« Ce n’est pas plus facile pour les mamans »

Chroniques / Chroniques de maman
59 commentaires

Capture d’écran 2015-02-15 à 18.22.51

(Je ne sais pas si vous croyez au mythe du vendredi 13 qui porte malheur, mais moi j’y crois depuis vendredi matin. Rapport que j’ai passé une journée vraiment euh… bizarre)

Souvent, je me dis que les considérations de « jeune maman » (maman d’un nouveau-né, je veux dire) sont déjà bien loin derrière moi, et qu’à moins d’avoir un 2ème bébé un jour, je finirai par oublier ce que ça fait, d’être maman d’un nourrisson. Mon fils a déjà 4 ans et ses premiers biberons me semblent loin, très loin. J’ai oublié ce que c’était de changer une couche, compter les heures entre chaque repas, me lever la nuit…

Mais vendredi matin, tandis que j’attendais sagement mon tour chez le pédiatre (comprendre : pendant que je faisais le poireau sur ma chaise depuis plus d’une heure, au bord de la crise de nerfs…) j’ai rencontré un papa tout neuf, avec son petit bébé tout neuf de 2 mois et demi, qui me semblait légèrement stressé (euphémisme). Je le voyais faire des aller-retour dans la salle d’attente avec son bébé dans les bras, le tenant d’une manière pas très assurée, d’ailleurs. Il avait ce regard des personnes un peu perdues, qui crèvent d’envie de parler à quelqu’un rien que pour le fait de se rassurer. Bingo, je ne m’étais pas trompée : « Vous savez, ma femme a repris le travail aujourd’hui, et moi je suis en RTT, alors je garde mon fils tout seul toute la journée pour la 1ère fois. C’est dingue, depuis ce matin j’arrête pas, en fait ! Finalement, c’est plus facile d’aller travailler« .

Bien entendu, je mourrais d’envie de lui répondre « ben oué mon gars, ce n’est que le début hinhinhinhin » accompagné d’un petit rire démoniaque, mais il semblait tellement en détresse que j’ai préféré l’épargner de cette vision d’avenir. De toute façon, il aura largement le temps de s’en rendre compte hinhinhinhin (rire démoniaque).

 » Bon, et puis je ne savais pas comment l’habiller ce matin alors j’ai appelé ma femme. Mais bon, j’ai oublié de lui mettre un pull (le gamin était effectivement en tee-shirt, ok, manches longues mais quand même :D) Heureusement que j’ai pensé à sa doudoune ! Vous pensez que ça suffit la doudoune ? D’habitude c’est ma femme qui s’occupe de tout, elle gère ça super bien ! »

Je ne sais pas trop ce qui m’a pris, probablement l’idée que je risquais d’attendre encore un moment dans cette pièce minuscule avec lui et son tout petit bébé trop mignon, mais c’est sorti tout seul de ma bouche :

« Ce n’est pas plus facile pour les mamans, vous savez. »

Hé non, cher papa. Ce n’est pas parce qu’on porte la vie pendant 9 mois et qu’on met notre enfant au monde que c’est plus facile pour nous. L’instinct maternel, c’est du vent. Pour une grande majorité d’entre-nous, en tout cas.

« Vous savez, mon fils a 4 ans et ça vous paraît sans doute plus facile. Mais je me suis posée les mêmes questions que vous. Est-ce qu’il a assez mangé ? Est-ce qu’il a assez dormi ? Il n’a pas pris tout son biberon, ça veut dire qu’il va mourir de faim ? Ça fait déjà trois heures qu’il fait la sieste, faudrait peut-être le réveiller, non ? Il n’a pas fait caca depuis deux jours, je fais quoi ? J’appelle le médecin ? Et pourquoi il me regarde avec ces yeux bizarres ? Ça veut dire quoi ? Est-ce qu’il est bien dans mes bras ? Pourquoi il pleure, il a mal quelque part ?.… » Etc etc etc…

Etc…

Non, ce n’est pas plus facile pour les mamans. Les mamans se posent les mêmes questions que les papas. Sauf qu’on attend des mamans qu’elles sachent s’occuper de leurs bébés, et DEVINER leurs besoins de manière tout à fait naturelle. Alors les mamans, elles se taisent, et elles font. Elles n’ont pas vraiment le droit de se plaindre, elles ont honte d’avouer qu’elles doutent, elles ont honte de dire qu’elles ont peur. Parce que c’est comme ça. C’est plus facile pour les mamans, un point c’est tout.

