66 sortie - Le blog d'Annouchka
Tag

sortie

Monop’ fait sa Nuit Blanche !

posted by Anne 3 octobre 2009 9 Comments

3-10-2009-42521-1

Oyé Oyé amis parisiens ! (et gens d’ailleurs venus spécialement pour l’occasion !)

Buvez du café, prenez des vitamines, mais surtout ne vous endormez pas car ce samedi 3 octobre aura lieu pour la 7 ème année consécutive, la grande « Nuit Blanche 2009 » !

Cette année, l’Art contemporain est à nouveau à la fête. De 19h à 7h du matin, vous pourrez découvrir les oeuvres de 30 créateurs contemporains à différents endroits stratégiques de la ville.

Bon, j’avoue. La seule fois où je suis allée à une  Nuit Blanche, c’était en 2004 et j’avais juré qu’on ne m’y reprendrait plus. Une queue interminable sur tous les sites, un métro et des rues bondées, impossible de voir quoi que ce soit où comment gâcher une soirée qui aurait pu être l’occasion de chouettes découvertes. La mairie de Paris l’a bien compris puisque cette fois la Nuit Blanche sera concentrée autour de trois zones bien spécifiques : les Buttes Chaumont, Le Marais / Châtelet, et le quartier Latin.

Avec un minimum d’organisation au préalable (par exemple en préparant votre parcours à l’avance) et un petit coup d’oeil rapide sur le site officiel, vous serez parés pour la soirée et sûrs de de ne rien manquer.

Sans compter que cette année, l’enseigne Monop’, bien connue des parisiens, crée l’évènement en prenant part pour la première fois à cette Nuit Blanche. 4 magasins resteront ouverts une bonne partie de la nuit (pratique pour les petits creux !) et permettront au noctambules de se sustenter tout en admirant des oeuvres décalées sur le thème de la cuisine. Gilles Stassart, directeur culinaire du Nomiya au Palais de Tokyo dont je vous ai parlé cette semaine, a conçu spécialement pour l’occasion « Les Diététiques », un cycle de 4 performances confiées à des artistes contemporains. Chacun de ces tableaux s’appuie sur l’un des modes de perception que nous avons de l’alimentation… Concept qui paraît à première vue un peu tordu, mais qui vous permettra entre autre :

– d’admirer des mannequins (des faux mannequins, dommage !) vêtues exclusivement de denrées alimentaires et en train de faire leurs courses (l’objet)

Capture d’écran 2009-10-02 à 17.48.24

Jusqu’à 00h au Monop’ Forum des Halles – Porte Berger niveau 2 – 75 001 Paris – métro Les Halles / Châtelet

– d’admirer une superbe chorégraphie autour des gestes alliés à ceux de la pâtisserie (il paraît même que des pâtisseries seront offertes à la dégustation, moi je dis ça…) (le geste)

Jusqu’a 3h au Monop’ Beaubourg – 135 rue St Martin – 75 004 Paris – métro Les Halles / Etiennes Marcel / Rambuteau

– d’écouter une improvisation musicale alimentée par les bruits divers produits dans les rayons (le son)

Jusqu’à 00h au Monop’ Luxembourg – 33 rue de Vaugirard – 75 006 Paris – métro Luxembourg

– de voir de superbes images projetées sur la vitrine du magasin, et qui vont retranscrire visuellement l’énergie produite par les aliments… Audacieux, mais je ne demande qu’à voir ! (l’image)

Jusqu’à 3H au Monop’ de la Sorbonne – 35 boulevard St Michel – 75 005 Paris – métro Saint-Michel

Attention à ne pas confondre l’enseigne Monop’ avec sa grande soeur Monoprix. Ces deux enseignes font partie du groupe Monoprix mais les magasins de la première étant plus petits et basés sur un concept de proximité (magasins ouverts très tard, petite superficie, pas de rayon vêtements). Je vous le dis car je l’ai appris seulement lundi, je pensais naïvement que c’était la même chose !

Traces à la Cigale à Paris (jusqu’au 31 décembre)

posted by Anne 20 décembre 2008 17 Comments

Je n’en remets toujours pas.

Hier nous sommes allés voir le nouveau spectacle TRACES à la Cigale, cadeau de Noël plutôt inattendu de la part de mes « beaux-parents »…

image-6.png

Les « 7 doigts de la main », c’est une troupe de 5 jeunes, quatre américains et une française, au talent inné  et au cursus exceptionnel, qui se sont inspirés du Cirque du Soleil pour imaginer un spectacle qui leur ressemble. La scène se passe dans un décor « post-catastrophe », quatre hommes et une femme vivent ce qu’ils pensent être leurs derniers instants. Voulant à tout prix laisser des traces, ils vont trouver le refuge au travers d’une créativité débridée.

