la betterave crue au foie gras, ou la crème d’artichaut au moelleux au chocolat… chacun y trouve son compte et apprécie !

Les tarifs restent très raisonnables comparés à l’exception du lieu (déjeuner 60 euros/personne – dîner 80 euros/personne) et la qualité de la cuisine servie, le seul bémol étant que les places sont prises d’assaut dès l’ouverture des réservations ! En effet, l’orginalité du Nomiya c’est qu’il ne propose qu’une seule et unique table de 12 convives maximum, « Nomiya » désignant en japonais un petit restaurant de poche dans lequel seul un petit groupe de personnes peut entrer (timides s’abstenir) Mais vous pouvez quand même tenter votre chance ici.

Le projet « Art Home » propose également chaque semaine des ateliers de cuisine ouverts à tous sur inscription, afin de vous faire découvrir la cuisine (du moins une partie des recettes) servies au Nomiya.  Ces ateliers sont animés par Gilles Stassart lui-même ou sa talentueuse équipe, là encore les réservations sont ouvertes un mois à l’avance et très convoitées mais n’hésitez pas à essayer, le lieu en vaut clairement la chandelle !

atelier salon

art home

atelier entree

atelier

ustensiles

plan travail

Vous pouvez aussi vous contenter de visiter « Art Home » si vous tenez absolument à voir les lieux sans forcément déjeuner ni participer aux ateliers. Des visites gratuites sont organisées l’après-midi plusieurs fois par semaine sur inscription (par petit groupes).

Retrouvez toutes les informations disponibles sur le site ART HOME / Electrolux

Liza

posted by Anne 22 juillet 2009 27 Comments

liza1

J’aime de plus en plus la cuisine libanaise. Pourtant au départ, j’ai eu beaucoup de mal à  m’habituer à toutes ces saveurs vraiment méconnues. Il m’a fallu y goûter plusieurs fois avant d’être vraiment conquise, parce qu’il y a dans la cuisine libanaise, un je ne sais quoi de vraiment original et déroutant. Mélange de Moyen -Orient et de Méditerranée, qui en font une cuisine vraiment unique.

Le problème, avec les restaurants libanais, c’est à la fois la déco des lieux, souvent très kitsch et pas toujours de très bon goût, et le rapport qualité-prix presque toujours décevant.  J’allais de temps en temps chez « Noura » sur les Grands-Boulevards, mais sans vouloir « balancer », l’enseigne cumule un peu tous les défauts cités plus haut. C’est mauvais et vraiment cher pour ce que c’est, sans compter qu’une fois sur place on se croirait dans une cantine, c’est bruyant et le service est assez déplorable.

Et puis récemment, j’ai voulu faire plaisir au chéri pour son anniversaire et je l’ai emmené chez Liza, un restaurant libanais plutôt haut de gamme et réputé également pour sa décoration moderne et épurée. Il se situe rue de la banque, du côté de la Bourse (pour les parisiens), un quartier où je n’ai jamais l’occasion d’aller.

liza-salle

Côté budget, c’est un peu plus cher que la moyenne, mais pour 40 euros par personne, on peut s’offrir un excellent menu dégustation, où les plats « à partager »  (mezzés) qui font le charme de la cuisine libanaise,  se succèdent avec la même excellence : taboulé, falafels, caviar d’aubergine au sésame, salade fatouche pour l’entrée, agneau confit aux 5 épices pour le plat (absolument divin, même le chéri qui crie haut et fort ne pas aimer l’agneau  l’a mangé). Je ne parle même pas du dessert, une farandole de glaces à la rose et au sésame, un véritable enchantement.

La carte est simple mais évolue en fonction des saisons, des produits du marché (gage de fraîcheur) et de l’humeur de Liza, qui vous reçoit en personne et très chaleureusement ! En plus le service est absolument parfait, moi qui suis totalement intransigeante là dessus (quand je paie pour manger j’aime qu’on s’occupe un minimum de moi :d) je ne trouve rien à y redire, en plus nous sommes tombés sur un serveur tout à fait charmant…

Une excellente adresse pour les amoureux de la cuisine libanaise, où ceux qui souhaitent la découvrir dans une ambiance raffinée et romantique !

liza2

LIZA – 14 Rue de la Banque 75002 PARIS – Métro : Bourse – Site web : www.restaurant-liza.com (Brunch le dimanche de 12h à 16h – 29 euros)