Je ne vous raconte pas la tête du papa, complètement ahuri quand je lui ai expliqué tout ça. Qui sait, peut-être que sa femme gère effectivement « du tonnerre » (pour reprendre ses propos) et dans cas, tant mieux pour elle. Mais peut-être que ce n’est pas le cas. Peut-être qu’elle est morte de trouille et qu’elle se pose des milliards de questions (c’est même évident) mais qu’elle prend sur elle pour l’épargner lui, et éviter que leur quotidien ne parte en sucette.

J’ai repensé à la naissance de mon fils il y a 4 ans. Mon amoureux a été un papa génial à la minute où notre fils est né. Je ne le remercierai jamais assez pour ça. Car s’il avait été aussi désemparé que ce papa, je ne sais pas comment je l’aurais vécu. Probablement pas très bien, je suppose. Après, vous me direz qu’on ne peut pas faire de généralités et que tout dépend des caractères, et vous aurez raison. Nous ne sommes pas tous égaux face à la parentalité. C’est sûrement plus naturel pour certains que pour d’autres.

Mais j’ai quand même envie de dire à tous les papas : ayez confiance en vous. Soyez impliqués. Ne pensez pas que c’est plus facile pour la maman. Rassurez-la, c’est important. Elle en a sûrement besoin.

Bon dimanche à tous, et passez une excellente semaine ! 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Tweet about this on TwitterShare on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Anne

Je m'appelle Anne et je suis maman d'un petit garçon de 3 ans. Parisienne depuis dix ans, je vis sur les hauteurs de Montmartre. Dans la vie je suis aussi directrice éditorial du site hellocoton. Vous pouvez me suivre sur Twitter, Pinterest, Hellocoton et Facebook.

59 Commentaires

  1. Mais comme tu as raison Anne ! Et comme je t’imagine raconter tout ça à ce papa perdu ! Ce n’est évident pour personne au départ bien qu’on au tendance à penser que c’est plus inné chez les mamans . J’espère que ta semaine commencera mieux que la fin de la précédente !

    • Maintenant qu’il a 4 ans, je trouve qu’effectivement les mamans ont un radar pour détecter le moindre changement (quand mon fils a de la fièvre par exemple, je le vois direct alors que mon chéri met plus de temps à s’en rendre compte…). Ce qui m’a fait bizarre (et mise un peu mal à l’aise, je l’avoue) c’est que ce papa avait l’air vraiment étonné par mes propos. Je pense que sa femme doit effectivement super bien gérer, ou alors elle garde tous ses questionnements pour elle, ce qui n’est pas forcément mieux.

  2. Effectivement, ça n’est pas plus facile pour les mamans!! comme toi, je ne crois pas en l’instinct maternel. Par contre, ce qui change vraiment, c’est la nature angoissée des gens…et ça ma foi, ça ne se maîtrise pas! Ce monsieur doit être une personne stressée de nature, alors forcément, gérer un enfant c’est tout un programme!

    • Oui, je pense aussi qu’il était du genre stressé… mais aussi tellement convaincu que sa femme gérait tout mieux que lui. Je sais pas pourquoi, je n’ai pas su me retenir de lui dire que ce n’était pas inné pour nous non plus. Il faut que les papas essaient d’avoir confiance en eux, je pense que ça serait déjà un grand pas de franchi pour les plus angoissés d’entre-eux.

  3. ça me parait tellement hallucinant d’appeler sa femme pour savoir comment habiller son enfant… genre c’est TON enfant, c’est pas comme si c’était du babysitting.

    et en fait, je suis complètement d’accord avec toi sur toute la ligne, mais ça me fait surtout penser à une amie qui se plaignait tout le temps de tout gérer quand sa fille était bébé et elle me disait que le père ne faisait rien, etc. Sauf qu’en fait, en creusant un peu, le truc c’est qu’elle ne le laissait rien faire. Il fallait qu’elle supervise, qu’elle dirige, qu’elle dise ce qu’il fallait faire ou non… Et du coup, si elle s’absentait (genre quand on allait prendre un pot toutes les deux), elle avait tout le temps son portable pas loin pour répondre aux questions du père désemparé. Parce que forcément, si tu t’occupes jamais de ton enfant, ben tu sais pas quoi/comment faire.