J’étais un peu sceptique au départ car je ne connaissais absolument rien de cette troupe de cirque urbain, honnêtement j’avais peur de m’ennuyer un peu. Je m’attendais plutôt à un spectacle de danse contemporaine un peu lent, finalement je crois avoir vu le plus beau spectacle qu’il m’ait été donné de voir (avec Casse-Noisette à l’Opéra of course !).

Ces 5 jeunes sont beaux, attachants, époustouflants. Acrobates de très haut-niveau (et encore je pèse mes mots) ils savent jongler avec des chaises, faire du skate-board, jouer du piano, chanter, danser, jouer la comédie, et je reste encore scotchée par une scène de basket parfaitement chorégraphiée et d’une orginalité rare.  D’ailleurs en les regardant, on ne peut s’empêcher de se poser cette question : y a t’il quelque chose qu’ils ne savent pas faire ?

Les numéros s’enchaînent, de plus en plus impressionnants et toujours avec cette étonnante légèreté et cette impression que tout est facile. Pourtant, pour avoir été moi-même gymnaste dans le passé, je sais les heures d’entrainement et de travail que cela représente.

J’ai vraiment été très touchée par cette troupe et ce spectacle. C’est décalé, moderne, original, drôle, poétique, magique, émouvant. Comme d’habitude je suis un peu frustrée, je me trouve nulle lorsqu’il s’agit de transmettre mon enthousiasme pour quelque chose que j’ai vraiment aimé.

Pour moi ce spectacle est tout simplement immanquable…

Traces se déroule du mardi au dimanche jusqu’au 31 décembre prochain à la Cigale. J’ai vérifié, il reste encore quelques places disponibles  sur le site de la fnac et les tarifs vont de 25 à 44 euros (plutôt raisonnable). Courrez-y, où pensez-y pour vos cadeaux de Noël, vous ferez des heureux…

Voici la vidéo qui a servi de promotion pour le spectacle (ne pas faire attention au « Corona », ça se passe bien à la Cigale)

T’as voulu voir Nanterre ben t’as vu Orgeval

posted by Anne 17 novembre 2008 29 Comments

Samedi soir un ami  plus que généreux a tenu à nous inviter mon homme et moi au restau.

Une pizzeria sympatoche sur la Place Saint-Michel, avec de notre table une vue magnifique sur la cathédrale Notre-Dame… Un début de soirée parfait, service déplorable du restaurant mis à part (une équipe de bras cassés)  et la pizza arrivée presque froide dans mon assiette et que j’ai du renvoyer en cuisine. D’ailleurs quand j’ai appellé la serveuse pour lui expliquer que ma pizza avait l’air bonne mais que pas de chance elle était froide, elle m’a demandé :

« qu’est ce que je réchauffe ? » (ben la pizza hinhin :d)

On a bien rigolé, passé un bon moment, parlé chiffons.

Mais c’est sans compter que mon amoureux avait prévu de se rendre ensuite à Nanterre pour fêter la nouvelle colloc d’un de ses potes. Et je ne sais pas pourquoi mais ça sentait le plan foireux, dès le départ j’avais le pressentiment que cette fin de soirée ne se passerait pas comme prévue (mais c’est parce que je suis une couche-tôt, et que l’idée d’enchainer un restau + une soirée est pour moi quasi inconcevable).

Bref, sortis vers minuit du restaurant nous sommes allés récupérer notre voiture sur le parking Notre-Dame, qui au passage coûte un bras au tarif horaire mais comme on était déjà très en retard on s’était garés au plus près.

Direction Nanterre, avec l’adresse préalablement rentrée dans le GPS auquel on a fait confiance les yeux fermés, et croyez moi c’est un tort.  Il paraît que Nanterre, c’est juste à côté de la Défense, donc nous avons traversé Paris by night (qui m’émerveillera toujours), rue de Rivoli, les Champs Elysées… ça s’est corsé arrivé à la Défense, quand la dame qui parle dans le GPS a du oublier de nous dire de tourner, parce que nous on a continué tout droit et on s’est retrouvé du côté de St Germain en Laye, Montesson, puis à Orgeval (qui sur la carte est très très loin de Nanterre)…. Vous allez me dire, il fallait quitter l’autoroute ! Oui mais impossible, puisqu’il n’y avait pas de sortie avant au moins 30 km, et comme on était sur la réserve d’essence, on a du continuer à rouler pour trouver une station.

Après avoir roulé 1h30, fait à peu près 90km et payé le péage dans les deux sens, on est rentrés se coucher… Sans voir Nanterre*.

nnterre.jpg

* Et on en est pas fiers, mais mieux vaut en rire qu’en pleurer !