    Alors je dis pas que c’est pour tout le monde pareil, je pense qu’il y a des hommes qui pensent que la femme est instinctivement douée pour s’occuper des bébés, je pense qu’il y a des hommes qui aimeraient s’impliquer plus mais qui ont peur ou sont saoulés par l’attitude de la mère, il y a des hommes qui s’impliquent et sont supers, il y a des hommes… etc etc. Autant de nuances que d’individus en fait.

    Et là, je me relis et j’ai l’impression d’avoir fait un commentaire complètement à côté de la plaque, mais je sais pas, c’est ce que ton article m’a inspiré! 😀

    • Non mais tu as raison, les papas sont tous différents et tu soulèves effectivement un point intéressant : certaines mamans ne délèguent rien et je trouve ça dommage. Moi j’étais bien contente de lâcher un peu le bébé pour sortir boire des mojitos avec mes copines, et crois-moi, le portable était bien enfoui au fond du sac 🙂

      Les papas doivent se faire confiance, mais les mamans (enfin, certaines) doivent aussi faire confiance aux papas… pas simple !

  4. Il est beau et je le pressens tellement juste ce billet. Si nécessaire. Parce que oui, je ne suis pas maman, mais dans ma tête je le ressens comme ça « c’est à la maman de savoir ». Alors que non, la maman, elle ne sait pas mieux que le papa, surtout si c’est la première fois. Lorsque je gardais des enfants adolescente, je ne pouvais pas m’empêcher tous les quarts d’heure d’aller vérifier qu’ils respiraient. C’est complètement idiot mais c’était comme ça. J’entrais à pas feutrés, prenant le risque de les réveiller et j’observais les petites poitrines qui remuent paisiblement, me penchais pour écouter, restais un instant encore pour vérifier que oui oui, c’est bon, tout va bien. Ce n’étaient pas mes enfants. Je n’ose pas imaginer ce que ce sera quand ce sera le cas (mais je serais probablement trop fatiguée pour m’amuser à ça…)

  5. Tu feras pareil avec les tiens (la boule au ventre en plus…). La fatigue, quand tu es maman, elle ne compte plus et tu l’oublies quand il s’agit de protéger tes enfants… Ça, par contre, c’est assez inné (et heureusement d’ailleurs, même si le mode d’emploi n’est pas livré avec le bébé, il y a des choses qui se font de manière tout à a fait naturelle).

    Tu seras parfaite et tellement douce comme maman, j’en suis sûre !

  6. C’est un beau texte, très juste et tellement bien écrit ! Je balance toujours un peu entre attendrissement et agacement devant les papas désemparés… Et devant les mamans désemparées (ce que j’ai été et suis encore parfois) j’ai envie par contre de dire « c’est normal, ça arrive, ça passera… » Personne n’a le mode d’emploi des bébés, mais les mamans pensent parfois qu’elles devraient le connaitre d’instinct alors que les papas imaginent qu’il est de toute façon écrit en suédois.

    • ahaha, c’est vrai que les papas n’ont souvent pas beaucoup confiance en eux dès le départ ! Heureusement, on vit une chouette époque où beaucoup se jettent à l’eau !

  7. Un nouveau billet plein d’humanité. Tu dépeins ces petits moments de vie avec tellement de justesse à chaque billet. Je ne crois pas que tu aurais du « te retenir » de lui dire, c’est bien de le faire savoir et ça l’a surement rassuré au fond. Ce n’est pas lui qui est nul, ce n’est pas sa femme qui « sait », c’est un apprentissage et des doutes pour tout le monde et puis c’est tout. (Ça marche aussi avec les mamans chats^^) Ça remet les choses en perspective. Et puis, c’est bon de rappeler que rien n’est inné pour les femmes non plus. On attend tellement de choses d’une femme comme un dû…

    • Complètement, et c’est un sujet vraiment tabou qui personnellement, m’a un peu pesée… Heureusement, les temps changent et on admet volontiers que les mamans ont aussi quelques difficultés à assumer leur nouveau rôle, et je m’en réjouis pour les générations futures.

  8. Tellement vrai!
    Les papas (et l’entourage) pensent trop souvent que les mamans savent tout gérer très facilement. Alors qu’elles ont, la plupart du temps, vraiment besoin d’être épaulées, rassurées et conseillées.

    • Héééé oui…. ! Heureusement, ça commence un peu à changer ! Autour de moi je vois aussi beaucoup de papas super investis 🙂

  9. Tu as 1000 fois raison !
    En tant que femme, on s’attend à ce qu’instinctivement, on sache mieux gérer la situation alors que c’est loin d’être vrai. Je me souviens des premiers jours de mon fiston, je n’osais même pas lui changer une couche seule, quand il avait besoin d’être changé, j’appelais mon Homme à la rescousse parce que je me sentais totalement incapable de gérer cette situation (oui j’en ris encore aujourd’hui ^^’)

    • Ah mais moi aussi, les nuits à la maternité sont mes pires souvenirs… Je me disais « et s’il pleure, je fais quoi » ? J’attendais les matins et l’arrivée des auxiliaires de puériculture avec impatience… Pas facile les débuts hein !

  10. Je n’ai pas d’enfant et pourtant je vois totalement de quoi tu veux parler. Certains papas se sentent très vite dépassés et croient que la maman, elle, sait tout gérer. Mais après, comme ça a été dit aussi, tout dépend de l’implication du papa. S’il veut apprendre et bien faire, s’il s’investit, il peut être aussi efficace qu’une maman ! Y’a qu’à voir 3 hommes et un couffin (le film qui me fait toujours craquer), ils s’en sortent pas si mal finalement, même si au début c’est le gros stress 🙂

  11. Qu’il est parlant ce billet ! Merci ! Il devrait être lu par tous les papas tous neufs et d’occasions aussi 😉 C’est tout de même fou qu’à notre époque subsiste encore ce principe d’instinct maternel inné. Les mamans et les papas apprennent ensemble et ce n’est pas parce-que la maman a joué à la poupée petite qu’elle va savoir tout faire plus facilement que le papa. Mais force est de constater que c’est quand même pratiquement toujours la maman qui fait les courses et prépare les repas. J’ai aussi la chance d’avoir à mes côtés un papa très présent et investi mais la route vers l’égalité est encore longue.

    • Et oui… l’égalité parfaite c’est pas pour maintenant, c’est sûr ! (mais j’ai bon espoir quand même, ça viendra)

  12. Tu as bien fait de l’ouvrir.
    Ca me tue le nombre de nanas qui trouvent cela normal que ces pauvres papas soient dépassés parce que quand même c’est pas naturel pour eux. Mais elles sont assez nombreuses pour que cela persiste.
    Heureusement on a pioché dans le vivier des mecs biens.

    • Après je pense aussi qu’il y a des femmes que ça arrange que le papa reste bien à sa place… On est toutes différentes finalement, il n’y a pas vraiment de norme. Ce qui est gênant c’est de savoir que certaines en souffrent, en revanche.

  13. Je suis maman depuis tout juste un an et je me rappelle encore parfaitement des premiers mois, de l’angoisse que l’on ressent car tout repose sur nous. Dès que j’avais des questions, des doutes, tout le monde me répondait : « ne t’inquiète pas, tu vas le comprendre, l’instinct est plus fort ! ». Instinct rien du tout !!! Heureusement que mon mari était là pour comprendre que lui et moi nous en savions autant et que nous avions les mêmes doutes !
    Merci pour ce billet rassurant, on se sent moins seule ! Et il est important que les hommes comprennent qu’ils ont un grand rôle à jouer (même si beaucoup d’entre eux ont beaucoup évolué) !

  14. clarillon a écrit

    C’est clair! quelle aberration ce mythe de l’instinct maternel!
    Je ne me suis pas posée de questions les premiers mois, mais je me suis pris en pleine face les coliques du nourrisson, puis la « grève de la faim » de la minus à la reprise du boulot, puis les poussées dentaires etc. etc… autant dire qu’il y a bien des moments où je me suis sentie démunie et pouvoir passer le relais à l’homme est vital pour ne pas finir en serpillière!

    • Mais tellement ! C’est bien aussi de ne pas leur laisser le choix à nos hommes 🙂 (c’est même salvateur)

  15. val76 a écrit

    C’est rassurant de constater que nous avons été nombreuses à nous sentir si désemparées dans les premiers temps ! Je trouve que les mamans osent le dire petit à petit et c’est tant mieux, si cela pouvait aider à enlever cette culpabilité « de ne pas savoir » qui vient s’ajouter à la combinaison stress/fatigue/hormones en chute…

  16. Oui, tu as bien raison. Très certainement, la société n’y est pas pour rien : si on encourageait les petits garçons à jouer à la poupée (au lieu de faire tout l’inverse), on les aiderait à avoir confiance, adultes, en leurs capacités de papa. Que ce n’est pas qu’une affaire de mamans, les bébés. Après, on se retrouve avec des papas qui refusent de changer une couche, parce que c’est pas leur taff. Ou comme ce monsieur que tu as rencontré, tellement persuadé que ce n’est pas son rôle, qu’il sera forcément nul pour assurer de le remplir (alors que c’est pas faute d’y mettre son coeur).

    • Tu touches un point sensible, je pense effectivement que ce papa que j’ai rencontré manquait vraiment de confiance en lui ! Et c’est dommage, car au fond je pense qu’il serait un super papa… Il portait un regard très tendre sur son bébé, ça m’a touchée.

  17. Excellente mise au point qui fait du bien ! Et si ça tombe, ça a beaucoup aidé ce jeune papa, même s’il ne s’en est pas forcément rendu compte sur le moment !

  18. preetee a écrit

    C’est tellement vrai, sous prétexte que nous sommes des mamans tout doit être évident et simple AU SECOURS!
    « Beinh oui les mamans à l’époque……………….. »
    Quoi les mamans à l’époque elles étaient comme nous sauf que certaine ne travaillait pas « LA CHANCE »

  19. On doit porter beaucoup sur nos petites épaules… Mais nos petites imperfections de maman, n’est ce pas elles qui font de nous des mamans aimantes et touchantes ? Nos enfants sont sans doute moins durs avec nous que nous même ou que la société… Joli blog que je découvre !

  20. J’ai eu des jumeaux et crois moi on n’est jamais préparé, même si j’avais l’expérience d’un premier, le support du papa est indispensable. En plus les miens étaient grands prématurés, et c’est lui qui a assuré les premières visites en réanimation néonatale, sans le papa, son soutien moral et effectif, il m’arrivait souvent de craquer. Une journée seule avec mes jumeaux et parfois dès qu’il rentrait à la maison, je fondais en larmes, alors les mamans superwoman, je suis toujours sceptique.

    • Oui, je t’avoue que moi non plus je ne crois pas trop au concept « superwoman »… Je n’ai eu qu’un seul bébé et pourtant quand mon homme rentrait à la maison, j’étais derrière la porte, prête à lui refiler le lardon et pressée de m’accorder 5 minutes de liberté !

  21. Je suis la maman d’un petit bonhomme de 2 ans et demi maintenant. Ta phrase « ça n’est pas plus facile pour les mamans » est tellement vraie. Non ça n’est pas plus facile, je me suis sentie aussi désemparée je pense, que ce papa avec mon petit bout au début. Je me suis posé 1000 questions (je m’en pose toujours). Mon homme aussi a réagit un peu comme ce papa les premières fois où il a du passer des journées seul avec le petit au début. De retour d’une des premières journées où je les avais laissés seuls, j’ai retrouvé la maison sans dessus-dessous, mon homme terrassé, me disant « mais j’ai rien pu faire de ce que je voulais de la journée » parce que oui un nourrisson demande du temps, se réveille toutes les 3 heures… et que pour réussir à faire ce qu’on doit faire dans la journée, c’est beaucoup d’organisation, d’essais, de râtés… Je ne sais pas si les mamans gèrent mieux, pour ma part, je sais que je suis plus aux petits soins et que je sais qu’il faut que je pense à tout quand on doit sortir par exemple parce que mon homme n’y pense absolument pas. Exemple, l’autre soir au resto. Ah mais on lui a pas pris d’eau, alors qu’on commandait. Oui je ne lui avais pas commandé à boire, parce que j’avais pris son gobelet dans mon sac…. Je pense qu’on s’attend à ce qu’une maman « sache » tout d’instinct en fait, alors qu’on doit aussi bien apprendre à être maman que nos compagnons apprennent à être papa…

  22. Ce week-end, je me suis rendue compte que ce n’est pas plus facile pour les mamans médecin non plus 🙂
    La maman de la meilleure amie de Chupa est médecin généraliste et pourtant son fils de 4 ans veut porter des tee-shirts manches courtes même l’hiver et il a du se faire arracher une incisive car cariée. La dame de la cantine qui gère son fils est sa patiente et elle lui raconte toutes ses bêtises …
    Je me dis que pour elle, le regard des autres doit sembler encore plus lourd, mais finalement, j’ai l’impression qu’elle s’en fout. Leur maison est un joyeux bordel mais cela ne l’empêche pas de m’inviter à entrer boire un café alors que moi, je suis gênée pour moins de bazar que ça.

    Et pour les papas, mon homme couvre beaucoup plus les enfants que moi. Par contre, pour changer les couches, il attendait parfois un peu trop longtemps 😉

    • ahah, tu casses un mythe ! Mais ça fait du bien de savoir que même les meilleurs (enfin, ceux qui sont censés montrer l’exemple de la bonne éducation bien parfaite) ont des failles !

  23. C’est tellement vrai! Nous les mamans on donne parfois l’impression que tout est facile. Lors d’une conversation avec l’amoureux ce week-end je me suis justement aperçue qu’il pensait que pour moi tout coulait de source. Pourtant il est très impliqué, il a juste l’impression que c’est plus naturel et spontané pour moi! la blague!!!!

    • C’est pour ça que c’est bien de le dire et de l’exprimer à voix haute ! As-tu remarqué comme les hommes ne devinent jamais rien tous seuls (contrairement à nous, qui sommes très lucides, évidemment^^)

  24. Poke a écrit

    Merci pour ce // intéressant. Je me pose par contre tjrs les mêmes questions en étant non-Papa, peut-être que tu pourras y répondre égalt.
    Ça fais égalt suite à un autre billet que tu avais fait.
    J’ai tjrs l’impression que les parents sont tjrs grincheux aprés avoir eu un bébé, pas le temps de faire si ou ça…courir chez la nounou, gérer des nuits et un emploi du temps serré…mais alors oú se trouve le bonheur d’avoir un enfant? C’est vrai que j’entend tjrs les parents dirent qu’ils sont surcharger ms pour quoi finalement…Qu’est ce que cela t’apporte?
    Par rapport à ton post, je pense que les « galères » se partagent ds un couple.
    Sa femme a juste appris car elle était plus présente avec l’enfant. C’est juste un long apprentissage selon moi.

    • Héhé, et oui, tu as complètement raison. Pour ma part, je n’ai jamais caché la vérité, et souvent écrit ici que non, ce n’est pas QUE du bonheur. Mais avoir un enfant reste une expérience formidable et unique, que jamais (ou rarement) aucun parent ne regrette (et heureusement !).

      Un enfant t’oblige à renoncer à certains aspects de ta vie, mais t’apporte bien d’autres choses qui compensent largement… Et ça, on ne peut le découvrir qu’en devenant parents soi-même 😉

  25. A la naissance de notre 1er enfant, mon mari était beaucoup plus assuré que moi : normal, me semblait-il, car en tant qu’ainé, il s’était pas mal occupé de sa toute petite soeur (ils ont 7 ans d’écart) : les bébés, il connaissait beaucoup mieux que moi, qui suis la dernière de la fratrie !

    Mais en fait, ça me faisait l’effet inverse du tien : j’ai beaucoup culpabilisé de me poser tant de questions, que ce ne soit pas « naturel » comme ça semblait l’être pour le papa de ma fille…

    Rétrospectivement, je pense aussi que c’était plus « naturel » pour lui… car il se posait beaucoup-beaucoup moins de questions que moi !!

    Mais quelquefois, se poser des questions, ça permet de déceler des problèmes que les autres n’ont pas vu, donc ce n’est pas toujours négatif… (je pense à une amie, qui « sentait » que son bébé n’était pas bien, alors que tout le monde, même le médecin de nuit, lui disait que ça allait. Elle est allé aux urgences en pleine nuit contre l’avis de son mari… et heureusement, sinon son fils ne serait plus là !! Il avait je ne sais plus quoi, mais aux urgences on lui a dit que ça s’était joué à quelques minutes…)

    • Ah oui, par contre je suis convaincue qu’en tant que maman ou parents, on ressent très fortement certaines choses ! Je crois beaucoup à l’instinct maternel dans ce sens là d’ailleurs… Moins pour le côté technique par contre (les couches, biberons & co…)

  26. lily a écrit

    Très intéressant cet article!Je pense que tous les papas sont persuadés que c’est plus facile pour les mamans…le mien qui est pourtant très présent pour ses filles,pense que je suis plus douée pour ne rien oublier de leurs affaires (un exemple parmi d’autres),mais est-ce un don naturel ou une obligation qu’on attend de moi?On sait bien la réponse!Il est surtout probable que la maman de ce bébé a été très (trop) présente et le papa est resté sur le côté donc forcément à 2 mois et demi,quand madame reprend le travail le papa s’est retrouvé perdu,il faut dès le début impliquer le papa.

    • C’est possible aussi ce que tu dis, je ne connais effectivement pas l’histoire de ce couple et comment ils gèrent leur bébé à la maison… Mais effectivement, c’est important de ne pas occuper toute la place et d’en laisser une grande au papa. Et tu soulignes un point important : il faut le faire dès le début, c’est déterminant pour la suite de leur relation !

  27. O que oui, on a besoin d’être rassurées ( parfois, pas tout le temps non plus ) ! Et aussi aidée, soutenue, même si on donne l’impression de gérer.
    Je suis entièrement d’accord avec toi, ce n’est pas plus facile pour les mamans ( et ce, quelque soit l’âge ) !!

  28. merci merci mille fois d’avoir su mettre des mots sur ce sentiment si présent….mes loulous ont 10 et 3 ans…..j’en ai les larmes aux yeux.
    Merci

  29. Coucou Anne,

    je viens de lire (presque) tous tes billets sur la maternité… Vraiment intéressant! C’est chouette (et rassurant aussi) de voir ton regard évoluer et de lire ici certaines de mes craintes, alors que mon bout n’a que 3 semaines…
    Et tiens, j’ai aussi accouché aux Diaconesses (où j’ai été préparée aussi) et j’ai adoré cette maternité!

    A bientôt,
    Aurélie

  30. Ahaha 🙂 C’est tellement ça !
    En général, ici quand quelque chose me tracasse, j’envoie un message à ma belle soeur, qui à plus d’années de maman derrière elle que moi, en demandant si tel ou tel chose est normale ?
    Pourtant j’en suis au deuxième bébé… 🙂

  31. Olalala que je suis d’accord !
    C’est juste que la majorité des mamans sont souvent plus attentives et donc elles prennent plus vite un rythme de croisière avec les enfants (Qui a vite fait d’être rompu dès que bébé change. Donc en gros, un jour sur deux…).
    Avec notre deuxième fils, mon conjoint est plus relax et prend plus facilement les choses en main. C’est chouette !

    Je dois avouer que nous avons souvent un défaut qui n’aide pas les papas à se prendre en main et à être pro actif avec bébé : on surveille et on critique tout ce qu’ils font ! Quand j’ai enfin eu le courage de laisser du leste à mon conjoint et d’accepter que tout ne soit pas parfait (ou tout simplement comme JE veux que ce soit fait), il en a fait 100 fois plus avec les enfants !

  32. Lisette a écrit

    Coucou,
    Je comprends parfaitement ce que tu veux dire ! Être parent est vraiment une lourde responsabilité. Je me rappelle lorsque je venais d’accoucher, je me rendais sans cesse dans la section Économie et parents de ce blog pour enfants http://blog.badabim.fr/ pour trouver des conseils et ça m’a beaucoup aidé. J’étais tellement stressée, mais avec le temps, ça va mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *